Alors que le viager est un bon moyen de gonfler les retraites des Français les plus modestes, la Caisses des dépôts envisage actuellement de le relancer en créant un fonds d’investissement. Plus de détails.

Comment relancer le viager en France ? C’est la question sur laquelle planche actuellement la Caisse des dépôts (CDC) Parmi les pistes avancées pour booster cette forme de vente immobilière qui permet chaque année à des milliers de personnes âgées de compléter leur faible retraite, la CDC a avancé mercredi l’idée d’un fonds d’investissement. "La CDC a conduit un travail de réflexion ces derniers mois sur un projet innovant de viager intermédié",a en effet confié une source proche du dossier. Alors que le viager consiste normalement à verser une rente à un propriétaire jusqu’à sa mort et à récupérer sa maison par la suite, la forme "intermédiaire" diffère en ce que l’acheteur n’est plus une personne physique mais un fonds souscrit pas des investisseurs institutionnels et géré par une société de gestion.

Solvabiliser l’épargne immobilière des FrançaisCe projet de viager "intermédié" permettrait ainsi de doper le marché du viager qui perd un peu en vitesse. Celui-ci n’enregistre en effet que 3.500 à 7.000 transactions chaque année en France, et compte un plus grand nombre d’offreurs que d’acquéreurs."Nous nous sommes dit que créer un outil qui permettrait à un certain nombre de Français de solvabiliser leur épargne immobilière à travers une vente viagère serait une bonne chose", a expliqué le président de la commission de surveillance de la Caisse, Henri Emmanuelli, au micro de RTL. Convaincu du bienfondé de ce projet, celui-ci a par ailleurs souligné que les héritiers conserveraient toutefois un bien de préemption pour racheter les biens immobiliers.

Publicité
Les acheteurs sont freinés par l’allongement de la durée de vieL’Institut national de la statistique (Insee) estime que 72% des plus de 70 ans sont propriétaires de leur résidence principale. Pour autant, de nombreux propriétaires hésitent à franchir le cap du viager craignant que leurs acheteurs ne soient pas solvables dans le temps. De leur côté, les acheteurs potentiels sont freinés par l’allongement de la durée de vie et redoutent de devoir payer une rente pendant de nombreuses années.
Publicité