Vidéos A la une
Stéphane Le Foll a lancé lundi soir "Hé oh la gauche", un mouvement pour tenter de remobiliser la gauche en faveur de François Hollande à un an de la présidentielle, un nom qui fait réagir jusque que sur les bancs de l'Assemblée nationale. "Hé oh monsieur Le Foll ce n'est pas parce que les agriculteurs ne manifestent plus pour l'instant qu'ils ne souffrent pas", l'a interpellé mardi à l'Assemblée députée Les Républicains Isabelle Le Callenec. Elle a aussi utilisé l'expression pour lui demander de déserter un peu plus la rue de Solferino, le siège du PS. De nombreux députés de droite ont crié en échos "Hé oh", avant que le ministre de l'Agriculture ne prenne la parole. "Je ne savais pas que vous me feriez autant de publicité", a répondu le porte-parole du gouvernement.
Vidéos A la une
Alors qu'une vingtaine de ministres se réunissaient lundi soir en meeting pour défendre l'action du gouvernement, une députée Les Républicains n'a pas hésité à se moquer du mouvement "Hé oh la gauche" sur Twitter. Valérie Boyer en a également profité pour relayer un tweet d'Emmanuelle Cosse dans lequel elle fustigeait François Hollande et affirmait qu'elle n'accepterait jamais de poste au sein du gouvernement. "C'est encourageant d'être soutenu avec sincérité et enthousiasme", a alors commenté la députée, ciblant directement l'actuelle ministre du Logement. Sauf que ce tweet d'Emmanuelle Cosse n'a jamais existé, il s'agissait d'un montage d'une internaute malintentionnée. En cherchant bien, la députée LR n'aurait pas eu de mal a retrouver de vrais tweets de l'ancienne secrétaire nationale d'EELV, contre le gouvernement. Entre 2012 et janvier 2016, Emmanuelle Cosse n'a pas hésité à plusieurs reprises à fustiger les actions du chef de l'Etat. Mais comme le rappelle le Lab, ce n'est pas la première fois que Valérie Boyer relaie un faux tweet. En 2013, elle s'était faite piéger en relayant une citation attribuée à Montesquieu, qui était en réalité tirée de propos de Jean-Marie Le Pen.
Vidéos A la une
Présente au meeting Hé Oh la gauche!, qui défend le bilan du quinquennat de François Hollande auprès des militants du Parti socialiste, Barbara Pompilii a déclaré que cette réunion traduisait "une envie de débat politique, de redresser des perspectives". "Mais il faut que ce débat soit basé sur des faits, des arguments, et pas sur des postures", a-t-elle critiqué. Selon la secrétaire d'Etat chargée de la biodiversité, "ce qu'essaie de faire Stéphane Le Foll, c'est de remettre les choses au point pour redonner des bases saines au débat". Elle aurait tout de même aimé "qu'au-delà de dire Hé Oh la Gauche, on dise aussi Hé Oh l'écologie!".
Publicité