Vidéos Argent/Bourse
La Hongrie pourrait faire appel à des travailleurs étrangers pour pallier au manque de main d'oeuvre. C'est l'idée émise par le gouvernement de Viktor Orban, qui n'a pourtant jamais caché son hostilité aux migrants. La Hongrie est passée sous la barre des 10 millions d'habitants. En huit ans, 400 000 Hongrois ont quitté le pays, qui affiche un des taux de natalité les plus faibles d'Europe malgré l'ambitieuse politique familiale mise en place par le gouvernement conservateur (4% du PIB) pour le relancer. Péter Lakatos, chef d'entreprise et vice-président du syndicat patronal explique: 'il y a une pénurie de main d'oeuvre dans plusieurs régions du pays, pas seulement dans les emplois qualifiés, comme soudeur, machiniste CNC, cuisinier ou serveur, mais aussi chez les salariés peu qualifiés, des travailleurs à la chaîne qui se forment sur le tas... même eux sont parfois difficile à trouver'. Paradoxalement, un référendum organisé par le gouvernement aura lieu le 2 octobre en Hongrie, au sujet des quotas de réfugiés exigés par l'Union Européenne. Viktor Orban, qui a fait construire des barrières anti-migrants l'été dernier, appelle à dire 'non' à Bruxelles. La Hongrie fait partie des quelques États membres qui n'ont pas encore appliqué cette directive de Bruxelles. Le débat sur la main d'oeuvre étrangère aura au moins le mérite de nuancer l'image xénophobe du pays, explique la chercheuse Ágnes Hárs: 'c'est juste une partie d'un problème très complexe. Si cela a pour but de soulager un peu cette politique anti-migrants, et bien c'est déjà réussi. Mais je ne pense pas que cela permettra d'atteindre l'objectif visé en matière économique', dit-elle. Le plan du Ministre de l'économie Mihaly Varga, qui n'a pas encore été détaillé, pourrait bien briser l'ultime tabou des ultra-conservateurs: autoriser les non européens à travailler en Hongrie, en suivant le modèle de la Pologne où travaillent un million d'Ukrainiens. Andrea Hajagos - euronews: 'Si des travailleurs étrangers étaient vraiment appelés à venir en Hongrie, les experts se demandent combien de personnes accepteraient, au regard des bas salaires et de la politique anti-migrants du gouvernement hongrois'.
Vidéos A la une
Le très controversé Uber renonce à la Hongrie. L'Américain pliera bagage le 24 juillet, date de l'entrée en vigueur d'une loi permettant de bloquer pendant un an les applications mobiles de transport entre particuliers. Ce n'est qu'un au revoir Rob Khazzam, responsable d'Uber en Europe centrale, veut croire qu'il s'agit seulement d'un au revoir. 'C'est une décision inédite. Nous n'avons pas été interdits, mais il est simplement devenu impossible pour nos partenaires de travailler. Et malheureusement, cela nous a conduit à suspendre nos activités. Il s'agit des mêmes services que dans 21 autres Etats membres, mais il est devenu trop difficile de les assurer en Hongrie. Nous espérons que ça changera, et si c'est le cas, nous serons les premiers à revenir,' a-t-il confié à notre correspondante à Budapest, Andrea Hajagos. Uber maintiendra d'ailleurs une présence en Hongrie pour poursuivre le dialogue avec le gouvernement conservateur de Viktor Orban. Les taxis soulagés Ce-dernier est cependant tout acquis à la cause des taxis, qui se sont maintes fois mobilisés pour dénoncer la concurrence déloyale d'Uber. Ce mercredi, à Budapest, ils ne cachaient pas leur soulagement, à l'image de Krisztián Kovács : 'je suis ravi,' reconnaissait le chauffeur de taxi, '_ ils ôtaient le pain de la bouche des mes enfants ! Ce qu'ils faisaient n'était ni correct, ni légal, avec des prix très bas. Leur démantèlement ou leur fermeture n'est pas le fait du hasard._' Depuis l'arrivée d'Uber fin 2014, le gouvernement hongrois n'a eu de cesse de durcir sa législation contre l'application. A partir du 24 juillet, les particuliers qui utiliseront leur véhicule à des fins commerciales d'une suspension de permis de trois ans, même s'ils avaient obtenu une autorisation et payaient leurs impôts. Une stratégie controversée Pour Egon Ervin Kis, expert en e-business, la stratégie gouvernementale est une erreur. 'Nous supprimons ainsi toute opportunité de développer des solutions innovantes : des nouvelles règles, un nouveau statut pour les chauffeurs de taxi et pour les passagers. Si on veut revenir en arrière dans quelques années, ce sera encore plus difficile parce que les choses changent trop vite.' Uber revendique 1.200 chauffeurs et 150.000 utilisateurs en Hongrie. Selon notre correspondante, la plupart des utilisateurs d'Uber à Budapest sont des étrangers. On peut donc aussi se demander quel impact aura cette décision sur le tourisme.
Vidéos A la une
L'événement en Hongrie en ce moment c'est le festival électro qui se tient sur les rives du Lac Balaton. Quelque 170 000 personnes sont attendues pour ce Balaton Sound qui célèbre sa dixième édition. 'Ce qui est important ici, constate une festivalière, c'est l'ambiance elle est spéciale, on est sur une plage près du Lac Balaton, c'est ce qui rend l'événement spécial.' 'Si on le compare à tous les autres festivals, ajoute un festivalier, celui ci est incroyablement coloré et divers. Les artistes et les performeurs internationaux sont vraiment les meilleurs.' L'affiche est impressionnante avec des centaines d'événements répartis sur dix scènes... Et les cinq jours ne sont pas uniquement consacrés à de l'électro. DJ Gozth : 'J'apprécie vraiment le fait que le festival qui était avant consacré aux DJ et musiciens électro s'ouvre aussi au hip hop. Et c'était tellement bon de voir que les gens deviennent fou avec cette musique.' L'événement est devenu international, avec les pays voisins bien sûr mais aussi un fort contingent venu de Belgique et des Pays Bas. 'Ce festival est très populaire, explique une festivalière venue de Belgique, tout le monde en parle, donc on a juste voulu le voir et voir aussi le Balaton, c'est fou oui, on adore.' La renommée internationale de ce festival remonte à 2012 quand Balaton Sound a été consacré comme le meilleur festival de taille moyenne en Europe.
Vidéos A la une
'Voulez-vous que l'Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non hongrois en Hongrie sans l'approbation du Parlement hongrois?' C'est la question qui sera posée aux citoyens hongrois le 2 octobre prochain. Le gouvernement, qui est contre l'instauration de quotas décidés par l'Union Européenne, a déjà installé des pancartes dans les rues, sur lesquelles on peut lire: 'envoyons un message à Bruxelles, pour que ce soit clair pour eux aussi'. Mais pourquoi le premier ministre conservateur Viktor Orbán se donne-t-il tout ce mal, alors que la mesure est déjà à l'oeuvre? Cette analyste politique explique: 'Juste après le référendum sur le Brexit une des conclusions faites par le gouvernement hongrois était que la parole du peuple devait être entendue. Il faisait bien sur référence au référendum ici en Hongrie. Le gouvernement veut renforcer son pouvoir de négociation face à l'UE, en affirmant qu'il obéit à la volonté du peuple hongrois'. Le gouvernement Orban n'a jamais caché son hostilité aux migrants. L'été dernier il avait érigé une clôture anti-migrant le long de la frontière Serbe, puis croate. Pas question pour lui d'appliquer ce plan contraignant de relocalisation des demandeurs d'asiles, adopté en septembre dernier mais que certains pays, comme la Hongrie, n'ont toujours pas appliqué. Andrea Hajagos - euronews: Dans cette campagne qui vient d'être officiellement lancée, le parti du gouvernement et l'extrême droite appellent à dire NON à Bruxelles. Les partis de gauche, eux, vont se battre pour que le OUI l'emporte.
Vidéos A la une
La Hongrie prépare un référendum sur la question des migrants. Le Premier ministre Viktor Orbán, au discours antimigrants virulent, compte interroger ses concitoyens sur le plan de répartition des réfugiés : "Voulez-vous que l'Union européenne décrète une relocalisation obligatoire des citoyens non hongrois en Hongrie sans l'approbation du parlement hongrois ?".
Vidéos A la une
Embouteillages monstres à la frontière austro-hongroise à hauteur de la commune d'Hegyeshalom. En raison d'une opération de contrôle migratoire organisée par la police autrichienne le point de passage avec la Hongrie est totalement saturé par des centaines de poids-lours. Il faut désormais huit heures pour traverser la frontière.
Après la victoire de la Belgique 4-0 contre les Hongrois, en huitièmes de finale de l'Euro, les supporters belges ont laissé éclater leur...
Vidéos A la une
Parce que des milliers de migrants entraient dans l'Union européenne par la frontière serbo-hongroise, la Hongrie a investi 100 millions d'euros pour construire un mur de barbelés de 175 kilomètres de long et 3,5 mètres de haut. Le pays s'est senti délaissé par la politique de Bruxelles, le premier ministre a donc décidé d'organiser un référendum pour revoir la question des quotas de migrants.
Vidéos Insolite
En Hongrie, un automobiliste qui s'insérait sur l'autoroute a vu un avion atterrir devant lui
Vidéos A la une
En Hongrie, l'image du jour, c'est celle d'un Cessna qui a atterri en catastrophe sur une autoroute près de Budapest, heureusement sans provoquer d'accident. Une enquête devra déterminer les causes de cette atterrissage forcé mais il pourrait être dû à un avarie du moteur. Le pilote est sain et sauf.
Vidéos A la une
C'est sous le soleil que le numéro deux mondial du prêt-à porter, H&M a inauguré sa nouvelle boutique à Budapest. Anecdotique ? Moins qu'il n'y paraît, comme nous l'explique notre correspondante en Hongrie, Beatrix Asboth : 'Depuis quelques années, les géants du prêt-à-porter mentionnent de plus en plus souvent l'impact négatif d'une météo extrême sur leurs ventes. En 2014, une étude britannique a démontré que la météo affecte la méthode d'achat et l'humeur des consommateurs ainsi que les produits qu'ils choisissent.' Casser les prix Le géant suédois le sait bien, lui dont les ventes en avril ont souffert d'un printemps particulièrement froid. Les tenues dites de printemps n'ont donc pas trouvé preneur. Mais comment s'adapter à une météo capricieuse ? Réponse du directeur régional d'H&M, Ralf Wein : 'A court terme, la seule réaction possible à ces effets météo négatifs est de baisser les prix. Sur le long terme, peut-être nous faut-il développer plus de collections de mi-saison, pour réduire notre dépendance à la météo,' Pas de mode sans saison ! Une mode sans saison ? Une vraie révolution, selon le président de l'Association hongroise du commerce, György Vámos . 'La saisonnalité, les quatre saisons, est un des facteurs les plus importants dans le commerce de la mode, à côté du pouvoir d'achat. La mode change en fonction des saisons, tandis que les commerçants essaient de suivre les dernières tendances,' rappelle-t-il. En clair : la météo risque de faire encore longtemps la pluie et le beau temps dans l'habillement.
Vidéos A la une
Budapest par la voix de son chef de la diplomatie a fait savoir qu'elle était opposée à de nouvelles sanctions automatiques contre la Russie, un marché très important pour elle en termes d'échanges commerciaux. La #Hongrie refuse de proroger automatiquement les #sanctions #antirusseshttps://t.co/UzKmM87PBj pic.twitter.com/u0gretaar3- Sputnik France (@sputnik_fr) 25 mai 2016 La Hongrie réclame concertation et transparence au niveau européen. Une position qui intervient au moment de la visite du ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov : 'Nous avons tout ce dont nous avons besoin pour résoudre les difficultés objectives causées par les sanctions, pour moins dépendre des conditions politiques actuelles, surtout quand cela est causée par des mouvements anti-russes de certains dirigeants occidentaux.' Les échanges commerciaux entre la Hongrie et la Russie se sont effondrés de 47% l'an dernier. Mais Budapest, membre de l'Otan et de l'Union européenne dit qu'elle respectera la position européenne. 'Jusqu'à présent, nous ne pouvions pas voir la Hongrie s'opposer directement à ce système de sanctions, bien que le pays le critique fortement et ouvertement souligne András Deák, expert, Institute of World Economics. Mais quand il faudra voter, la Hongrie votera encore oui ou du moins elle ne votera pas non. Je pense que le Russes voudraient changer cette situation pour que les Hongrois aient leur mot à dire à ce sujet.' A noter que les pays du 'groupe de Visegrad' (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie) ont annoncé mercredi qu'ils entendaient envoyer à partir de 2017 et à tour de rôle une unité militaire dans les pays baltes pour aider leurs alliés de l'Otan face à la Russie.
Vidéos Argent/Bourse
Avec : Philippe Lamberts, eurodéputé belge, co-président des Verts. Didier Loisel, représentant des lanceurs d'alerte français, président de la CNETH. Maïa de la Baume, correspondante de Politico à Bruxelles. Et Jean-Sébastien Lefebvre, journaliste à Contexte. - 500 millions d'Européens, du samedi 21 mai 2016, présenté par Yann-Antony Noghès, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Avec cinq restaurants étoilés, Budapest s'est taillé une place de choix dans le Guide Michelin des Grandes villes d'Europe 2016. La bible européenne des gourmets a distingué 600 chefs cette année, neuf de moins qu'en 2015. Car si décrocher une étoile est une gageure, la garder l'est encore plus. Onyx, 1 étoile depuis 2011, l'a bien compris. 'Après avoir décroché une étoile, un restaurant va faire plus attention à la qualité des ingrédients,' explique Katalin Pintér, directrice du restaurant. 'Vous devenez plus exigeant, vous achetez des ingrédients alimentaires plus chers, vous pouvez envoyer vos collègues suivre de meilleures formations. Ce faisant, ils deviennent plus compétents.' Des investissements qui ont un coût et rognent les marges des restaurateurs. Plus le nombre d'étoiles est grand, plus ces marges sont réduites. Et ce, même si obtenir une étoile dope la fréquentation et les prix d'un restaurant. Pour s'y retrouver, les grandes maisons utilisent souvent leur notoriété pour développer des franchises, plus rentables. Mais un restaurant étoilé, c'est aussi un argument touristique.Alexandra Szalay-Bobrovniczky, maire adjointe de Budapest explique ainsi avoir 'constaté que, depuis que Budapest a des restaurants étoilés dans le guide Michelin, de plus en plus de touristes viennent simplement pour dîner dans ces excellents restaurants qui, comparés aux standards internationaux, ont des prix raisonnables.' Des touristes gourmets, mais pas seulement : c'est le gratin de la gastronomie qui a rendez-vous ces 10 et 11 mai à Budapest pour les Bocuse d'Or Europe. Onyx y représente la Hongrie cette année. Peut-être décrochera-t-il sa place en finale mondiale. Elle se dispute chaque année à Lyon, capitale gastronomique de France et ville de Paul Bocuse. Notre correspondante à Budapest, Beatrix Asboth, rappelle que 'les frères Michelin ont publié leur premier guide en France il y a plus de cent ans. Il s'agissait alors de recommander des hôtels et des restaurants aux automobilistes, avec pour objectif de doper la demande de pneus. Aujourd'hui, le Guide Michelin est peut-être la plus prestigieuse référence gastronomique au monde. Des dizaines de chefs se battent pour figurer dans ses pages.'
Vidéos A la une
La Hongrie refuse catégoriquement la proposition de la Commission européenne, qui veut imposer une amende de 250 000 euros, pour chaque migrant non accueilli par un pays dans le cadre de quotas controversés. Le Premier ministre Viktor Orban appelle à renforcer la protection des frontières extérieures, avec des camps de réfugiés à l'extérieur de l'Union Européenne. Viktor Orbán, Premier ministre hongrois : 'Cette proposition montre que ceux qui devraient être nos dirigeants à Bruxelles sont assis dans une tour d'ivoire, isolés du monde, ils ne connaissent pas la réalité, ils n'ont pas la moindre idée de ce dont ils parlent. Comment quelqu'un peut-il élaborer une proposition comme ça? Quel affront et quel mépris pour les pays européens les plus pauvres!' Des milliers de migrants traversent la Hongrie pour poursuivre leur voyage vers l'Europe occidentale, notamment l'Allemagne et la Suède, à travers l'Autriche. Viktor Orbán propose de répartir 160 000 migrants entre les pays européens. Il pourrait organiser un référendum en septembre ou octobre pour accepter ou non le système de quotas de réfugiés dans l'Union Européenne. Andrea Hajagos, Euronews: 'Il pourrait bien y avoir un référendum en Hongrie, pour savoir si l'Union Européenne peut imposer des quotas de migrants, sans l'accord du Parlement hongrois. Son résultat n'aurait pas d'effet direct sur ''la décision européenne, mais il pourrait être un atout important pour le gouvernement hongrois lors des négociations à Bruxelles.'
Vidéos A la une
Viktor Orban s'est félicité d'avoir réduit le nombre de migrants aux frontières à 700 alors qu'ils étaient 300.000 il y a quelques mois. Le premier ministre hongrois estime qu'avec l'accord négocié avec Ankara, l'Europe s'est livrée à la Turquie.
Vidéos A la une
C'est un petit coin de paradis... fiscal. Komlóska, village prospère de 300 âmes niché dans le nord-est de la Hongrie, fait figure d'exception dans cette région sinistrée, laminée par le chômage. Son secret : il y a cinq ans, au bord de l'étranglement, son maire, László Köteles, a décidé de supprimer tous les impôts locaux, y compris sur les entreprises. 'Puisqu'il n'y avait pas d'entreprises locales, nous avons décidé de supprimer ces taxes, celles collectées par les administrations locales, pour encourager les gens à monter leur propre affaire, leur propre entreprise,' explique-t-il. A grand renfort de communication, l'effet ne s'est pas fait attendre : 117 sociétés, hongroises et européennes, y sont aujourd'hui domiciliées, des groupes de transport pour la plupart, celui de Róbert Fekete, Fókusz Logistics, notamment. Il explique son choix ainsi : 'de toutes les taxes, la taxe locale sur les sociétés est une des plus lourdes pour une entreprise de logistique internationale, parce qu'elle s'élève à 2% du chiffre d'affaires. Nous avons un chiffre d'affaires d'environ 1 million d'euros. Maintenant nous pouvons investir 2% de ce montant dans notre développement.' Et c'est aussi tout bénéfice pour le village : en effet, 40% des taxes collectées par l'Etat sur les camions sont reversées à la commune où se trouve le siège de la société. L'an dernier, Komlóska a ainsi récolté l'équivalent de 420.000 euros par ce biais. 'Je pense que le grand gagnant dans l'histoire, c'est l'Etat,' estime le maire, '_ parce que la plupart des bénéfices vont à l'Etat. Nos entreprises donnent du travail à plus de 3.000 personnes, nos camions ont des plaques hongroises, ils paient leurs assurances en Hongrie._' Et elles versent bien sûr l'impôt national sur les sociétés qui s'élève à 19% du chiffre d'affaires en Hongrie. Le village peut désormais financer la contribution obligatoire pour accéder aux programmes d'aide européens. Aujourd'hui, il produit des jus de fruits et des sirops, a sa propre ferme et cultive assez de légumes pour subvenir aux besoins de sa population. 'Il n'y a pas de réseau mobile ici, impossible d'utiliser un portable, nous explique notre correspondante, Beatrix Asboth. '_Mais cela n'empêche pas le village de se développer. Le maire assure qu'il suffit de volonté, de coopération et de remporter les appels d'offre de l'Union européenne.'
Vidéos A la une
Au sud-ouest de la péninsule coréenne, l'île de Jindo est une île des dieux et de la musique. Les traditions chamaniques y ont toujours cours notamment lors de rituels comme les funérailles. Ces rituels n'avaient encore jamais été donnés à voir en Europe. Une vingtaine de membres de la communauté de Jindo dont des femmes chamanes, une chanteuse, une danseuse, des musiciens traditionnels sont venus se produire comme notamment ici au festival de théâtre de Budapest. Kim Sun-kook, directeur artistique du théatre chamanique Sud-coréen : 'Les rituels chamaniques sont une tradition qui se perpétue depuis de nombreux siècles. Mais ils ont été adapté au théâtre il y a deux décennies. La musique et les chansons aident le public à ressentir le rituel en dépassant la barrière des langues.' Avant Budapest, la troupe coréenne avait répondu à l'invitation de la Maison des cultures du monde à Paris dirigée par Arwad Esber : 'C'est justement apprendre à connaître cet autre qui est différent. Il est très important de nos jours avec tout ce que nous vivons, et je crois que c'est plus important que jamais, de comprendre l'autre qui est différent de nous. Mais cet autre qui est différent de moi me permet de me connaître moi-même. Et donc mon chemin vers moi, vers la connaissance de mon être, passe par cet autre qui est différent.' Au cours de la cérémonie on lave les sentiments d'amertume et de rancune éprouvés par le défunt ou la défunte. En tout dix actes successifs où les chamanes apaisent et purifient l'âme du mort avant de l'aider à passer dans l'autre monde.
Vidéos A la une
Son existence a été hantée par la mémoire des camps. Imre Kertész est décédé ce jeudi à l'âge de 86 ans. L'écrivain s'est éteint chez lui à Budapest des suites d'une longue maladie. Premier auteur hongrois à recevoir le Nobel de littérature en 2002, il a été longtemps méconnu dans son propre pays, muselé par le régime communiste. Voilà comment il se décrivait après avoir reçu son prestigieux prix : 'Je suis un écrivain controversé. Cela n'a aucune importance si je reçois un prix Nobel ou une lettre de refus d'un éditeur, cela n'a pas d'importance. J'aurais écrit le même roman dans les deux cas'. Être sans destin, son premier roman emblématique publié en 1975 raconte ses mois de déportation. En 1990, la parution à l'étranger de ce titre marque le début de sa reconnaissance. Avec Le Refus , Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas.ou encore Liquidation, Imre Kertész laisse derrière lui une oeuvre marquante sur l'Holocauste. avec Afp
Vidéos A la une
Trop de travail et pas assez de sorties éducatives. C'est ce qui aurait poussé les professeurs hongrois à faire la grève mercredi. À Budapest, ils ont déserté leurs classes de 8 heures à 9 heures, pour former, avec leurs élèves, des chaînes humaines.
Vidéos A la une
Les premiers cours de la journée n'ont pas eu lieu ce matin dans quelque 250 écoles de Hongrie. Conséquence d'un mouvement de protestation des enseignants pour dénoncer la mainmise du gouvernement sur le système éducatif. Soutenus par des parents, des grands-parents et des étudiants, ils ont participé à une heure de désobéissance civile. 'La voix des étudiants doit être représentée, dit ce jeune Hongrois, c'est pour que cela que nous sommes là. Il y a d'autres élèves mobilisés ailleurs.' 'Je suis là pour mes petits-enfants. J'en ai six, un septième est en route, dit cette grand-mère. J'aimerais que l'école les prépare à la vie réelle. Là, ils apprennent des choses inutiles et ils sont tout le temps fatigués.' Charge de travail croissante, manque de moyens, réduction des sorties pédagogiques, impossibilité de choisir les manuels scolaires... Voici quelques-unes des doléances formulées par les enseignants. Pour sortir de cette crise, le gouvernement a lancé un forum de dialogue avec des syndicats, qui ne sont toutefois pas associés à ce mouvement de protestation : 'Nous ne voulons pas de négociations séparées, explique le secrétaire d'Etat à l'Éducation publique, László Palkovics. J'invite les protestataires à rejoindre cette table des négociations, à venir écouter les idées qui sont proposées par les professionnels présents.' À Budapest comme ailleurs en Hongrie, les protestataires ont formé des chaînes humaines autour des établissements scolaires. Le point avec notre correspondante Andrea Hajagos : 'Les manifestants menacent d'organiser d'autres actions si le gouvernement ne prend de mesures en leur faveur dans les deux semaines qui viennent.''
Vidéos A la une
La crise des réfugiés cristallise les tensions entre la Hongrie et l'Union européenne. A Bruxelles, on est furieux de la décision de la Hongrie. Le Premier ministre Viktor Orban va organiser un référendum sur la question des quotas, il rejette la répartition sur deux ans de 160 000 réfugiés, un plan de relocalisation décidé par l'UE en septembre. 'Nous avons du mal à comprendre, a déclaré la porte-parole de l'UE Natasha Bertaud, comment cela pourra se conjuguer avec les décisions prises par tous les Etats membres, y compris la Hongrie, dans le cadre des traités de l'UE.' La Hongrie accusée d'attitude anti-démocratique par ses partenaires européens contre attaque, par la voix de son ministre des Affaires étrangères : 'Nous contestons la décision des quotas en justice, dit Peter Szijjarto, et nous croyons fermement que cette décision a été prise au mépris des règles de l'UE.' Le nombre d'entrées illégales en Hongrie par la clôture barbelée a brutalement augmenté en début de semaine. A l'automne Budapest a fermé ses frontières serbe et croate, et pourrait faire de même avec la Roumanie.
Vidéos A la une
Quand il s'agit d'accueillir les migrants, la Hongrie ne veut pas se laisser dicter sa conduite. Le Premier ministre Viktor Orban va donc organiser un référendum, les Hongrois devront se prononcer sur le plan européen de répartition des réfugiés entre pays membres de l'UE, Budapest y est farouchement opposé. 'Nous les Hongrois avons le sentiment, j'en suis convaincu, que le gouvernement répond aux attentes du public, a déclaré Viktor Orban. Nous pensons qu'introduire des quotas de relocalisation pour les migrants sans l'aval de la population équivaut à un abus de pouvoir.' Le gouvernement conservateur avait déjà porté plainte en décembre devant la justice européenne contre ces quotas adoptés en septembre par l''UE':http://ec.europa.eu/priorities/migration_fr. Ce référendum pourrait être un échec pour Orban si le nombre de votants est insuffisant : pour être valide il faut que la moitié des électeurs se déplacent.
Vidéos A la une
'Cher Monsieur Kurtág , nous tenons à vous remercier du fond du coeur et à vous féliciter pour avoir ajouté un étrange zéro à votre âge, pour arriver à 90 ans'. Par ces mots, Sir Simon Rattle, directeur artistique de la Philharmonique de Berlin, est l'un des nombreux artistes et anonymes à saluer György Kurtág pour son anniversaire. Et pour marquer l'événement, la ville de Budapest a organisé un festival musical pendant toute une semaine. La capitale hongroise rend hommage à l'un de ses plus illustres compositeurs, qui écrit actuellement son premier opéra. 'J'ai mes feuilles, et je me mets au piano, toujours', explique György Kurtág. 'Je dois être en contact avec le piano, même si je ne joue pas. Cela me rassure'. Les répétitions du prologue de sa nouvelle oeuvre ont marqué le concert donné lors de la soirée d'anniversaire en l'honneur du musicien, qui a dirigé pour l'occasion la cantatrice britannique Hilary Summers. 'C'est vraiment écrit de manière très vocale, ce n'est pas difficile, cela ne fait pas forcer la voix', note la contralto galloise. 'On apprend, on travaille avec le pianiste, et on trouve cela formidable, et puis vous revenez vers le maestro Kurtag, mais les notes qui figurent sur la page représentent à peine 10 % de ce qu'il attend de la musique. Donc vous pensez que vous jouez bien, et en fait, il va vous dire que cela ne va pas. On doit travailler de la manière dont il l'entend'. 'Fin de Partie', ou 'Endgame', de Samuel Beckett, est une pièce en un seul acte, proche de l'absurde, sur le déclin de l'être avant la mort. Jouée pour la première fois à Londres en 1957, elle met en scène quatre personnages sur un jeu d'échec. Un roi désarmé, deux pions insignifiants et un fou inutile. 'Cette pièce absurde tourne en rond', indique György Kurtág. 'Le début, c'est la fin, et la fin de la pièce n'en est pas une, pendant qu'on passe toute notre vie à réfléchir au sens de l'existence'. Tous les concerts de ce Festival 'Kurtag 90' se tiennent à guichets fermés. Sir Nicholas Kenyon, directeur artistique du Centre Barbican, de Londres, a attendu György Kurtág en coulisses, à la Liszt Academy. 'Pour les musiciens, pour le public, pour la musique contemporaine, personne n'a jamais atteint une telle réputation de son vivant', conclut-il.
Vidéos A la une
L'univers du bitcoin gagne du terrain en Hongrie. Depuis le début du mois, il est désormais possible de payer une course en taxi à l'aide de cette monnaie virtuelle. Le Bitcoin est peu connu en Hongrie, mais ses utilisateurs sont plutôt fortunés. Au moment de passer la commande, il suffit de préciser à l'opérateur que l'on souhaite payer en bitcoins. Le chauffeur, lui, reçoit l'argent en forints. La startup qui développe ce moyen de paiement s'appelle Coinpay. 'Notre entreprise apprécierait s'ils pouvaient dépenser leurs bitcoins en achetant des services, et même des produits dans des magasins physiques, parce que d'un côté cela pourrait générer une légère croissance pour ces commerces, et d'un autre côté, nous aidons ceux qui en ont besoin', affirme son PDG András L wy. La startup vise à étendre le système à d'autres pays d'Europe centrale. Concrètement, au moment du paiement, le chauffeur génère un code QR. Le client le scanne pour payer, et reçoit une facture. Le patron de la compagnie de taxis est conscient que le nombre de courses ne va pas exploser avec ce nouveau système. 'Nous pensons que nous devons saisir toutes les opportunités qui se présentent, pour innover le plus possible, et si l'une de ces innovations est un succès, nous pourrons dire que nous étions les premiers', dit-il. Et pour recharger son portefeuille virtuel, rien de plus simple : il suffit d'utiliser cette machine qui crédite votre compte bitcoin contre des forints hongrois. 'A Budapest il y a déjà aussi quelques-unes de ces machines. Beaucoup critiquent ce type de paiement et disent qu'il est lié au marché noir, mais rares sont ceux qui n'admettront pas que cette idée est une grande innovation', soutient Andrea Hajagos, notre correspondante à Budapest.
Vidéos A la une
Trois mois seulement après les élections, la Pologne se retrouve prise dans une tourmente politique grandissante. Les manifestations monstres de samedi sont les dernières en date d'une longue série qui a vu le jour avec l'avènement au pouvoir du parti de Jaroslaw Kaczynski 'Droit et Justice' en octobre. Depuis lors, tout ce qu'a pu faire le gouvernement pour mieux contrôler le système judiciaire et les médias a divisé la Pologne, et alarmé l'Union européenne, qui a commencé à enquêter pour savoir si oui ou non Varsovie est en train de déroger aux principes démocratiques élémentaires. La Première ministre Beata Szydlo a récemment été applaudie par les eurosceptiques dans l'hémicycle de Strasbourg alors qu'elle contestait ces accusations. Le porte-parole de la Présidence polonaise Marek Magierowski espère que la Commission européenne abandonnera la procédure de vérification en cours, qui pourrait effectivement mener à sanctionner la Pologne : 'Nous avons un conflit, un conflit clair avec la Commission européenne, mais le gouvernement polonais est ouvert au dialogue. Le gouvernement polonais veut discuter de toutes ces choses qui semblent être controversées, choses que la commission ne semble manifestement pas avoir bien comprises.' Parmi les plus contestées des mesures introduites par le gouvernement, il en est une qui paralyse le Tribunal constitutionnel, puisqu'elle exige que toute décision de ses 15 membres soit prise par un vote à la majorité des deux tiers et non plus à la majorité simple. Le gouvernement a en outre placé cinq nouveaux juges au sein de ce Tribunal. 'C'est une interprétation tout à fait déraisonnable de la Constitution de conclure que la Constitution permettrait, par une simple procédure, de paralyser cet organe très important de contrôle de la Constitution. C'est en fait le seul organe qui a le pouvoir de contrôler la constitutionnalité des lois' nous explique Maciej Kisilowsky, professeur de droit assistant de l'Université centrale européenne. Autre projet qui a jeté les Polonais dans les rues : celui qui permettrait aux services secrets et à la police d'avoir rapidement accès aux données internet et de télécommunications des citoyens polonais sans approbation préalable d'un juge. Varsovie a aussi confié au ministre du Trésor le pouvoir de nommer les dirigeants des médias publics. D'aucuns diront qu'il y a une émulation entre le parti Droit et Justice et le Premier ministre hongrois Victor Orban qui essaient d'imposer leur calendrier politique au détriment des libertés démocratiques. Et notre envoyé à Varsovie, Gabor Kovacs, de conclure : 'De plus en plus d'analystes soulignent qu'il y a une sorte d'axe hongro-polonais en Europe qui tentent de se positionner contre Bruxelles. Pour illustrer cette opposition, il n'y a qu'à reprendre les propos récents du chef de la diplomatie polonaise, c'est un bon exemple. Il a déclaré que la Pologne n'avait pas besoin de ce multiculturalisme européen qui n'est représenté que par les cyclistes et les végétariens qui utilisent les énergies renouvelables.' Poland: Europe's new enfant terrible? - cer_london https://t.co/X0Xxdhq4i7 via sharethis- Sandrine Veyrat (@Sandre30) 27 Janvier 2016
Vidéos A la une
Après des dizaines de villes d'Europe et du monde, c'est au tour de Budapest d'être paralysée par les taxis. 'Uber, non merci', voilà le message des chauffeurs. Ils demandent l'interdiction en Hongrie du service américain de réservation de voitures. Ce lundi matin, une centaine de taxis a bloqué le centre-ville de Budapest. Une manifestation surprise qui a causé d'importants embouteillages. 'On en est arrivé à un point où une société qui s'appelle Uber est devenue si puissante qu'elle nous a pris entre 50 et 55% de nos courses !', explique un manifestant. L'année dernière à Budapest le nombre de chauffeurs Uber est passé de 200 à 1200 et le service compte désormais 80 000 utilisateurs. C'en est trop pour les chauffeurs qui ont été reçus par les autorités municipales. La réunion n'a rien donné mais les chauffeurs restent mobilisés. La police a rapidement mis fin au blocage du centre-ville. La mairie de Budapest a annoncé qu'elle comprenait les revendications des chauffeurs mais qu'il n'était pas de son ressort d'interdire Uber. Les 5000 chauffeurs de taxi de Budapest n'ont pas dit leur dernier mot. 'Pour le moment, les chauffeurs de taxi mettent un terme à leur action mais ils pourraient bien à tout instant paralyser à nouveau le centre-ville de Budapest', estime notre correspondante Andrea Hajagos.
Vidéos A la une
'Le fils de Saul' poursuit son ascension. Après avoir remporté un Golden Globe, le film hongrois sur l'Holocauste vient d'être sélectionné aux Oscars, dans la catégorie du meilleur film étranger. Une nomination qui est déjà presque en soi une récompense. 'Le but était de faire réaliser aux gens aujourd'hui ce qu'est un camp de concentration, depuis l'intérieur, plutôt que de le voir de l'extérieur, a posteriori ou d'un point de vue externe. Je pense que c'est une prise de conscience pour beaucoup de gens', explique le réalisateur László Nemes. Saul, un prisonnier juif hongrois à Auschwitz, est membre des Sonderkommando : il est contraint de participer au processus de la solution finale. Un jour, il croit reconnaître son fils parmi les cadavres. Il entreprend alors de l'enterrer selon la tradition juive, en faisant appel à un rabbin. 'C'était très important pour nous que ce soit un film qui ne se regarde pas facilement. Si le regarder est une expérience plaisante d'une heure et demie, ce n'est pas bien, ça ne colle pas avec l'histoire. Donc c'était crucial de trouver une approche visuelle qui attrape le spectateur, ne le lâche pas et le guide à travers cette folie', estime Mátyás Erdély, le directeur de la photographie. A Cannes l'an dernier, 'Le Fils de Saul', premier long-métrage du réalisateur Laszlo Nemes a remporté le Grand Prix du jury. C'est le premier film hongrois à avoir remporté un Golden Globe. Aux Oscars, il y a un seul précédent, Mephisto d'Istvan Szabo en 1981. Très remarquée dans le film de Laszlo Nemes, la performance de l'acteur principal Géza Röhrig. 'Cela pourrait donner une nouvelle voix, une connexion avec les spectateurs, et après tant d'années quand il ne restera plus que quelques survivants, il pourra continuer à raconter cette histoire, celle de l'Holocauste, d'une manière inédite, comme personne ne l'a fait auparavant', prédit le producteur Gábor Sipos.
Vidéos A la une
David Cameron était en tournée ce jeudi pour trouver des alliés. Le Premier ministre britannique veut renégocier l'appartenance de son pays à l'Union européenne, et son passage en Allemagne lui aura permis de constater que Berlin n'est plus totalement hostile à sa proposition la plus controversée : limiter les aides sociales pour les citoyens des autres pays européens. ' Nous voulons nous assurer que les systèmes d'aide sociale, et en particulier notre système, ne créent pas un appel d'air vers le Royaume-Uni, car nous ressentons la pression d'une migration excessive ces dernières années. Et nous pensons que ces questions peuvent être réglées. Les discussions se passent bien ', a déclaré Cameron. Lors de son étape hongroise, l'accueil a été plus mitigé. Si le Premier ministre Viktor Orban rejoint David Cameron sur la nécessité de changer la gouvernance économique en Europe ou de redonner plus de pouvoir aux Etats, il dit refuser qu'on traite les Hongrois comme des parasites. ' Nous voulons dire clairement que nous ne sommes pas des migrants au Royaume-Uni mais des citoyens appartenant à l'Union européenne qui peuvent travailler dans n'importe quel pays de l'UE, a-t-il martelé. Nous voulons pouvoir exercer ce droit qui est le nôtre. Donc nous n'allons pas parasiter le Royaume-Uni, nous ne voulons pas prendre le travail des gens qui vivent là, nous ne voulons pas vivre à leurs dépens, nous voulons simplement pouvoir exercer nos droits et travailler. ' Les restrictions envisagées par Cameron visent les Européens venus de l'Est, les plus nombreux. Mis sous pression par les eurosceptiques, le dirigeant britannique s'est engagé à organiser un référendum sur le maintien de son pays dans le club des 28.
Vidéos A la une
Des personnages inspirés par l'univers du célèbre photographe Brassaï, fantasques, souvent drôles, dansent pour nous entraîner dans l'atmosphère capiteuse des nuits parisiennes des années folles. Un orchestre de jazz donne le tempo à leurs acrobaties. Un univers entre cirque et cabaret. Une ode à la liberté parfois osée. Chaque numéro raconte une histoire. L'alchimie opère. Le premier passage à Paris, réussi pour cette jeune troupe de Budapest qui cette poursuivra sa tournée en France en 2016.

Pages

Publicité