Vidéos A la une
Le cercueil est porté par les hommes, des proches d'Elie Wiesel. Le corbillard va prendre la direction d'un cimetière au nord de New York, où l'écrivain sera enterré. Quelques instants plus tôt, c'est dans une synagogue de l'Upper East Side que ceux qui ont connu, le prix nobel de la paix 1986 lui ont rendu un dernier hommage. Sa femmes, son fils, en tout quelques dizaines de personnes, venues dire adieu à une figure du 20e siècle 'Le monde a perdu une grande voix et le peuple juif et Israël ont perdu un défenseur dévoué. Nous les survivants une voix de la mémoire.Et moi personnellement, j'ai perdu un ami', a déclaré Abraham Foxman, à la sortie de l'éloge funèbre. C'est le mémorial de l'holocauste Yad Vashem à Jérusalem qui a annoncé sa mort. Né en 1928, Elie Wiesel est déporté en compagnie de sa famille alors qu'il n'a que 15 ans. Toute sa vie, il dénoncera alors la guerre, les persécutions. Une existence aussi dédiée au souvenir: faire en sorte que personne, un jour, ne puisse oublier la Shoah. Quelques heures après sa mort, les hommages se multiplient notamment sur twitter. Sur les réseaux sociaux sont postées les citations les plus marquantes d'Elie Wiesel, une manière peut-être de ne jamais l'oublier. #ElieWiesel, 1928-2016: A look back at the life of a Jewish legend https://t.co/RBjkOoREgh pic.twitter.com/1175OhWKjt- Haaretz.com (@haaretzcom) 3. Juli 2016 This Elie Wiesel quote feels appropriate for the current political climate. pic.twitter.com/o6p4SX28f2- Parker Molloy (@ParkerMolloy) 2. Juli 2016 Elie Wiesel #NEVERFORGET pic.twitter.com/2f6Gl4XaO1- Alessandro Gassmann (@GassmanGassmann) 3. Juli 2016
Vidéos A la une
La polémique est devenue nationale en Israël. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est monté au créneau, pour dénoncer officiellement les propos de son chef d'état major adjoint, Yaïr Golan, qui a comparé l'Allemagne nazie à la société israélienne actuelle. L'homme est connu pour son franc-parler. Mercredi dernier, à la veille de la journée de commémoration de la Shoah, il affirmait que l'Holocauste devait pousser les Israéliens à un 'examen de conscience national'. Il s'inquiétait 'de revoir des processus nauséabonds qui se sont déroulés en Europe, et plus particulièrement en Allemagne, il y a 70, 80, 90 ans et de voir des signes de cela parmi nous, (en Israël) en 2016'. 'Ses propos sont totalement faux' a répondu Benjamin Netanyahu : c'est 'une injustice faite à la société israélienne' et des propos 'minimisant l'Holocauste'. Ces propos avaient déjà provoqué une levée de boucliers au sein de la droite israélienne. Plusieurs incidents ont récemment défrayé la chronique en Israël : des défenseurs des droits de l'Homme ont dénoncé des 'exécutions extrajudiciaires' et des partisans de l'armée israélienne ont défendu le 'droit à la légitime défense'. Ces incidents se sont produits notamment après qu'un soldat a récemment achevé un Palestinien gisant au sol ou lorsqu'un Erythréen a été blessé par des tirs d'un garde de sécurité puis lynché par une foule sur fond de vague d'attaques, majoritairement au couteau, menées par des Palestiniens isolés.
Vidéos A la une
Il comparait pour complicité dans la mort d'au moins 170.000 personnes. Reinhold Hanning, un ancien gardien d'Auschwitz, âgé aujourd'hui de 94 ans, a profité de son procès pour présenter ses excuses et exprimer sa 'honte', devant des survivants du camp d'extermination. Depuis la fin de la guerre, l'ancien SS n'avait jamais osé parler de son passé, pas même à ses proches. 'Je ne suis pas en colère, vraiment, explique Leon Schwarzbaum, survivant d'Auschwitz. Je ne veux pas qu'il aille en prison, mais il aurait dû nous en dire plus pour que la génération d'aujourd'hui sache ce qui s'est exactement passé à Auschwitz.' Dans un texte lu par ses avocats, l'ancien gardien reconnaît avoir eu connaissance des meurtres de masse perpétrés dans le camp. 'On voyait ce qui se passait, mais on ne pouvait pas en parler', écrit-il. Reinhold Hanning encourt une peine de trois à quinze ans de prison.
Vidéos A la une
L'écrivain franco-américain Martin Gray, survivant du ghetto de Varsovie et auteur du best-seller 'Au nom de tous les miens', est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à Ciney (sud de la Belgique), à deux jours de son 94e anniversaire, a indiqué à l'AFP le bourgmestre (maire) de la ville, Jean-Marie Cheffert. 'Il a été retrouvé décédé dans la piscine de sa seconde résidence à Ciney. Le médecin légiste n'a relevé aucun élément suspect', a précisé un porte-parole du parquet de Namur, en confirmant la mort de l'écrivain d'origine juive polonaise né à Varsovie le 27 avril 1922. Martin Gray est surtout connu pour son best-seller autobiographique sorti en 1971, 'Au nom de tous les miens', rédigé avec l'écrivain français Max Gallo, dans lequel il raconte notamment son expérience du ghetto de Varsovie et son évasion du camp d'extermination de Treblinka avant de rejoindre l'armée soviétique en 1944. En octobre 1970, cet ancien antiquaire avait vu son épouse Dina et leurs quatre enfants périr dans l'incendie de leur maison dans le Tanneron (Var). Il avait créé peu après une fondation Dina Gray, puis un centre international de jeunesse baptisé 'Arche du futur', pour rendre hommage à sa première épouse. Le livre, objet de polémiques car certains passages auraient été romancés, avait été adapté en téléfilm à succès en 1985, avec notamment l'actrice Brigitte Fossey dans le rôle de Dina Gray. 'C'est un grand monsieur qui disparaît, surtout en raison des témoignages qu'il a apporté sur sa vie. C'est un exemple pour la jeunesse', a estimé le bourgmestre de Ciney, Jean-Marie Cheffert. Martin Gray avait été fait en 2013 'citoyen d'honneur' de Ciney, ville des Ardennes belges où il partageait son temps depuis 2012, en alternance avec la commune bruxelloise d'Uccle.
Vidéos A la une
Une chaise vide au tribunal de Neubrandenbourg. Le procès d'un ancien infirmier d'Auschwitz a été ajourné lundi pour raisons de santé. Hubert Zafke, 95 ans 'intransportable' et dans 'l'incapacité d'être jugé' a estimé le médecin qui l'a examiné. Ce dossier fait partie d'une douzaine de procédures tardives engagées par la justice allemande. Après des décennies d'un bilan judiciaire décrié, elle entend juger 'jusqu'au dernier' les criminels nazis, pour se rattrapper insinue son avocat Peter-Michael Diestel : 'Je considère extrêmement pénible que la justice allemande n'ait pas ou seulement de manière lacunaire travaillé sur l'Holocauste et que l'on cherche à masquer une action gênante avec ce genre de procès'. #Allemagne: le procès d'un ex-infirmier d'#Auschwitz ajourné au 14 mars pour raisons de santé https://t.co/ZGc1UXvB0l par EloiRouyer #AFP- Damien Stroka (damien_sk) February 29, 2016 Pourquoi l'Allemagne poursuit-elle encore d'anciens #nazis? >> https://t.co/7eogkEHBpH pic.twitter.com/bY1TB5lfWT- Le Figaro (@Le_Figaro) 29 février 2016 Hubert Zafke, 95 ans doit répondre de 'complicité' dans l'extermination d'au moins 3.681 Juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah, entre le 15 août et 14 septembre 1944. Sur la période visée par l'accusation, 14 convois de déportés sont arrivés à Auschwitz . Dans l'un d'eux se trouvaient Anne Franck et sa famille. Le procès doit reprendre le 14 mars si une nouvelle expertise médicale le permet.
Vidéos A la une
'Le fils de Saul' poursuit son ascension. Après avoir remporté un Golden Globe, le film hongrois sur l'Holocauste vient d'être sélectionné aux Oscars, dans la catégorie du meilleur film étranger. Une nomination qui est déjà presque en soi une récompense. 'Le but était de faire réaliser aux gens aujourd'hui ce qu'est un camp de concentration, depuis l'intérieur, plutôt que de le voir de l'extérieur, a posteriori ou d'un point de vue externe. Je pense que c'est une prise de conscience pour beaucoup de gens', explique le réalisateur László Nemes. Saul, un prisonnier juif hongrois à Auschwitz, est membre des Sonderkommando : il est contraint de participer au processus de la solution finale. Un jour, il croit reconnaître son fils parmi les cadavres. Il entreprend alors de l'enterrer selon la tradition juive, en faisant appel à un rabbin. 'C'était très important pour nous que ce soit un film qui ne se regarde pas facilement. Si le regarder est une expérience plaisante d'une heure et demie, ce n'est pas bien, ça ne colle pas avec l'histoire. Donc c'était crucial de trouver une approche visuelle qui attrape le spectateur, ne le lâche pas et le guide à travers cette folie', estime Mátyás Erdély, le directeur de la photographie. A Cannes l'an dernier, 'Le Fils de Saul', premier long-métrage du réalisateur Laszlo Nemes a remporté le Grand Prix du jury. C'est le premier film hongrois à avoir remporté un Golden Globe. Aux Oscars, il y a un seul précédent, Mephisto d'Istvan Szabo en 1981. Très remarquée dans le film de Laszlo Nemes, la performance de l'acteur principal Géza Röhrig. 'Cela pourrait donner une nouvelle voix, une connexion avec les spectateurs, et après tant d'années quand il ne restera plus que quelques survivants, il pourra continuer à raconter cette histoire, celle de l'Holocauste, d'une manière inédite, comme personne ne l'a fait auparavant', prédit le producteur Gábor Sipos.
Vidéos A la une
MONACO - 27 août 2015 - Le prince Albert de Monaco a demandé pardon pour la déportation de juifs pendant la seconde guerre mondiale. Jeudi, une commémoration a eu lieu au cimetière de la Principauté. Dans la nuit du 27 au 28 août 1942, une rafle a lieu en l'absence du souverain Louis II mais avec l'aval de son intérim. Sur injonction de Vichy, la police monégasque procède à l'arrestation de 66 personnes, des juifs polonais, tchèques, autrichiens ou belges, venus trouver refuge dans les hôtels de Monaco. En 1944, la Gestapo procédera à une nouvelle rafle. Au total, 76 personnes furent déportées depuis Monaco pendant la guerre. Seulement 7 survécurent aux camps.
Vidéos A la une
'Pour moi, il ne fait aucun doute que je partage une culpabilité morale', a déclaré l'ancien SS, âgé de 93 ans à l'ouverture de son procès à Lunebourg en Allemagne. 'Concernant la question de la responsabilité pénale, c'est à vous de décider', a-t-il dit à ses juges. Sous les yeux de quelques survivants de l'Holocauste, Oskar Gröning est jugé pour 'complicité de 300.000 meurtres aggravés'. Il encourt 3 à 15 ans de prison et il pourrait être le dernier ancien nazi traduit en justice. Parmi les survivants à assister au procès, il y a Eva Pusztai-Fahidi. Cette Hongroise a perdu plusieurs membres de sa famille dans les chambres à gaz. En 2003, elle a écrit un livre sur l'Holocauste et la communauté juive en Hongrie. 'Seuls ceux qui étaient là savent ce qui s'est passé, c'est donc un moment très important dans ma vie, celui d'assister au procès d'un homme qui a servi dans les SS à d'Auschwitz-Birkenau et qu'il sera condamné. Ce n'est pas sa peine qui compte, c'est le fait qu'il soit jugé', explique Eva Pusztai-Fahidi. Quelque 1,1 million de personnes, dont environ un million de juifs européens, ont péri entre 1940 et 1945 à Auschwitz-Birkenau au nom de l'idéologie nazie.
Vidéos A la une
Les cérémonies du souvenir du 70e anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau par l'Armée Rouge ont été lancées ce lundi à Berlin. Un million cent mille personnes, pour l'essentiel juives, y furent exterminées par les nazies. La chancelière allemande Angela Merkel a pris la parole pour dénoncer la persistance de l'antisémitisme. 'C'est une honte qu'en Allemagne des gens soient injuriés, menacés ou attaqués s'ils se font reconnaître en tant que juifs ou s'ils prennent parti pour Israël' a-t-elle déclaré, avant de poursuive qu''Auschwitz nous concerne tous, aujourd'hui et demain et pas seulement les jours de mémoire.' Les cérémonies principales auront lieu ce mardi sur le site d'Auschwitz-Birkenau en présence, notamment, de trois cents survivants du camp d'extermination nazi.
Vidéos A la une
PARIS - 5 déc 2014 - Désireux de refermer un dossier gênant pour la SNCF qui avait transporté des juifs dans les camps de la mort durant la Seconde guerre mondiale, le gouvernement français va verser 60 millions de dollars à des victimes principalement américaines qui avaient déportées depuis la France. L'accord, qui a fait l'objet de longues négociations, sera signé lundi. Il créera un fonds d'indemnisation doté par la France, qui servira à indemniser quelques milliers de déportés non français ou leurs familles. Les bénéficiaires seront les survivants, leurs conjoints survivants ou bien leurs descendants ou leurs héritiers éventuels, a affirmé l'ambassadrice française aux Droits de l'homme, Patrizianna Sparacino-Thiellay dans une conférence de presse. Les nazis ont déporté depuis la France 76.000 juifs dans des wagons de marchandises de la SNCF vers les camps d'extermination entre 1942 et 1944. Environ 3.000 d'entre eux ont survécu. La SNCF s'est toujours estimée non responsable mais de nombreux responsables américains refusaient que l'entreprise puisse bénéficier de contrats aux Etats-Unis. L'indemnisation est destinée à clore l'affaire.
Vidéos A la une
Des chants, des poèmes, des témoignages à Budapest. Des centaines d' Hongrois ont commémoré hier le 70e anniversaire de l'installation forcée des Juifs dans des bâtiments frappés d'étoiles jaunes reprenant le symbole judaïque de l'étoile de David durant la Seconde Guerre mondiale. Hajnalka Radó avait 24 ans, à cette époque. 'Toute ma famille a été tuée. (...) J'ai fui en allant d'un endroit à un autre. J'étais cachée ici puis là. J'étais encore jeune à ce moment-là.' Sur les 2000 maisons à l'étoile jaune de l'époque, 1600 existent encore et ne portent aucun signe permettant de connaître leur histoire, selon notre correspondante. 'Nous ne pouvons pas habiter dans une ville si nous ne savons pas réellement où nous vivons, si nous ne faisons pas face à notre propre histoire', estime Istvan Rév, l'un des organisateurs. 600 000 Juifs hongrois ont trouvé la mort au cours de l'Holocauste. La Hongrie, dirigée par le gouvernement nationaliste du Premier ministre Viktor Orban, n'a pas échappé à des controverses sur la manière la plus appropriée de commémorer cette terrible page de son histoire. Avec AFP et notre correspondante Andrea Hajagos
Vidéos A la une
Des maisons néerlandaises ont été taxées malgré l’absence de leurs propriétaires juifs retenus dans des camps de concentration. Les premiers impôts ont été perçus dès la fin des années...
Vidéos A la une
L’ambassade d’Israël au Japon a offert 300 copies du “Journal d’Anne Frank” aux librairies et bibliothèques de la ville de Tokyo. L‘émotion est grande en effet car des dizaines...
Vidéos A la une
La principale organisation juive de Hongrie (Mazsihisz) a décidé de ne pas participer aux cérémonies du souvenir de l’Holocauste. Elle reproche au gouvernement d’occulter la responsabilité...
Vidéos A la une
69 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, des survivants retournent au camp d’Auschwitz-Birkenau. Vénus d’Espagne, d’Allemagne, de Pologne ou encore d’Italie, ils rendent hommage...
Vidéos A la une
L’Allemagne commémore ce week-end les 75 ans de la “Nuit de Cristal”, pogrom géant contre les juifs qui avait révélé la violence antisémite du régime nazi. Une grande campagne...
Vidéos A la une
Le site de vente en ligne eBay a retiré de ses catalogues une trentaine d’objets relatifs à l’Holocauste, notamment un uniforme porté par un détenu du camp d’extermination...
Vidéos A la une
Le mystère de la disparition d’ Heinrich Müller, l’ex-chef de la Gestapo, a peut-être été élucidé. Celui qui fut l’un des responsables de la Shoah aurait été enterré dans un...
Vidéos A la une
Le 70ème anniversaire de la déportation des juifs de Rome a été célébré ce mercredi dans la capitale italienne au lendemain de l’annulation des funérailles du criminel nazi Erich Priebke....
Vidéos A la une
Décédé vendredi dernier à l‘âge de 100 ans, il avait été condamné pour l’exécution de 335 otages en mars 1944 aux Fosses ardéatines. Le maire de gauche de la capitale italienne refuse...
Vidéos A la une
Ali Ahani, l'ambassadeur d'Iran en France, était sur le plateau de BFM Story.
Vidéos A la une
C’est une chancelière en tailleur sombre et au visage fermé qui a déposé hier une gerbe de fleurs au camp de Dachau en banlieue de Munich, déplorant “un chapitre effroyable et sans...
Vidéos A la une
La nouvelle exposition israélienne consacrée à la Shoah, sur le site de l’ancien camp nazi d’Auschwitz, a été inaugurée jeudi 13 juin par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Elle est située dans le bloc 27, l’un des bâtiments où les prisonniers étaient entassés. Lors de son discours, dans...
Publicité