La galère de vacances que beaucoup appréhendent : la semaine dernière dans l'Hérault, deux familles ont réservé la même maison sur une plateforme numérique. Quand ces dernières sont arrivées sur les lieux, la situation a tourné au vinaigre et les gendarmes ont dû intervenir. 

Situation plus que cocasse dans l’Hérault. Alors que le littoral est surpeuplé en cette période estivale, deux familles ont eu une désagréable surprise en arrivant sur le département la semaine dernière. Comme le rapporte Le Midi Libre, elles ont toutes les deux loué la même maison, et ce à la même date. La bâtisse, située sur la commune de Sauvian, a d’abord été investie par une première famille, accueillie par les propriétaires en fin d'après-midi. Ces derniers pensaient alors qu’il s’agissait des bons locataires. Coup de théâtre, quelques minutes plus tard, un couple avec trois enfants a fait son apparition dans la propriété. Ces derniers devaient en plus être rejoints par des amis.

Alors que les propriétaires avaient déposé une annonce sur plusieurs plateformes d'hébergement, la réservation des premiers arrivés avait été validée sur leur site de Booking, mais nullement par les propriétaires de la maison qui avaient déjà bloqué le bien pour d'autres vacanciers. Des explications qui n'ont pas suffi à calmer les tensions entre les deux famille, chacune restant campée sur ses positions et refusant de céder la place à l'autre.  

Les gendarmes sont intervenus

Le propriétaire a confié au Midi Libre qu’il est parvenu, en cours de soirée, à joindre un opérateur sur le site de réservation fautif. La plateforme a alors assuré aux touristes qu’une seconde maison de remplacement, située à Nissan-Lez-Enserune, était disponible et qu’ils pouvaient s’y rendre tout de suite. Méfiants, les vacanciers se sont alors scindés en deux groupes pour aller vérifier que la maison en question était bien disponible. “Quand ils sont arrivés à Nissan, la propriétaire était en train de dormir et n'était absolument pas au courant. Elle a catégoriquement refusé de louer sa maison même après avoir allumé son ordinateur et pris connaissance du mail de Booking.” La situation a alors commencé à dégénérer. “Ils sont devenus très agressifs et se sont emparés des clés”, raconte le bailleur de la première maison au Midi Libre. Ce dernier a donc appelé les gendarmes en renfort.

Publicité
Les militaires ont alors joué les médiateurs, proposant à tous les vacanciers de dormir sur place. Le lendemain, une deuxième maison a finalement été trouvée sur une autre plateforme d’hébergement, débloquant alors la situation. Le site à l’origine du dysfonctionnement a ensuite informé le loueur que "le manque à gagner pour eux serait retenu sur les prochaines réservations". Le propriétaire compte faire appel à un avocat.

 Vidéo sur le même thème : Locations saisonnières : attention aux escroqueries

mots-clés : Hérault, Maison
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet