Dérisoire à Paris, cette mensualité permet de s’offrir un logement confortable, voire spacieux, sitôt les limites du périphérique franchies.

En début de carrière, le salaire à une taille jockey. Et il est difficile de consacrer plus de 500 euros/mois à se loger sans se condamner au riz et à l’eau. Ces 500 euros suffisent pour entrer dans ses meubles et convertir un loyer à fonds perdu en dépense d’investissement. Sur la base d’un prêt d’une durée de 15 ans au taux d’intérêt (hors assurance) de 1,50%, 500 euros de remboursement mensuel vous donne la possibilité d’emprunter une somme de 80.500 euros. Avec une assurance au taux de 0,15%, le montant de votre mensualité atteindra 510 euros. 

En passant la durée du crédit de 15 à 20 ans et moyennant un taux de crédit un peu plus élevé (1,54%), vous pourrez vous endetter à hauteur de 103.000 euros. Certes avec 100.000 euros, il est impossible de s’offrir le palais de Buckingham. Et à Paris où le prix au m2 est proche de 8300 euros, vous n’irez pas bien loin. Mais dès que l’on s’éloigne de la tour Eiffel, la donne s’améliore.

Dans la petite couronne, selon les prix relevés par la Chambre des notaires d’Ile-de-France, le prix moyen des appartements anciens à la vente se situait en moyenne à 4350 euros à la fin 2016. Avec un capital de 100.000 euros, il est donc possible de se loger dans un studio de 22 m2. C’est encore étroit, mais selon les départements cette surface peut doubler.

Ainsi dans l’Essonne (2580 euros/m2) en Seine-et-Marne (2590 euros/m2) et dans le Val-d’Oise (2670 euros/m2), votre pécule sera suffisant pour mettre la clé d’un deux-pièces d’un peu moins de 40 m2 dans votre poche. Evidemment si vous cherchez à poser vos valises dans une banlieue huppée, vous devrez réviser vos ambitions à la baisse. Ainsi, avec 100.000 euros vous pourrez juste vous offrir une vingtaine de m2 dans les Hauts-de-Seine (5300 euros/m2) qui reste le secteur le plus cher de la petite couronne.

Le charme immobilier de la province

La France ne se limite pas à Paris et dès que l’on se trouve en province, 100.000 euros ouvrent des horizons immobiliers insoupçonnés. Avec cette somme dans le Nord (2250 euros/m2), où le prix des maisons est en moyenne de 150.000 euros selon le baromètre immobilier des notaires, vous pourrez vous installer dans un beau 2 pièces d’un peu plus de 40 m2, voire de 50 m2 si vous résidez dans le Pas-de-Calais.

Plus à l’ouest en Bretagne, les prix varient selon les départements. Ils sont, par exemple de 1290 euros/m2 dans le Finistère, de 1560 euros/m2 dans les Côtes-d’Armor, de 2000 euros/m2 dans le Morbihan, de 2340 euros en Ille-et-Vilaine, etc. Selon les terroirs, votre mensualité de 500 euros vous permettra de financer un logement qui peut aller d’un grand 2 pièces à un petit 3 pièces.

De l’autre côté de la France, à l’Est, les prix sont à peu près dans la même moyenne : environ 2170 euros/m2 dans le Bas-Rhin, 1530 euros/m2 en Moselle, 1560 euros/m2 en Moselle, 940 euros/m2 dans la Meuse et de 910 euros dans les Vosges. De quoi voir grand. Dans certains départements, 100.000 euros sont suffisants pour s’offrir un appartement familial d’une centaine de m2 !

Même topo dans le centre de la France ou un appartement ancien situé dans le Cher se négocie 1080 euros/m2, contre 1000 euros en Corrèze, 910 euros dans l’Indre, 860 euros dans la Creuse, 770 euros dans la Nièvre… Là également, transformer 500 euros de loyer en mensualité de remboursement vous permettra de devenir propriétaire d’un bien de belle superficie.

Publicité
Si vous préférez le soleil et mettez le cap au Sud, sachez que dans les Landes, un m2 vous reviendra environ à 2150 euros et à 2830 euros en Gironde. En vous déplaçant vers l’Est vous pourrez vous offrir de 40 à 50 m2 dans les Pyrénées-Orientales (1740 euros/m2). Si vous préférez Marseille (2460 euros/m2), le Var (2770 euros/m2) vous devrez témoigner de davantage de modestie et vous contenter d’un grand 2 pièces. Voire d’un studio dans les Alpes-Maritimes où la moyenne des prix a pris une insolation et s’établit autour de 3660 euros/m2.
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet