Une enquête de la DGCCRF, reprise par l’association UFC Que Choisir, montre que les problèmes sont nombreux autour des cartouches d’encre alternatives. Explications.  

L’association UFC Que Choisir a publié un article vendredi sur ce qu’on appelle les cartouches d’encre alternatives, qui regroupent notamment les cartouches rechargeables ou compatibles.

Ce type de cartouche attire de plus en plus de consommateurs, avec des coûts moins élevés. Pourtant, une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), reprise par l’association, montre qu’environ 25% des produits présentent des défauts d’information sur leurs prix et conditions de vente.

640 anomalies découvertes

Inexactitudes sur l’origine des encres ou sur les normes, manques d’informations contractuelles sur les garanties… Les problèmes recensés sont en effet nombreux. "Au final, pas moins de 640 anomalies ont été relevées et 20 avertissements ont été prononcés. Les enquêteurs ont également dressé 3 injonctions administratives visant à obliger le professionnel à stopper une pratique illicite sous peine d’amende", précise l’UFC Que Choisir.

Publicité
Ce secteur des cartouches alternatives ne pourrait d’ailleurs pas durer, les constructeurs d’imprimantes multipliant de leurs côtés les nouveaux dispositifs techniques pour empêcher les consommateurs d’y recourir. Ce qui n’est pas forcément mieux pour le porte-monnaie, les cartouches classiques pouvant parfois coûter cher…

En vidéo sur le même thème : Epson lance des cartouches rechargeables