Technologies
L’analyse ADN de la mâchoire d’un homme moderne (Homo Sapiens) âgé de 40 000 ans a révélé que 11% de son génome descendrait de celui des hommes de Néandertal.
Publicité