Une startup et un notaire nantais se sont associés pour vendre des biens immobiliers via un procédé original. Il s’agit de la technique du cadran, une sorte d'enchère dégressive. 

En juin dernier, une startup nantaise, Kadran.immo, a décidé d’adapter la vente au cadran, traditionnellement réservée au marché animal, à l’immobilier. Le principe est simple : sur une plateforme numérique, le vendeur détermine un prix de départ et un autre sous lequel il ne veut pas aller. Ensuite, le prix baisse toutes les trente secondes jusqu’à ce qu’un acheteur clique sur l’offre pour la remporter. A l’issue de la vente, le vendeur est en droit de choisir l’acheteur qui lui convient le mieux voire de ne finalement pas vendre le bien, explique Le Figaro.

Comme l'a rapporté 20 minutes, une dizaine de biens ont déjà été vendus via ce procédé. "Au départ, l’objectif était de proposer cette méthode aux promoteurs qui souhaitent déstocker rapidement leurs logements neufs", a expliqué Eliott Godet, l’un des fondateurs de la startup.

Les biens ne se vendent pas forcément à la baisse

Pour proposer ces ventes, la jeune entreprise s’est associée dans un premier temps avec un notaire nantais, Me Vincent Chauveau. "Dans 90 % des cas classiques, un bien immobilier se vend à la baisse, assure le notaire. Avec la vente au cadran, tout est transparent. Une fois que nous avons organisé les visites et vérifié le profil des potentiels acquéreurs, c’est le chronomètre qui fait se rencontrer offre et demande. C’est aussi très utile pour les biens atypiques, difficiles à évaluer.", a indiqué ce dernier à 20 minutes.

Par ailleurs, les biens ne se vendent pas forcément à la baisse. La première vente de Kadran.immo en juillet dernier était un corps de ferme affiché pendant un an à 420 000 euros. Il s’est finalement venu à 510 000 euros.

Publicité
Kadran.Immo est en pleine expansion. Plusieurs promoteurs immobiliers, emballés par ce type de vente, se sont rapprochés de la startup afin d’organiser une "quinzaine" de vente en octobre, a rapporté 20 minutes.
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet