It’s Britney, bitch ! Si ces paroles ne vous disent rien, les pirates somaliens eux ne demandent pas leur reste dès qu’ils entendent la voix de la pop star américaine. Les chansons de Britney sont en effet utilisées par la marine marchande britannique pour éloigner les pirates. Une arme redoutable parait-il.

© Abaca Press

Si le succès de Britney Spears n’est plus à faire – la chanteuse vient, comme Céline Dion, de signer un très juteux contrat avec un casino de Las Vegas où elle devra bientôt se produire en concert plusieurs soirs par semaine – certains voient dans ses chansons un incroyable potentiel de nuisance sonore. La marine marchande britannique utiliserait en effet sa musique pour éloigner les pirates somaliens lorsque leurs navires croisent au large de la corne africaine. Une arme redoutable parait-il, révèle le Sunday Post.

Britney s'occupe des méchantsIl faut dire que l’approche d’un super tanker diffusant à fond la pop bien sentie de la pop star américaine (son dernier titre, Work Bitch, tout un programme, fait actuellement un tabac) a certainement de quoi dissuader toute tentative d’abordage. L’ironie mise de côté, cette technique de défense est néanmoins très sérieuse, Baby One More Time et Oops ! I did it again seraient même les titres les plus efficaces.

« Dès que les pirates entendent Britney, ils s'en vont le plus vite possible »« Ces chansons ont été choisies par les compagnies de sécurité car les pirates les détestent au plus haut point » a expliqué Rachel Owens, officier en second de l’un de ces cargos. « Ces gars ne supportent pas la culture ou la musique occidentale, donc Britney, c'est parfait. Dès que les pirates entendent Britney, ils s'en vont le plus vite possible ». Comme disait le capitaine Haddock à l’approche de la Castafiore : « Tous aux abris, elle va chanter ! » La vie de pirate devient donc compliquée.

Publicité
A chacun sa musique de dissuasion massiveLes plus grands succès de Britney sont ainsi diffusés via des canons à son ultra puissants, qui assourdissent les pirates précise de son côté le directeur maritime de la Security Association for the Maritime Industry, Steve Jones. « Chaque compagnie de sécurité peut choisir sa propre musique. J'imagine que diffuser du Justin Bieber irait à l'encontre de la convention de Genève » précise-t-il non sans un certain humour, so british.

Publicité