Vidéos à la une
Yassin Salhi, l'homme qui avait décapité son patron en juin, s'est suicidé dans sa cellule de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis mardi soir. Il était suspecté d'avoir égorgé Hervé Cornara, avant de se prendre en photo aux côtés de sa victime entourée de drapeaux de l'État islamique. Il avait ensuite projeté son véhicule contre les hangars d'une usine de gaz. Placé en détention, il était mis en examen pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste, enlèvement et séquestration en vue de préparer un assassinat. Pour les proches d'Hervé Cornara, en se suicidant Yassin Salhi a échappé à la justice.
Vidéos à la une
La ville de Fontaines-sur-Saône, près de Lyon, a rendu un dernier hommage ce vendredi à Hervé Cornara, assassiné dans l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) par son employé Yassin Salhi. Le ministre de l'Intérieur figurait parmi les 300 personnes présentes aux obsèques. Visiblement très ému, Bernard Cazeneuve a tenu un discours durant la cérémonie. Une semaine après le drame, d'autres ne trouvent toujours pas les mots.
Vidéos à la une
"Plus jamais ça. A Hervé": c'est derrière ce texte inscrit sur une banderole que plusieurs centaines de personnes ont participé mardi en fin d'après-midi à une marche blanche à Fontaines-sur-Saône en hommage à Hervé Cornara, tué vendredi dans un attentat à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère. "Hervé, c'était quelqu'un d'exceptionnel, de gentil, de travailleur. C'est dramatique. On ne peut pas pardonner", indique une participante à BFMTV. Rose blanche à la main, badge "je suis Hervé" accroché au buste, les manifestants, silencieux et le visage grave, ont traversé le quartier où résidait le chef d'entreprise, Hervé Cornara.
Vidéos à la une
Les employés de l'usine Air Products à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, ont repris le travail ce lundi, après l'attentat perpétré par Yassin Salhi. Le souvenir de l'explosion est présent dans toutes les têtes. La direction de l'usine a tenu une conférence de presse pour rendre hommage aux proches de la victime. À quelques kilomètres de là, une aide psychologique a été proposée aux salariés d'ATC, la société dans laquelle travaillait Hervé Cornara, qui employait aussi l'auteur de l'attentat. Pour le moment, le personnel de cette entreprise n'a pas souhaité s'exprimer et demande du temps pour se remettre de cette épreuve.
Publicité