Des propriétaires, qui souhaitent vendre leur maison, ont été arnaqués par des escrocs qui se sont fait passer pour des agents immobiliers. A la clé, des centaines d'euros de préjudice.

La technique est simple mais redoutable : des escrocs se font passer pour des agents immobiliers afin de voler l’argent des propriétaires. Souvent pressés de vendre, les particuliers postent leur offre sur un site de ventes (comme Entreparticulies.com). C’est là que l'arnaqueur entre en jeu...

Une arnaque en quatre étapes, et 450 euros de perte à la fin

Celui-ci repère l’annonce et contacte le propriétaire en prétendant représenter un client qui est prêt à payer immédiatement (et à bon prix) le logement. Le propriétaire, pris au piège, est prié ensuite de se rendre vers un faux site internet (Justimmo.com, Mavisionimmo.com, Monchoiximmo.com…) afin de remplir toutes les données.

Sauf que, pour ouvrir un dossier, il faut débourser 450 euros de frais au soi-disant commercial. Et lorsque la transaction est effectuée, l’escroc ne donnera plus de nouvelles, et le prétendu acheteur n’apparaîtra jamais. La justice recherche les escrocs, toujours très discrets et bien cachés.

A lire aussi - En images : voici la future plus haute tour du monde

"Vu le marché actuel de l'immobilier, pas étonnant que des sociétés frauduleuses pullulent pour profiter de la crédulité de certains acheteurs", explique Fabrice Abraham, le patron de Guy Hocquet, interrogé par Le Parisien. Le monde de l’immobilier est, en effet, craint par de nombreux propriétaires. Ces derniers cherchent à tout prix à vendre le plus vite possible, dès qu’une occasion en or se présente.

Les astuces pour ne pas se faire avoir

Publicité
Comment faire pour éviter de se faire piéger ? Le Parisien propose quelques idées, comme vérifier l'identité des interlocuteurs. Le journal rappelle que tous les intermédiaires du secteur immobilier possèdent une carte professionnelle. Les propriétaires ont donc le droit de leur demander. Aussi, comme indique la loi Hoguet datant de 1970, "aucun professionnel ne peut toucher de l'argent avant la signature de l'acte de vente ou de mise en location du bien immobilier". En cas de versement sans signature, le fraudeur encourt deux ans de prison et 30 000 euros d'amende. Enfin, le propriétaire doit étudier tous les détails de la vente. Il est conseillé donc de se documenter, de vérifier toutes les procédures, les droits et devoirs du vendeur et les délais légaux.

Vidéo sur le même thème : Le prix de l'immobilier en Bretagne : Pierricke Chever

Publicité