International
Icône sulfureuse des années 1980, celle que l’on surnomme la Cicciolina s’est fait un nom grâce à sa plastique et à ses manières outrageuses. Beaucoup moins populaire qu’avant, la sexagénaire tente aujourd’hui de vivre en exploitant ce qu’il reste de son personnage 
Publicité