Le reflex classique pour réaliser des travaux chez soi, c'est d'aller voir son banquier pour faire un prêt travaux. Toutefois, il existe des alternatives ou des initiatives complémentaires. On vous donne quelques conseils. 

Prêt via Épargne logement

Si vous avez un Compte épargne logement (CEL) depuis plus de 18 mois, par exemple, vous pouvez financer des travaux de rénovation. Selon l'épargne accumulée, vous aurez la possibilité d'emprunter jusqu'à 23 000 euros à un taux défiant toute concurrence, de l'ordre de 2 à 3% selon le moment où les fonds ont été déposés. Même chose avec un Plan épargne logement (PEL). Le plan épargne logement (PEL) est une épargne bloquée qui, quand son terme est atteint (4 ans), peut être utilisée de plusieurs façons. Il peut ainsi, soit être clôturé, soit être poursuivi, soit permettre d'obtenir un prêt immobilier à un taux privilégié. L'obtention du prêt permet également à son souscripteur de bénéficier d'une prime versée par l'État. Pour les PEL ouvert depuis le 1er mars 2011, la prime d'État est versée uniquement si le PEL donne lieu à un prêt immobilier de 5 000 euros minimum.

Publicité
Le montant du prêt est plus élevé (jusqu'à 92 000 euros) et le taux de plus en plus attractif (4,20% si votre plan est ouvert depuis le 1er août 2003, 2,70% pour une ouverture en janvier 2016). En principe, vous devez faire la demande auprès de la banque où vous avez votre PEL. Cependant, vous pouvez choisir un autre établissement si vous remplissez les conditions pour l'obtenir. La banque qui vous propose un prêt peut exiger des garanties, notamment un cautionnement bancaire ou une hypothèque du bien. Elle peut également vous imposer une assurance. Sachez par ailleurs que la banque qui vous accorde un prêt ne peut pas vous imposer de domicilier vos revenus chez elle.
Publicité