Les temps sont durs pour les Français qui ont de plus en plus de difficultés à s'acquitter de leurs impôts auprès de l'Etat français. Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à demander des aménagements ou une exonération totale d'impôts... Les détails avec Planet.fr.

Les Français ont de plus en plus de mal à payer leurs impôts. En effet, Anne Guyot-Welke, secrétaire nationale du syndicat Solidaires Finances publiques (syndicat de la fonction publique), a expliqué au Figaro que "le paiement spontané de l'impôt est beaucoup plus difficile qu'auparavant".

Preuve en est : le dernier rapport annuel 2013 de la Direction générale des Finances publiques estime qu'entre 2011 et 2013, le nombre de lettres de rappel, de relance et de mise en demeure de payer l'impôt est passé de 4,5 millions à 10 millions en France.

Et les fonctionnaires sont particulèrement touchés, comme le rappelle Anne Guyot-Welke : "suite au gel du barème et à la fin de la demi-part fiscale attribuée aux parents isolés, de nombreux ménages fragiles sont devenus imposables". Un "grand nombre de contribuables dans la précarité ont des difficultés à payer leurs impôts, en lien aussi avec la hausse des impôts locaux". Ils sont en effet 1,8 million de foyers à être ainsi devenus imposables depuis 2012.

+20% de demandes gracieuses d'annulation ou de report d'impôtsIls sont également de plus en plus nombreux à faire des demandes pour ne payer leurs impôts, ou pour n'en payer qu'une partie. Ainsi, entre 2011 et 2013, ces demandes ont augmenté de 20%, soit 1,2 million de demandes au total. C'est d'abord la tace d'habitation qui fait l'objet de ces demandes, puis l'impôt sur le revenu.

Anne Guyot-Welke explique que "nous sommes à l'écoute des demandes des contribuables mais tout est mis en oeuvre pour que l'Etat récupère les montants demandés, nous privilégions, donc la voie de l'étalement des sommes. Les délais de paiement accordés sont de l'ordre de 3 à 4 mois en moyenne".

Publicité
Cette situation risque de ne pas s'arranger cette année. En effet, si les ménages les plus modestes vont profiter d'une nouvelle réduction d'impôts, ce ne sera pas le cas pour les autres, qui vont devoir compenser et donc voir leurs impôts parfois très largement augmenter...