Une étude américaine du MIT montre que la mise en place de l’encadrement des loyers n’est pas efficace et peut poser problème. Explications. 

Alors que Paris va déterminer des loyers de référence à partir du 1er août pour réguler les baux, une étude américaine du MIT (Massachussets Institute of Technology), relevée jeudi par Le Figaro, montre que l’encadrement des loyers serait inefficace.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs se sont penchés sur la politique d’encadrement des loyers menée par la ville de Cambridge entre 1970 et 1994. Résultat : si les biens soumis à l’encadrement étaient évalués 45 à 50% de moins, les inconvénients étaient également nombreux.

Vétusté des appartements

Parmi eux, la vétusté des appartements, qui rencontraient plus de problèmes de maintenance que les autres, précise le Figaro. Avec des loyers moins élevés, les propriétaires pourraient en effet être tentés de moins dépenser pour l’entretien du bien immobilier.

Publicité
Un autre problème pointé du doigt par les professionnels est également que cette régulation des loyers pourrait dissuader les particuliers d’investir dans le locatif. Avec des loyers moins élevés, et par conséquent des revenus moins importants, ils pourraient en effet choisir d’investir dans un autre secteur. L'étude montre ainsi que la fin de l'encadrement des loyers dans la ville de Cambridge a coïncidé avec l'augmentation des constructions d'appartements et maisons. 

En vidéo sur le même thème : L’encadrement des loyers servira-t-il à quelque chose ?