Différents taux, remboursement sur 365 jours... Voici quelques rappels importants pour ne pas se tromper si vous contractez un crédit immobilier. 

Une étude de la société de conseil les Expertiseurs du Crédit, révélée en 2014, montrait que près de la moitié des crédits accordés aux particuliers pour acheter un logement ne seraient pas conformes à la réglementation. Ce qui peut évidemment compliquer la suite pour les acquéreurs. Pour éviter au maximum les problèmes lorsque vous contractez un prêt immobilier, quelques règles importantes sont à retenir.

Il faut tout d’abord bien faire attention au taux proposé. Taux fixe ou taux variable, c’est à vous de voir ce qui vous semble le plus intéressant en fonction du marché de l’immobilier. Et n’hésitez pas, pour cela, à faire des simulations afin de comparer les taux des différents établissements.

Un coût qui varie selon plusieurs critères

Si le taux est évidemment l’un des points les plus importants à prendre en compte pour choisir son crédit immobilier, il faut se rappeler que le coût de votre crédit va également varier selon la durée d’emprunt, les frais de dossier ou encore le coût de l’assurance de prêt. Le taux pourra vous paraître ainsi alléchant mais sur une plus longue durée qu'à l'accoutumée, cela pourra revenir à plus cher que vous ne l'espériez. Vérifiez donc toutes ces informations avant de signer. 

Bien regarder comment les intérêts sont calculés

Publicité
De nombreuses banques ont par ailleurs été mises en cause il y a quelque mois pour avoir calculé les mensualités de remboursement sur la base de "l'année lombarde" qui comprend 360 jours plutôt que l’année civile qui en compte 365. Ce qui a un réel impact sur le montant que vous aurez remboursé sur le long terme. Si vous découvrez une telle pratique dans votre contrat, contactez votre banquier et demandez une contrepartie. Si vous n’obtenez pas gain de cause, vous pouvez également être soutenu par des associations de consommateurs.

A lire sur ce sujet - Crédit immobilier : comment les banques vous arnaquent  

A retenir également qu’il est possible de contester son crédit durant les cinq ans qui suivent la découverte des erreurs.

En vidéo sur le même thème - Immobilier : "Faire jouer la concurrence pour renégocier son crédit" 

Publicité