Vidéos à la une
C'est une opération spectaculaire d'agents israéliens que cette caméra de surveillance a filmé. Nous sommes dans un hôpital de Hébron en Cisjordanie et ces hommes habillés en civils sont en fait des agents infiltrés du Shin Bet, l'agence de sécurité israélienne. Leur cible ? Un Palestinien soigné dans cet établissement et présenté comme l'auteur d'une attaque au couteau contre un colon israélien. Selon le directeur de l'hôpital, le groupe a tenu en joue le personnel et a fait irruption dans la chambre du suspect pour l'arrêter. Lorsque son cousin est sorti du cabinet de toilette les agents l'ont tué par balles. Une version contredite par l'armée israélienne qui affirme que l'homme a attaqué les hommes du Shin Bet, ceux-ci ont alors répliqué. Selon le directeur de l'hôpital, ils auraient empêché le personnel médical de soigner l'homme qui gisait à terre. Ses funérailles ont eu lieu dans la foulée à Hébron. Cet épisode ne va pas apaiser la tension qui règne entre Israéliens et Palestiniens. Une vague de violences a gagné Israël, Jérusalem et la Cisjordanie depuis le 1er octobre, date depuis laquelle on dénombre 12 Israéliens tués par des Palestiniens dans des attaques à l'arme blanche ou à la voiture bélier. Depuis cette date, 76 Palestiniens ont été tués par balles par les forces de sécurité israéliennes, dont 44 qui, selon la police israélienne, commettaient ou s'apprêtaient à commettre des attaques.
Vidéos à la une
A Hébron, l'un des principaux foyers de tension, une Palestinienne de 72 ans a été tuée par balles par l'armée israélienne qui l'accuse d'avoir mené une attaque à la voiture bélier. Selon des sources médicales palestiniennes, cette femme conduisait sous une forte pluie à ce moment-là, laissant entendre qu'elle n'avait pas intentionnellement dirigé sa voiture vers les soldats. Toujours à Hébron, Il y a eu également des affrontements sporadiques entre militaires israéliens et jeunes palestiniens et près du tombeau des Patriarches, lieu saint pour les juifs et les musulmans, deux Israéliens de 16 et 18 ans ont été blessés par les tirs d'hommes armés non identifiés, d'après Tsahal. Il y a eu également des affrontements sporadiques entre militaires israéliens et jeunes palestiniens. Vendredi, également en Cisjordanie, un Palestinien a grièvement blessé à coups de couteau un Israélien devant un supermarché dans la colonie de Chaar Binyamin, avant de prendre la fuite, selon l'armée. Les violences en cours, qui font craindre une nouvelle intifada, ont fait, dans les Territoires palestiniens et en Israël, plus de 70 morts côté palestinien et neuf morts côté israélien. Une grande majorité des Palestiniens tués étaient des assaillants.
Vidéos à la une
À Hébron, en Cisjordanie, notre correspondant a rencontré les familles des principaux suspects du meurtre des trois adolescents israéliens. En début de semaine, les troupes israéliennes ont partiellement détruit leurs maisons en guise de représailles, mais les deux hommes, Amer Abu Aisha et Marwan Qawasme restent introuvables. Pour leurs proches, ils sont innocents. 'Ces gravats vont augmenter ma force et ma détermination, dit la mère d'Amer Abu Aisha. Je crois que les forces d'occupation israéliennes ont kidnappé mon fils et qu'il est désormais emprisonné en Israël. Il n'y a aucune preuve qui montre qu'il a commis ce crime'' Les deux hommes n'ont plus donné signe de vie depuis l'enlèvement des trois Israéliens. Pour Israël, ils étaient le cerveau de l'opération. 'Les Israéliens, notamment les médias, ont l'habitude de mentir'', explique le père de Marwan Qawasme. Les accusations sont toujours préparées à l'avance. On n'a même pas écouté ce qu'ils avaient à nous dire, car de toutes façons, ce ne sont que des mensonges.'' Les explosifs, utilisés par les troupes israéliennes, ont causé d'importants dégâts, suscitant l'indignation de la population d'Hebron. De notre correspondant Mohammed Shaikhibrahim : 'Alors que les Palestiniens nient les accusations de meurtre, la réalité des faits continuent à poser un certain nombre de questions.''
Publicité