Il existe de multiples manières d'investir en vue de payer moins d'impôts. Mais entre le fait de souscrire une assurance vie et celui de placer vos économies dans un arbre truffier, il y a un monde. Zoom sur ces niches fiscales originales auxquelles personne n'aurait préalablement songé. 

Par niches fiscales, il faut comprendre : avantage fiscal qui vous permet, sous certaines conditions, de réduire le montant de votre imposition, voire de totalement l'annuler. Or qui dit avantage pour les uns, implique bien souvent désagréments pour les autres. Et les niches fiscales ne font pas exception à la règle ! En 2018, elles pourraient être à l'origine d'une perte de revenus pour l'Etat portée à 100 milliards d'euros, estime Philippe Vigier, député UDI. D'où le fait que l'Etat soit particulièrement enclin à généraliser le plafonnement desdites niches. Surtout qu'au regard du projet de loi de finances 2018, il est fort probable que 17 nouvelles niches fiscales émergent dans les prochains mois et que 11 soient déclassées portant le nombre de niches existantes à 457 contre 451 l'an passé. 

Et si en 2017, bon nombre de placements ont remporté les faveurs des Français à l'instar du fameux CICE, des dons aux associations, ou encore de la restauration de monuments historiques, certaines activités et professions ont, en 2018, encore la possibilité de bénéficier d'un allègement fiscal particulièrement heureux. Tour d'horizon. 

L'amendement panda pour les zoo

Suite à la venue du couple présidentiel au zoo de Beauval en décembre 2017, un amendement pour le moins original a été approuvé par le Parlement. Certes, il pourrait faire perdre à l’Etat pas moins de 7,2 millions d’euros par an. Pour autant, il devrait surtout permettre aux parcs zoologiques de bénéficier d’une réduction de leur TVA, la faisant passer de 10 à 5,5 %, révèle le site Challenges. Un joli cadeau fiscal pour ces derniers. Lesquels disposent désormais d’un taux aligné à celui des "spectacles vivants".

Les producteurs de truffes

On découvre, par ailleurs, que les producteurs d'arbres truffiers peuvent également bénéficier d'une exonération d'impôt particulièrement alléchante. Depuis 2005, ils sont exonérés de tous les bénéfices issus de la culture d'arbres truffiers pendant 15 ans et ce, pour un coût annuel d’environ 1 million d'euros. Le but ? Leur apporter une compensation compte tenu des cycles de productions qui se révèlent aléatoires. Seulement voilà, cette niche fiscale serait, semble-t-il, tout bonnement inefficace et pourrait bien, de ce fait, disparaître. A voir si tel sera le cas en 2018. 

Les fabricants de pipes situés dans le Jura

Jusqu'à preuve du contraire, les maîtres pipiers, notamment ceux situés dans le Jura, peuvent encore bénéficier d’un allègement fiscal. Ils ont, en effet, la possibilité de déduire de leurs impôts 5 % de leurs frais professionnels avec un plafond porté à 7 600 euros.

Les médaillés des JO  

D'autres niches fiscales tout aussi étonnantes existent et ont été créées en guise de remerciement cette fois. C'est le cas de l'allègement dédié aux médaillés des Jeux Olympiques. Il y a deux ans, les députés avaient, en effet décidé de les exonérer d'impôt sur le revenu pour les primes perçues aux jeux Olympiques et Paralympiques de Rio 2016. Etait ainsi prévu par la loi un "étalement sur quatre ans des impôts sur les primes des champions médaillés au Jeux olympiques (50 000 euros pour l'or, 20 000 pour l'argent, 13 000 pour le bronze)". 

Les entreprises disposant d'une flotte de vélos 

Une réduction d'impôt est également prévue pour les entreprises qui mettent à la disposition de leurs salariés une flotte de vélos. Depuis deux ans, elles ont la possibilité de défiscaliser 25 % des dépenses effectuées à ce titre. Un allègement qui fait suite à loi sur la transition énergétique. Laquelle donne la part belle aux déplacements domicile-travail à vélo.

Publicité
Autres professions qui ont, à un moment, bénéficé de "souplesses fiscales" (et qui, pour certaines, peuvent encore en profiter) : les limeurs de cadres de bicyclette de la Loire, les constructeurs de monuments aux morts, ainsi que brodeurs issus de la région lyonnaise. Ne reste plus qu'à vérifier si 2018 continuera ou non de leur être favorable. 

En vidéo - Niches fiscales : un record battu dans le budget 2018

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet