Alain Juppé a déclaré mercredi vouloir supprimer l’impôt de solidarité sur la fortune pour "inciter l’argent à rester en France et à s’investir dans les entreprises françaises".  

Interviewé mercredi matin sur BFMTV et RMC, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré vouloir faire de la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) l’une de ses principales mesures s’il devenait président en 2017.

"J'ai bien réfléchi. J'ai supprimé l'ISF quand j'étais ministre du Budget en 1986 et j'ai commis l'erreur de l'alourdir en 1995 après que la gauche l'eut rétabli. Aujourd'hui, je pense qu'il faut le supprimer pour inciter l'argent à rester en France et à s'investir dans les entreprises françaises. Quand tous les gens qui ont de l'argent auront été s'installer ailleurs qui paiera ?", s’interroge-t-il. Selon lui, cet impôt " dissuade ceux qui ont de l'argent d'investir".

A lire aussi : Ces régions où l’on paie le plus d’ISF 

"Décaler l’âge de la retraite jusqu’à 65 ans"

Le candidat à la primaire de droite pour 2017 rejoint sur cette position le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, qui avait, lui aussi, dans un entretien accordé au Figaro en mars dernier, fait part de son envie de supprimer l’ISF. "Il ne doit plus y avoir d’ISF (…) On ne peut pas vouloir l’Europe, c’est-à-dire la liberté de circulation des hommes et des capitaux, et avoir la fiscalité la plus lourde du continent. Cette inconséquence nous coûte cher. Il faut désidéologiser le débat fiscal", avait expliqué l’ancien chef de l’Etat.

Publicité
Parmi ses autres propositions, Alain Juppé souhaite également "donner la possibilité de négocier le temps de travail dans l’entreprise" ou encore "décaler l’âge de la retraite jusqu’à 65 ans".

En vidéos sur le même thème : Comment éviter l’ISF ?