Vidéos A la une
Le Hezbollah libanais a adressé ses condoléances vendredi, à Beyrouth (Liban), à la famille du commandant militaire en chef du mouvement chiite, Mustafa Badreddine, tué jeudi soir dans une explosion près de l'aéroport de Damas (Syrie). Des médias libanais réputés proches du Hezbollah ont accusé Israël d'être à l'origine du raid aérien. Mais le Hezbollah lui-même ne désigne pas nommément l'Etat hébreu. 'Un commandant a rejoint la cohorte de nos chefs martyrs, a commenté le ministre libanais de l'Industrie, Hussein Haj Hassan, qui est membre du Hezbollah. Cela nous renforce dans notre volonté de continuer à combattre l'ennemi sioniste et les jihadistes, jusqu'à la victoire finale, si dieu le veut bien.' Mustafa Badreddine était l'un des cinq membres du Hezbollah accusés de l'attentat spectaculaire contre l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, tué le 14 février 2005 à Beyrouth. Il était même soupçonné d'en être le cerveau.
Vidéos A la une
Les obsèques de Mustafa Badreddine, le chef militaire du Hezbollah, se sont déroulées vendredi à Beyrouth. Des centaines de Libanais ont participé à cette parade funéraire. Il a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi dans une explosion qui s'est produite dans un entrepôt à proximité de l'aéroport de Damas. Une mort mystérieuse, tant pour ses auteurs que pour son mode opératoire. Le mouvement chiite libanais n'a fourni aucune information à ce sujet, sans doute pour ne rien révéler de sa stratégie en Syrie, où le Hezbollah est engagé auprès des forces du régime de Bachar Al-Assad. Il y aurait en permanence 2 000 combattants du mouvement sur le terrain, chargés de combler les défaillances de l'armée syrienne. Mustafa Badreddine était le chef des opérations en Syrie. Fait inédit, le Hezbollah n'a pas aussitôt accusé Israël. Le Hezbollah demande aux journalistes qui le sollicitent de ne pas dire que c'est Israël derrière l'assassinat de Badreddine en Syrie.- Georges Malbrunot (@Malbrunot) 13 mai 2016 Le défunt était accusé par le Tribunal spécial pour le Liban d'avoir été 'le cerveau' de l'assassinat en 2005 de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. Le 'numéro deux' du Hezbollah a indiqué que les résultats de l'enquête seraient annoncés au plus tard samedi matin.
Vidéos A la une
Le chef militaire du Hezbollah sur le front syrien, Mustafa Badreddine, est mort dans une grande explosion près de l'aéroport de Damas, a annoncé le groupe chiite libanais sans donner de précisions sur les circonstances précises de sa mort. Un coup dur pour le Hezbollah qui a permis plusieurs de ses responsables ces derniers mois.
Vidéos A la une
Le Hezbollah, mouvement chiite libanais, a été désigné comme groupe 'terroriste' par la Ligue arabe. L'organisation basée au Caire a adopté ce vendredi une résolution en ce sens. Le mouvement dirigé par Hassan Nasrallah est financé et soutenu par Téhéran. Aujourd'hui des combattants du Hezbollah interviennent aux côtés des forces de Bachar el-Assad en Syrie. Le Hezbollah, ou Parti de Dieu en arabe, était déjà sur la liste noire des Etats-Unis. L'Union européenne a elle classé comme terroriste uniquement sa branche armée. Parmi les membres de la Ligue arabe, le Liban et l'Irak ont émis des 'réserves' sur cette décision. Les monarchies du Golfe l'ont en revanche activement soutenu. Les tensions sont vives entre l'Arabie saoudite sunnite et le Hezbollah, poids lourd du gouvernement libanais, accusé de servir de tête de pont à l'Iran chiite.
Vidéos A la une
Le Hezbollah libanais est désormais considéré comme une organisation terroriste par les monarchies du Golfe. Arabie saoudite en tête, les six pays membres du Conseil de coopération du Golfe, tous dominés par les sunnites, ont accusé le mouvement chiite pro-iranien d'incitation au chaos et à la violence dans le Golfe. Face à ce climat de tension exacerbé par le conflit syrien (dans lequel le Hezbollah soutient le régime tandis que les monarchies du Golfe appuient la rébellion), l'ancien Premier ministre libanais Saad al-Hariri a appelé au calme : 'Nous devrions parler avec ceux avec qui nous avons un problème, a-t-il martelé. Nous devrions parler avec le Hezbollah. Certains pensent peut-être que ce dialogue ne mène nulle part, mais je vous assure que tôt ou tard ce dialogue donnera des résultats, parce que le Hezbollah se rendra compte qu'il a pris des positions qui ne sont pas bénéfiques au pays.' Dans un discours très virulent, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah avait accusé la veille l'Arabie saoudite de vouloir déstabiliser le Liban. Pour l'analyste George Aalam, le classement du mouvement comme organisation terroriste ne fait que compliquer la donne : 'C'est très dangereux parce que la question est de savoir comment les pays du Conseil de coopération du Golfe traiteront avec le gouvernement du Premier ministre Tammam Salam, gouvernement qui coopère avec un mouvement désormais classé comme terroriste, alors même que ce mouvement a deux ministres dans le gouvernement libanais.' Déjà très fragile, le Liban risque gros en voyant ses tensions sectaires exacerbées. Mais cette nouvelle ligne de fracture entre les sunnites et des chiites principalement représentés par l'Iran pourrait avoir des implications bien plus vastes.
Vidéos A la une
ATTENTION CERTAINES IMAGES PEUVENT CHOQUER - En Syrie, la ville de Madaya est assiégée depuis six mois par le Hezbollah, aux ordres de Bachar al-Assad. Pour survivre, les habitants pris au piège se nourrissaient des feuilles des arbres. Mais l'hiver arrivant, cela n'est même plus possible. Face à l'indignation des ONG, Damas vient d'autoriser l'envoi d'un convoi humanitaire. Mais il faudra attendre la semaine prochaine pour les premières distributions de nourriture.
Vidéos A la une
Samir Kantar, figure du mouvement chiite libanais, a été tué près de Damas le week-end dernier. À Beyrouth, lundi après-midi, le Hezbollah lui a rendu hommage en portant son cercueil dans les rues de la ville. La foule criait au même moment "mort à Israël". Le raid aurait été mené par l'État hébreu. Selon son frère, c'est "un crime contre le droit international". Depuis sa libération de prison en 2008, il était "une cible" du pays.
Vidéos A la une
Le Hezbollah a annoncé la mort d'une des ses figures, Samir Kantar, dans un raid de l'armée israélienne près de Damas, en Syrie. Condamné à la prison à perpétuité en Israël, il avait été libéré en 2008 dans un échange entre le Hezbollah et l'État hébreu.
Vidéos A la une
Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a réagi, mercredi sur le plateau de Questions d'info, à la proposition de l'ancien Premier ministre François Fillon d'inclure le mouvement chiite libanais du Hezbollah dans la coalition contre Daech. "C'est une faute !, a affirmé Claude Bartolone. On ne peut pas avoir comme allié une organisation classée sur la liste noire du terrorisme par l'Union européenne."
Vidéos A la une
Journée de deuil et premiers enterrements au Liban après l'attentat qui a tué 44 personnes jeudi soir dans un quartier chiite du sud de Beyrouth. Des enterrements aux couleurs des mouvements Amal et Hezbollah, dont les membres se disent plus déterminés que jamais. L'attaque est la plus meurtrière au Liban commise par Etat Islamique. 'Notre message est clair, déclare Ali Mokdad, député Hezbollah. Chacun au Liban, et pas seulement dans les banlieues de Beyrouth, se battra contre ces djihadistes à tout prix'. 'La réponse, c'est l'unité, dit Talal Hatoum, du mouvement Amal, et faire cesser ces troubles sécuritaires et l'instabilité que ces djihadistes recherchent'. Le gouvernement libanais a tenu une réunion d'urgence et observé une minute de silence. Il s'agit d'une des attaques les plus graves depuis la fin de la guerre civile au Liban. Le Hezbollah combat en Syrie, aux côtés des hommes de Bachar el-Assad et de combattants iraniens, les groupes islamistes sunnites, Etat Islamique en tête. Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, a parlé d'une 'bataille essentielle et décisive'.
Vidéos A la une
Une présentatrice de la télé libanaise l'annonce : le double attentat qui a frappé le pays jeudi a causé la mort de 43 personnes, et en a blessé plus de 140. L'attaque, perpétrée dans un fief du Hezbollah, a été revendiquée par l'État islamique. Les représentants de la classe politique appellent désormais à l'unité pour éviter tout embrasement.
Vidéos A la une
Deux explosions presque simultanées ont secoué jeudi en fin d'après-midi la banlieue sud de Beyrouth, un fief du Hezbollah. Il y aurait 40 morts et environ 200 blessés. Deux kamikazes, voire trois, ont actionné leurs charges d'explosifs devant un centre commercial. Depuis un an, il n'y avait pas eu d'attentat de ce genre, l'organisation chiite, alliée de Bashar al-Assad, disait garantir la sécurité.
Vidéos A la une
La Turquie et les Etats-Unis continuent de bombarder des cibles du groupe Etat islamique dans le nord de la Syrie. Objectif : repousser les jihadistes d'une bande de territoire s'étirant le long de la frontière turque, dans le nord de la province d'Alep et y établir une zone de sécurité. Des jihadistes qui continuent de grignoter du terrain dans cette région. Ils se seraient emparés de sept villages tenus par les forces rebelles et auraient pénétré dans les faubourgs de Marea. Dans le même temps, un cessez-le-feu de 48 heures entre rebelles et forces du régime de Bachar al-Assad est entré en vigueur ce jeudi matin dans trois localités, et des négociations sont en cours. Il s'agit de la deuxième trêve à Zabadani, bastion rebelle situé à 50 km de Damas, et dans les villages chiites de Foua et Kafraya, dans la province d'Idleb.
Vidéos A la une
Israël enterre ses morts, les deux soldats tués hier dans le Golan par le Hezbollah, et accuse directement l'Iran d'être derrière cette attaque. Dans sa revendication, le Hezbollah avait clairement expliqué avoir vengé le raid attribué à Israël le 18 janvier, qui avait tué six membres du mouvement et un général iranien. 'L'Iran est le responsable de l'attaque d'hier contre nous depuis le Liban, a déclaré Benjamin Netanyahu. C'est ce même Iran qui essaye d'obtenir un accord, avec les grandes puissances, qui lui permettrait de développer des armes nucléaires, accord auquel nous nous opposons fermement.' Il semble que le Hezbollah et Israël veulent éviter la surenchère. Les alliés iraniens du Hezbollah avaient promis de venger leur général, et ne cachent pas leurs positions. 'Il ne fait aucun doute que le chemin sacré que la résistance islamique héroïque et courageuse a choisi est la meilleure voie face à l'occupation du régime sioniste, ses machinations et ses intérêts dans la région, a réagi l'Iranien Alaeddin Boroujerdi, président du comité parlementaire pour la sécurité nationale et la politique extérieure. Comme vous le savez nous soutenons ce chemin de résistance et nous continuerons à le faire.' Un casque bleu de l'Onu, un Espagnol, a lui aussi trouvé la mort mercredi lorsque l'armée israélienne a riposté. Madrid réclame une enquête complète de l'Onu et une condamnation 'publique et sans équivoque' du Hezbollah par le Conseil de sécurité.
Vidéos A la une
Deux soldats israéliens ont été tués et sept autres blessés hier dans une attaque revendiquée par le mouvement radical chiite libanais. En représailles, Tsahal a bombardé plusieurs villages dans le sud du Liban, où se trouvent des positions de l'armée libanaise et de la Force intérimaire des Nations unies au Liban chargée de surveiller la frontière israélo-libanaise. Un casque bleu espagnol a péri dans les violences. Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence pour appeler à une désescalade immédiate. Benyamin Netanyahu, le Premier ministre israélien n'a pas mâché ses mots alors qu' Israël et le mouvement chiite ont été en guerre en 2006, un conflit sanglant avec plus de 1300 morts en majorité des civils. 'Ceux qui sont derrière cette attaque en paieront le prix fort. L'Iran via le Hezbollah a essayé d'établir un front terroriste supplémentaire contre nous depuis le plateau du Golan. Nous prenons des mesures fortes contre cette tentative.' L'attaque a été saluée par les groupes palestiniens Hamas et Jihad islamique, mais aussi au Liban, où des drapeaux du Hezbollah ont été brandis à la frontière avec Israël et dans la banlieue sud de Beyrouth, fief du mouvement chiite.
Vidéos A la une
Des accrochages ces dernières heures sur le plateau du Golan accentuent la tension entre Tel Aviv, Beyrouth et Damas. Ce matin un véhicule militaire israélien a été touché par un missile anti-char, faisant plusieurs blessés, à la frontière de la Syrie et du Liban. Une attaque revendiquée par le Hezbollah. Selon le Liban les tanks israéliens ont bombardé en représailles plusieurs localités dans le sud-est du pays. La nuit dernière, c'est contre l'armée syrienne que Tsahal avait mené des raids. Une réponse à des tirs de roquette venus un peu plus tôt de Syrie. Le Golan occupé par Israël est régulièrement frappé par des tirs venus du côté syrien, où la guerre civile fait rage. Selon l'Etat hébreu, ceux de mardi étaient délibérés. 'Ceux qui tentent de nous défier sur nos frontières vont découvrir que nous sommes prêts à répondre avec force', a prévenu Benjamin Netanyahu, qui invite à méditer l'exemple de Gaza. 'Israël considère cette attaque très sérieusement. Ceux qui jouent avec le feu vont se brûler.' La tension s'est considérablement accentuée depuis un raid attribué à Israël, mené il y a 10 jours en Syrie contre le Hezbollah. Six de ses membres sont morts. L'Iran qui soutient le mouvement libanais a aussi perdu dans l'opération un général des Gardiens de la révolution.
Vidéos A la une
Une cérémonie grandiose, devant un milliers d'invités. Difficile d'imaginer que l'investiture à Damas de Bachar al Assad a lieu dans un pays en pleine guerre civile. Troisième mandat de sept ans pour le président, qui profite de la montée des extrémismes pour se présenter, face aux Occidentaux, comme le rempart à l'islamisme radical. 'Bientôt nous allons voir que tous les pays Arabes, voisins et occidentaux qui ont soutenu le terrorisme, a prévenu dans son discours l'homme fort de la Syrie, vont eux aussi payer un lourd tribut.' La montée des jihadistes,l'instabilité dans la région qui a détourné l'attention internationale, autant de cadeaux pour Bachar al Assad : l'indéboulonnable président redeviendra peut- être un jour fréquentable, voire indispensable.
Vidéos A la une
Après un blocage de près d’un an et d‘âpres négociations, le Liban a enfin un nouveau gouvernement. Dirigé par Tammam Salam, il se compose de 24 ministres. Il réunit surtout deux camps...
Vidéos A la une
Un gouvernement de compromis a finalement été trouvé au Liban. Après des mois d‘âpres négociations, le Premier ministre Tammam Salam a présenté au chef de l’Etat, Michel Sleimane, une...
Vidéos A la une
Une voiture piégée a explosé près d’une station d’essence dans la ville de Hermel, un fief du mouvement chiite Hezbollah dans le nord du Liban. Au moins trois personnes ont été tuées,...
Vidéos A la une
Les autorités australiennes ont annoncé jeudi le démantèlement d'un vaste réseau de blanchiment d'argent. Selon la presse, une partie des...
Vidéos A la une
Une forte explosion a secoué jeudi la banlieue sud de Beyrouth, un bastion du mouvement armé libanais Hezbollah, a affirmé la télévision de cette formation. “Une très forte explosion...
Vidéos A la une
Le sang a de nouveau coulé à Beyrouth. Au moins cinq personnes sont mortes et une soixantaine d’autres ont été blessées lors de l’explosion d’une voiture piégée dans la banlieue sud de...
Vidéos A la une
C’est un spectacle de désolation dans ce quartier de Beyrouth, quelques minutes après l’explosion d’une voiture piégée. La puissante déflagration a frappé la banlieue sud de la capitale...
Vidéos A la une
Une forte explosion a secoué jeudi la banlieue sud de Beyrouth, un bastion du mouvement armé libanais Hezbollah, a affirmé la télévision de cette formation. “Une très forte explosion...
Vidéos A la une
Titulaire d’un doctorat en économie, Mohammad Chatah avait intégré le Fonds Monétaire International au début des années 1980, avant de devenir quelques années plus tard l’ambassadeur du...
Vidéos A la une
Hassan al Laqqis, un chef militaire du Hezbollah, a été atteint de plusieurs balles à la tête, vers minuit à Beyrouth, alors qu’il était dans son véhicule. Dans un communiqué, le...
Vidéos A la une
Bachar al-Assad multiplie les interviews, une semaine après la résolution du Conseil de Sécurité sur le démantèlement des armes chimiques en Syrie. Cette fois-ci, c’est l’hebdomadaire...
Vidéos A la une
Le chef du Hezbollah libanais se dit prêt à aller combattre lui-même en Syrie. Devant des milliers de ses partisans rassemblés vendredi dans le sud de Beyrouth, Hassan Nasrallah a accusé des...
Vidéos A la une
Le Liban en situation d’urgence après ce nouvel attentat, l’un des plus meutriers de ces 30 dernières années. Cette attaque, nouvel avertissement des ennemis du Hezbollah, s’est produite une...

Pages

Publicité