Vidéos A la une
HONG KONG - 27 fév 2015 - La photo de son visage est désormais brandie, comme un symbole. Celui du refus de l'esclavage. Erwiana, une Indonésienne de 24 ans a enfin obtenu gain de cause : un tribunal de Hong Kong vient de reconnaître les mauvais traitements qu'elle a subis comme domestique chez une mère de famille hongkongaise. Affamée, battue à coups de balais et de cintres au point d'en perdre connaissance, la jeune femme avait finalement réussi à s'enfuir en janvier 2014, mettant un terme à huit mois de calvaire. Son bourreau, une femme de 44 ans vient d'être condamnée à 6 ans de prison. " J'espère que mon cas sera une leçon pour tous les employeurs, qu'ils ne frapperont plus leurs travailleurs domestiques, car après tout, nous sommes tous des êtres humains, nous avons les mêmes droits " a déclaré Erwiana Sulistyaningsih devant le tribunal. L'exploitation des domestiques étrangères à Hong Kong n'est pas un phénomène isolé. Obligées de vivre au domicile de leur employeur, ces femmes, originaires des régions les plus pauvres d'Asie du sud-est sont exposées à tous les abus, y compris ceux commis par les agences intermédiaires qui les font venir dans l'ancienne colonie britannique.
Publicité