Vidéos A la une
Extrait d'une mise en scène de Paroles Collectives dans le cadre de l'évènement 'Talents de Nos Quartiers', une rencontre qui rassemble demandeurs d'emploi et employeurs.
Vidéos A la une
Interview de Peggy, une chercheuse d'emploi dans le cadre de l'évènement 'Talents de Nos Quartiers' qui réunit demandeurs d'emploi et employeurs.
Vidéos A la une
Interview de Marc Toutous, directeur de plateforme téléphonique pour la société Argel à Brest dans le cadre de l'évènement "Talents de Nos Quartiers" qui rassemble demandeurs d'emploi et employeurs.
Vidéos A la une
Interview d'Isabelle Melscoët, vice-présidente de Brest Métropole dans le cadre de l'évènement Talents de Nos Quartiers qui rassemble des habitants de tout âge afin de les aider dans leurs recherches d'emploi.
Vidéos A la une
A découvrir mercredi soir à 21h15 dans Europe Hebdo un reportage de notre journaliste Elisa Bertholomey qui s'est rendue en Allemagne pour voir comment le pays s'y prend pour intégrer les migrants. Dans le land du Brandebourg, à côté de Berlin, l'entreprise de fabrication d'éoliennes Reuther STC, 330 salariés, embauche 15% de salariés étrangers. Son P-DG, Finn Melgaard, explique avoir organisé des ateliers d'apprentissage de l'allemand et du métier de soudeur pour des migrants du foyer d'hébergement situé à côté de son entreprise. Début 2015, douze migrants ont bénéficié du programme. Finalement, quatre d'entre-eux ont rejoint la société. "Si je n'avais pas ces étrangers dans mon entreprise, il me serait impossible de les remplacer par des travailleurs de cette région, a expliqué le chef d'entreprise. Pour Finn Melgaard, il lui serait même impossible de "gagner de l'argent" sans ces travailleurs étrangers venus des pays de l'Est, de l'ancienne colonie allemande du Cameroun ou de pays en guerre comme la Somalie ou la Syrie. "Le plus important c'est que ma famille soit en sécurité..." Pour pouvoir travailler dans les entreprises allemandes, les réfugiés doivent maîtriser le niveau B2 en allemand, sachant qu'il faut au minimum trois mois pour obtenir le statut de réfugié. Tous n'arrivent d'ailleurs pas à s'insérer parfaitement. Comme l'explique Georges Matar, un réfugié syrien de 50 ans. Son diplôme d'ingénierie civile n'a pas été reconnu par l'administration allemande. Celui-ci a donc décidé d'officier comme traducteur arabo-allemand. Pour lui, c'est déjà une grande chance : "Le plus important c'est que ma famille soit en sécurité. Mes enfants vont à l'école et ils auront toutes les possibilités de réussir."
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/xogpDXqL . Denis Larche nous parle de la création d'un groupement...
Vidéos A la une
Les poings sur les i, comme insertion. De grands boxeurs ont été formés au Boxing beat, un club d'Aubervilliers, en banlieue parisienne, comme Sarah Ourahmoune, championne du monde en 2008. Mais le Boxing beat est bien plus qu'une salle de boxe. Ici, explique le fondateur Said Bennajem, lui-même ancien champion, " on travaille autant le volet social que sportif ". Au-dessus du ring, on trouve des livres et des ordinateurs. Le club propose aux jeunes du quartier des ateliers photos, du soutien scolaire et même des emplois.
Vidéos A la une
Denis Castin et Gwenael Morvan ont fondés l'association "De Toit à moi", en 2006. Le principe est simple: pour 20 euros par mois, vous aidez à rembourser le prêt d'un appartement à 100 000 euros. Au lieu de payer des chambres d'hôtels et gaspiller l'argent, ils se proposent de "placer" l'argent dans un logement qui servira de tremplin à une personne en difficulté. Un accompagnement est également mis en place pour l'aider à se réinsérer. Ils sont aujourd'hui propriétaires de neuf appartements en province et ont aidé plus d'une vingtaine de personnes depuis la création de l'asso.
Vidéos A la une
Les professionnels de l'insertion se sont mobilisés devant le Conseil Général du Gard pour protester contre la baisse annoncée de leurs subventions.
Vidéos A la une
A première vue, rien ne le distingue d’un autre garage. Expérience pionnière en France, « le garage solidaire » de Carhaix répond à deux objectifs : permettre à des personnes en insertion...
Vidéos A la une
Retour sur la 3ème édition de la journée Tous en sport. Objectif: faire participer des personnes de handicap à différentes activités sportives et ludiques.
Vidéos A la une
Le Finistère teste la Garantie Jeune, un dispositif expérimental qui propose un accompagnement complet pour les jeunes en difficulté.
Vidéos A la une
Reportage sur le nouveau Dojo de l’Ecole Nationale de Police, construit par 36 jeunes de quartiers difficiles.
Vidéos A la une
Une ferme biologique propose des chantiers de réinsertion pour des chômeurs.
Vidéos A la une
Gros plan sur une sandwicherie lilloise qui emploie des déficients visuels.
Publicité