Plus d'un tiers des villes de plus de 100 000 habitants ont augmenté les impôts locaux en 2015, selon une étude publiée samedi par Le Figaro. Voici lesquelles. 

Les impôts locaux peuvent coûter très cher. 37% des grandes villes françaises ont relevé leurs impôts en 2015, en moyenne de 1,8%, selon une étude du Forum de gestion des villes et des collectivités territoriales publiée samedi par Le Figaro. Mais lesquelles sont les plus touchées ? 

Taxe d'habitation*

Le taux de la taxe d'habitation le plus élevé de France se trouve à Lille, à plus de 45% par rapport à la valeur locative du bien. Pour comparaison, la moyenne nationale est de 10,32%. Parmi les autres villes aux taux les plus élevés, on retrouve Marseille (41,9%), Rennes (35,63%) ou encore Strasbourg (35,54%). 

Toutefois, on notera que la plus forte hausse est enregistrée à Toulouse (+11,5 %), ce qui représente 112 euros en plus par contribuable. Viennent ensuite Lyon (+4,2 %), Bordeaux (+3,7 %) et Marseille (+3,3 %). 

Taxe foncière 

Pour ce qui est de la taxe foncière, c'est à Grenoble qu'on trouve la plus élevée, avec une taxe de 38%. A la deuxième et troisième place ex-aequo se trouvent les villes d'Angers et Caen/Montpellier, avec respectivement 35,2% et 31,4% de taxe foncière. Viennent ensuite Orléans (31,1%), Nîmes (31,1%), Reims (30,7%), Amiens (30,3%), Lyon (29,8%) et Bordeaux (29,5%). 

Publicité
Niveau augmentation entre 2014 et 2015, c'est à Lille que la taxe foncière a le plus augmenté en 2015 (+23,3 %). Suivent Toulouse (+13,3 %) et Strasbourg (+6 %). "Toutes les couleurs politiques ont participé à cette inflation, même si la droite est davantage représentée dans le haut du classement", précise Le Figaro

*La taxe d'habitation est calculée à partir de la valeur locative théorique nette du logement.

En vidéo sur le même thème - Argenteuil : la taxe d'habitation a augmenté de 22%