François Hollande l’a dit jeudi lors de sa conférence de presse : il souhaite que les impôts des Français n’augmentent pas en 2014. Un vœu pieux alors que la TVA devrait augmenter au 1er janvier prochain, et que des économies doivent être faites de plusieurs secteurs ?

Lors de la conférence de presse qu’il a tenue jeudi à l’Elysée, François Hollande l’a dit : « Beaucoup avait été demandé aux Français, surtout aux plus aisés. L'idéal serait de ne pas augmenter un taux de prélèvement pour les ménages en 2014 ». Mais les impôts pourront-ils réellement ne pas augmenter en 2014 ? Si le retour de la croissance devait être au rendez-vous (la France est actuellement en récession), les prélèvements sur les ménages pourraient ne pas augmenter. Mais du côté des impôts payés par les Français en général, l’histoire pourrait ne pas avoir la même fin.

Une augmentation de la TVA prévue au 1er janvier La TVA, pour commencer, devrait augmenter au 1er janvier. Si certains biens, aujourd’hui taxés à 5,5%, devraient voir la taxe sur la valeur ajoutée ramenée à 5%, les autres, dans leur grande majorité, devraient la voir grimper. Les biens et autre services actuellement taxés à 7% et 19,6% devraient voir leur TVA passer à 10% et 20% début 2014. Objectif du gouvernement : récupérer 6 à 7 milliards d’euros pour financer une partie du crédit d’impôt compétitivité emploi accordé aux entreprises, et qui s’élève à 20 milliards.

Publicité
Un déficit colossal à comblerAutre point : la France vient de se voir accordé deux ans par Bruxelles pour ramener son déficit sous la barre des 3% du PIB. Une tâche qui s’annonce ardue, même si la France sort rapidement de la récession. Il faudra sans aucun doute trouver des sources de recettes pour combler ici et là les déficits  qui plombent le budget de l’Etat. Des économies qui pourraient passer par une suppression ou un coup de rabot supplémentaire sur certaines de niches fiscales. Dans tous les cas, les impôts, s’ils devaient réellement ne pas augmenter en 2014, ne devraient pas baisser.