Vous allez acheter un appartement à rénover ou refaire celui que vous occupez ? Voici l’essentiel de ce qu’il faut savoir avant de budgéter les travaux… 

Envie de rénover un appartement ancien afin de le refaire à votre goût ? Il est parfois intéressant d’acheter une surface à rénover. Normalement, un logement dans cet état est proposé avec une décote de 15% à 25%. Comment estimer le coût de sa remise en état ? En cumulant, l’électricité, la plomberie, les menuiseries, la peinture, l’isolation intérieure, l’addition peut devenir longue comme le bras. Voici les principaux repères à ne jamais perdre de vue pour contenir la facture :

 

- Examinez soigneusement le document de diagnostic technique (DDT) du logement. Il vous fournit les informations essentielles sur les postes suivants : risque d'exposition au plomb; présence ou absence de matériaux ou produits contenant de l'amiante ; termites dans le bâtiment ; état de l'installation intérieure de gaz, diagnostic de performance énergétique (DPE), état de l'installation intérieure d'électricité, etc. Vous évaluerez ainsi, les améliorations à financer.

 

- Si vous n’êtes pas bricoleur, faîtes appel à une entreprise dite "tous corps d'Etat" pour les travaux. Elle coordonnera les différents professionnels intervenant sur le chantier. Le bouche à oreille est la meilleure manière de sélectionner les entrepreneurs à qui demander un devis. Les honoraires d’un architecte d’intérieur sont calculés selon un pourcentage assis sur le prix HT des travaux (+ ou - 10% à 15%) alors que la rémunération d’un décorateur d'intérieur est établie sur forfait.

 

- Un tarif de 1 000 euros/m² est généralement évoqué pour une rénovation totale. Ce chiffre peut varier du simple au triple selon la difficulté des tâches à réaliser et le niveau de prestation souhaité. Tablez sur une moyenne de 500 euros pour des travaux de rénovation "légers" (peinture, changements des revêtements de sol..); de 800/1 000 euros pour un milieu de gamme (rénovation simple + changement cuisine ou électricité); et de 1 500/2 000 euros pour une rénovation lourde (changement ou création de cloisons, plomberie, création de salle de bain…) avec des produits haut de gamme.

 

Conseil : ne lésinez pas sur le prix des équipements car gagner 20 euros sur le prix d’un robinet ne sert à rien s'il faut le remplacer tous les 2 ans parce qu'il goutte.

 

- Dans le détail, comptez de 30 à 100 euros/m² pour les travaux d’isolation, environ 40 euros le m2 (hors fourniture) pour le placo, de l’ordre de 25/30 euros le m2 pour la peinture (fourniture incluse) comme la plomberie (hors fournitures). Ajoutez environ 30/50 euros pour un carrelage qui vous reviendra environ à 50 euros/m2 pour une salle de bain et à 25/35 euros/m2 dans une cuisine.

 

En ce qui concerne les parquets, comptez de l’ordre de 40 euros/m2 pour la rénovation d’un parquet en chêne traditionnel. Pour ce prix, vous pouvez exiger un ponçage + vitrification (2 passes). Si des parties sont à changer, l’addition monte très vite. Pour des lattes de chêne massive d’une épaisseur de 2,2 cm montées sur lambourdes, comptez de l’ordre de 100 euros/m2.

 

- Pour réduire la facture, pensez à vous organiser, c’est à dire à lister les travaux et à fixer un planning. Puis, faites établir un devis par plusieurs professionnels en prévoyant des pénalités de retard en cas de débordement. Cette précaution est indispensable car les artisans ont pour habitude de cumuler des chantiers qu’ils font ensuite "tourner" les uns après les autres, ce qui entraine souvent un timing élastique.

 

Prenez des repères. En ce qui concerne la peinture et décoration, comptez, par exemple, une phase de décapage et de préparation d’environ 1 à 2 jours par pièce, puis entre 2 et 4 jours (par pièce) pour la peinture en incluant les temps de séchage. 

 

Publicité
- De manière générale, retenez que plus les travaux sont importants et plus la facture sera lourde. Aussi, pensez à faire le tour des aides dont vous pouvez bénéficier : éco-prêt à taux zéro, crédit d’impôts, etc. 
Publicité