Le monument national danois, "La Petite Sirène de Copenhague", a été censuré par le réseau social pour cause de "nudité"

Juchée sur son rocher, "La Petite Sirène de Copenhague" s’est vu censurée par Facebook, le 2 janvier, au prétexte qu’elle affichait "trop de peau nue", selon le média britannique The Telegraph. Une décision qui a enflammé la toile.

A l’origine de cette publication polémique, Mette Gjerskov, femme politique danoise. La députée souhaitait simplement partager une photo de l’œuvre afin de promouvoir son blog, tenu sur le site de la chaîne télévisée TV2. "Je ne peux pas faire de publicité pour mon blog car TV2 a choisi la Petite Sirène comme image principale. Je n'aurais jamais pensé que notre trésor national serait classé au même niveau que la pornographie enfantine ou autre genre d'abomination", a-t-elle écrit sur Facebook.

Pour sa défense, le réseau social a déclaré qu'il devait restreindre la nudité parce que "certains publics au sein de notre communauté mondiale peuvent être sensibles à ce type de contenu". Sculptée en 1913 par Edvard Eriksen, "La Petite Sirène" représente pourtant le personnage éponyme du conte pour enfants de Han Christian Andersen.

A lire aussi- Top 10 des logiciels les moins sécurisés

Entre nudité et droits d’auteur

Ce n'est pas la premier fois que le réseau social censure une oeuvre exposant un corps nu. L’an dernier déjà, le fameux tableau de Gustave Courbet "L’Origine du Monde" avait été bloqué. Pour éviter les confusions, Facebook avait alors mis à jour ses lignes directrices sur ce qui pouvait ou pas être posté en ligne. De ce fait, en mars dernier, le site autorisait enfin "les photographies, peintures, sculptures et autres formes artistiques dépeignant des nus".

Publicité
Un argument justement utilisé par la députée danoise Mette Gjerskov pour supprimer la censure de Facebook sur l’œuvre d’Edvard Eriksen, avec succès. Le 3 janvier, la photographie de "La Petite Sirène de Copenhague" a de nouveau été autorisée sur le réseau social.

Pourtant, quelques heures après, le cliché a dû être retiré pour non-respect des droits d’auteur, à la demande de la famille du sculpteur.

Vidéo sur le même thème : Pour Facebook, une foufoune reste une foufoune