Que ce soit pour le dossier ou pour établir le bail de location, le propriétaire ne peut pas tout demander au locataire. Des pièces justificatives autorisées aux clauses contractuelles nulles, découvrez ce qui est possible de ce qui ne l'est pas.  

1 - Les justificatifs qu'un bailleur ne peut pas vous réclamer

Au moment du choix du locataire, le bailleur compare les dossiers des locataires postulants. Aujourd'hui, il ne peut plus demander certaines pièces comme : - le jugement de divorce, le contrat de mariage ou un certificat de concubinage,- un dossier médical sauf pour un logement adapté,- un extrait de casier judiciaire,- une carte d'assuré social,- une copie de vos relevés bancaires, une attestation de bonne gestion de vos comptes ou d'absence de crédits en cours,- une autorisation de prélèvement automatique pour le loyer et les charges.

Ce qu'il peut demander en revanche : - une pièce d'identité en cours de validité*,- un justificatif de domicile (3 dernières quittances de loyer, attestation sur l'honneur d'un hébergeant indiquant que vous résidez chez lui…),- un contrat de travail, les 3 derniers bulletins de salaire, une attestation de l'employeur précisant l'emploi et la rémunération** ou toute pièce récente attestant d'une activité indépendante***- le dernier avis d'imposition, un justificatif de versement d'indemnités de retraites ou pensions…

Publicité
* ou une carte de séjour pour les ressortissants étrangers. Il est illégal de louer un logement à des personnes en situation irrégulière.** si vous ne pouvez pas fournir le contrat de travail et les derniers bulletins de salaire. *** les deux derniers bilans pour les professions non salariées.