A peine inauguré que le « Talkie-Walkie », le dernier building érigé dans la City à Londres, est accusé des pires maux : il ferait fondre les voitures. Sa surface en verre, et sa forme évasée, réfléchiraient en effet le soleil avec trop d’intensité.

© BBC/Twitter

Les Londoniens le trouvaient déjà trop grand, voilà maintenant qu’ils le trouvent dangereux. Le « Talkie-Walkie », le dernier gratte-ciel inauguré dans le quartier de la City à Londres est loin de remporter tous les suffrages. Surtout depuis qu’il a fait « fondre », jeudi dernier, une Jaguar garée en contrebas. Son propriétaire, un certain Martin Lindsay, a en effet fait savoir que son rétroviseur et une partie de la carrosserie avaient été endommagés. Des dégâts causés par la réverbération du soleil sur la façade de l’immeuble.

Le gratte-ciel de l'enferSa surface tout en verre, ainsi que son inclinaison, provoquent en effet un puissant effet loupe quand le soleil s’y reflète. Un problème pris très au sérieux par les promoteurs immobiliers, qui ont indiqué qu’ils « traitaient l’affaire ne priorité ». « Le phénomène est causé par l'élévation actuelle du Soleil dans le ciel. Il se produit quotidiennement pendant 2 heures environ » ont-ils précisé, ajoutant que ce phénomène devrait « durer deux à trois semaines ». Trois parkings situés au pied de l’immeuble ont ainsi été fermés par mesure de précaution, mais les promoteurs ont fait savoir qu’ils cherchaient « une solution à long terme pour que ce genre d’incidents ne se reproduisent pas dans le futur ».

Publicité
Mêmes causes mêmes effets à Las VegasReste que la polémique sur le Talkie-Walkie n’en finit pas. Un journaliste anglais, venu constater les faits sur place, a réussi à faire cuire un œuf dans une poêle uniquement grâce à la chaleur dégagée par la réflexion des rayons solaires. L’architecte du gratte-ciel, l’Uruguayen Rafael Vinoly, avait pourtant dû revoir sa copie à plusieurs reprises avant d’obtenir le feu vert. En 2010 déjà, l’une de ses créations, l’hôtel Vdara de Las Vegas, avait déjà été accusée d’avoir brûlé plusieurs clients. Ces derniers s’étaient en effet plein d’avoir été victimes de « rayons mortels » : le soleil brûlant du Nevada qui se reflétait sur la surface vitrée du bâtiment inondait alors la piscine de l’hôtel, provoquant de graves « coups » de soleil chez les baigneurs.

Publicité