Deux milliards d'euros, c'est le montant des dépassements d'honoraires des professionnels de santé en 2005 selon un récent rapport de l'Inspection générale des affaires sociales. Une pratique qui se généralise en nuisant à l'égalité de l'accès aux soins.

Honoraires médicaux, ça dépasse !

Dépassements records

Ont-ils, cette fois, poussé le bouchon un peu trop loin ? Dans tous les cas, les professionnels de santé viennent de se faire épingler par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas). En 2005, ils auraient demandé à leurs patients une rallonge de 2 milliards d'euros. C'est la conclusion d'un récent rapport de l'Igas, révélé par l'hebdomadaire "Le Point" le 12 avril. Pour les rapporteurs du rapport, cette pratique des dépassements d'honoraires s'est tellement généralisée qu'elle constitue "un recul de la solidarité nationale". Le ministre de la Santé Philippe Bas a également rappelé aux praticiens leur obligation déontologique.

Selon l'article 35 du Code de déontologie médicale : "Les honoraires du médecin doivent être déterminés avec tact et mesure". Si le tact prévaut pour certains, pour d'autres, il semble que ce soit plutôt la démesure. Les anesthésistes lyonnais, par exemple, toucheraient 139 800 euros de dépassement honoraire en moyenne par an.

Les spécialistes les plus gourmands

Publicité
D'après le rapport de l'Igas, les disciplines les plus touchées sont la chirurgie, l'ophtalmologie, l'ORL et la gynécologie obstétrique. Et les dépassements d'honoraires deviennent monnaie courante chez les spécialistes. Dorothée Hannotin, responsable à la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) le confirme : "Les dépassements d'honoraires des médecins en secteur 1, (tarif de la Sécurité sociale obligatoire), sont extrêmement limités". Ils représentent moins de 1 % des honoraires des médecins généralistes en secteur 1 selon une étude de la Cnam de 2004.