Vidéos Sciences
L'Agence française du médicament (AFS) avait déjà pointé du doigt des failles qui avaient amené au drame de l'essai clinique à Rnenes. C'est désormais au tour de l'IGAS (Inspection Générales des Affaires Sociales) de pointer sa responsabilité. Elle lui reproche plusieurs manquement, dont celui de ne pas avoir prévenu assez tôt les autorités.
Publicité