Ces derniers temps, la Suisse semble avoir perdu en popularité... En effet, les riches Français qui s'expatrient lui préfèrent régulièrement la Belgique. Mais pourquoi ? Quelles différences ? Planet.fr vous explique tout.

Gérard Depardieu cette semaine, Bernard Arnaud il y a quelques mois... La Belgique semble vraiment avoir la cote auprès des grandes fortunes françaises... Mais pourquoi les Français se tournent-ils vers ce pays ? Pourquoi délaissent-ils la Suisse ?

En effet, dans le dernier classement annuel des trois cents plus grosses fortunes de Suisse établi par le magazine économique Bilan, on s'aperçoit qu'ils sont 43 Français à s'être expatriés... Seuls deux nouveaux noms entrent dans la liste, et ils étaient 44 l'année dernière. Trois personnes fortunées ont donc quitté le pays.

Pour profiter de la fiscalité suisse, il ne faut pas y travaillerIl faut reconnaître que s'expatrier en Suisse n'est pas si facile que ça. En effet, pour profiter des avantages fiscaux de la Suisse, il ne faut pas y travailler ! C'est pourquoi les Français que l'on y trouve sont généralement des sportifs, des chanteurs, des rentiers ou de riches retraités.

Et le patrimoine de l'exilé doit être suffisamment conséquent pour valoir le coup. Ainsi, Marc Vaslin, avocat associé chez Sotti & Associés, précisait dans Les Echos qu"'il faut disposer d'au moins 15 millions d'euros de patrimoine liquide pour que l'imposition au forfait soit intéressante, car c'est à ce niveau que les ponctions sur les revenus deviennent vraiment plus douces qu'en France. En dessous, il est souvent préférable d'être imposé dans les conditions de droit commun dans certains cantons".

La Belgique, un petit paradis fiscal pour les FrançaisLa Belgique est beaucoup plus souple de ce côté-là, et c'est la raison pour laquelle elle attire également de nombreuses fortunes. Si l'on compare le système fiscal belge au système fiscal français, la Belgique est un petit paradis pour nos fortunés.

Publicité
Ainsi, la Belgique ne connait pas l'ISF, ni la taxation sur les plus-values mobilières (qui peut atteindre 60,5% en France). Les donations peuvent de faire sans avoir à payer des droits qui atteignent parfois 45% en France. Par ailleurs, les impôts locaux sont bien moins importants qu'en France et les revenus fonciers sont taxés jusqu'à 50% mais sur la base d'une valeur cadastrale peu élevée. Pour finir, les revenus du travail sont certes imposés, mais pas à hauteur des 75% que prévoit la loi de finances française.