Dans la nuit de jeudi à vendredi, un berger de l’Isère a perdu près de 400 brebis. Ces dernières auraient semble-t-il sauté une barre rocheuse haute de 70 mètres dans le secteur de Plancol à Lavaldens. Selon le pâtre, la présence d’un loup aurait provoqué ce carnage.

©CC

L’expression "des moutons de Panurge" de Rabelais s’est à nouveau produite. "Dans la nuit, j’ai entendu les patous aboyer", a raconté au Dauphiné Colin Orand, berger d’un troupeau de 900 brebis. Ces cris ont alerté le propriétaire, lequel a découvert près de 400 de ses brebis mortes, éventrées. Les bêtes s'étaient jetées d’une barre rocheuse de 70 mètres de haut dans la nuit de jeudi à vendredi.

• Lire aussi : Quels sont les 10 animaux les plus dangereux pour l'homme ?

Un loup à l’origine du carnage ?

Selon le pâtre, la présence d’un loup dans le secteur aurait provoqué un mouvement de panique meurtrier. Et pour cause, une fois que les bêtes sont installées pour la nuit, elles ne bougent plus. Le seul cas répertorié de mouvement chez les brebis la nuit est dû à une menace. La présence d’un loup expliquerait la folle course de près de 400 têtes, lesquelles se sont jetées dans le vides.

Publicité
Dépité à la vue du carnage qui lui a fait perdre la moitié de son troupeau, le berger a confié au Dauphiné : "voilà dix ans que j’essaie de construire quelque chose de bien et en une nuit, je perds plus de 400 bêtes".

A voir sur ce thème : les moutons-ondeuses débarquent en France

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité