Le ministre des Finances, Michel Sapin, a présenté un peu plus en détail mercredi le dispositif de prélèvement à la source pour l’impôt sur le revenu, qui devrait entrer en vigueur dès 2018.  

Testé très prochainement dans des entreprises, avant une mise en application le 1er janvier 2018, le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu se dessine un petit peu plus. Le ministre des Finances, Michel Sapin, s’est exprimé mercredi sur le dispositif.

Pas d’inquiétude à avoir pour les salariés, qui ne verront pas leurs démarches être bouleversées. "Pour le salarié, ce ne sera qu'une ligne de plus sur la fiche de paye, et donc très simplement. Il n'aura aucune démarche de paiement de l'impôt à faire, jusqu'à la déclaration de ses revenus", a expliqué le ministre des Finances face à la presse.

Une année de transition

C'est l'employeur qui devra effectuer les démarches, mais celles-ci devraient être facilitées pour les entreprises. "Pour l'employeur, dont le cœur de métier n'est pas de collecter des prélèvements obligatoires, même s'il y est déjà habitué avec les cotisations sociales et la CSG, nous veillerons à ce que le système soit aussi, le plus simple possible", a précisé Michel Sapin.

A lire aussi - L’impôt à la source bientôt testé en entreprise : ce que ça va changer  

Publicité
A noter par ailleurs que la mise en place du dispositif nécessitera une année de transition pour modifier le système actuel. Jusqu’à présent, les salariés doivent s’acquitter de leur impôt portant sur les revenus de l’année précédente. Avec le prélèvement à la source, l’impôt sera collecté au moment du versement du salaire.

En vidéo sur le même thème - Retenue de l’impôt à la source : normalement un avantage pour le contribuable et l’administration 

Publicité