Vidéos à la une
Les opérations de police se multiplient, ces derniers jours, dans le quartier de La Chapelle-Pajol à Paris. Et pour cause, le harcèlement de rue dont seraient victimes des femmes dans ce quartier du 18ème arrondissement de la capitale a été pointé du doigt dans une pétition signée par près de 20.000 personnes. Des "marches exploratoires" sont prévues dans les prochains jours par la mairie de Paris. Leur objectif est de permettre aux femmes de se réapproprier l'espace public dans ce quartier.
Vidéos à la une
En 72 heures, le quartier de la Chapelle-Pajot, à Paris, est devenu le centre des attentions. Jeudi soir, le Parisien publie un article dénonçant le harcèlement dont sont victimes les femmes dans les rues du quartier. Le lendemain, dans une série de tweets, la maire de Paris Anne Hidalgo se dit déterminée à agir. Très vite, le sujet prend de l'ampleur sur les réseaux sociaux, et certains internautes s'insurgent contre une vision déformée de leur quartier.
Politique
Le 7 mars, un homme sera jugé au tribunal correctionnel de Rouen pour harcèlement. Il aurait, à plusieurs reprises, harcelé par téléphone Anne Gravoin, l'épouse de Manuel Valls.
Actualités
Travaux de la maison, fournisseurs d’énergie, assureurs… L’association Que Choisir a recensé les entreprises qui démarchent le plus par téléphone. Avec des appels parfois journaliers. Explications.  
Société
Depuis qu'elle a rendu public le sms d'un tecnicien d'Orange qui la draguait après être intervenu chez elle, une jeune femme se retrouve au coeur d'une polémique.
Société
Un homme âgé de 32 ans et vivant à Besançon a été condamné pour avoir passé des coups de fils insistants et graveleux à plusieurs personnes. L'une de ses cibles était, sans qu'il ne le sache, la ministre du Travail.  
Société
Six mois de prison ferme ont été requis jeudi par le parquet de Paris contre Alain Soral. L’essayiste est soupçonné d'avoir harcelé moralement un ex-mannequin d’origine guinéenne. 
Actualités
Appels téléphoniques intempestifs, visites de démarcheurs en tous genres… Si cela tourne au harcèlement, il est préférable de réagir pour en finir. Comment s'y prendre ? Explications.   
Vidéos à la une
Dans le cadre de l'affaire des suicides de France Telecom, le parquet de Paris a demandé à plusieurs dirigeants de la société de comparaître devant le tribunal correctionnel pour harcèlement moral.
Vidéos à la une
Entretien avec Bernard Gérard, député-maire de Marcq-en-Baroeul.
Société
Une femme a été harcelée par un homme de 25 ans après avoir posté une annonce sur Le Bon Coin. Il la faisait chanter pour qu’elle lui envoie des photos dénudées.
Vidéos à la une
La contre-attaque dans l'affaire Baupin s'organise. Invité sur BFMTV ce mercredi, Emmanuel Pierrat, l'avocat du député écologiste mis en cause dans une affaire d'agression et de harcèlement sexuels, a affirmé qu'il existait un SMS datant du lendemain de la présumée agression subie par Sandrine Rousseau. "Le lendemain, ils ont un échange tout à fait banal avec des smileys", a-t-il soutenu, alors que la porte-parole d'EELV avait qualifié l'agression de traumatisante. Selon le juriste, Sandrine Rousseau ment "sans doute, il est possible de mentir, c'est une femme politique". Des dénonciations qui d'après lui, pourraient être motivées par un règlement de compte politique.
Vidéos à la une
"Je savais qu'il y avait des choses pas très normales, des rumeurs, des on-dit", a expliqué Cécile Duflot lundi sur BFMTV et RMC au sujet des accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles dont Denis Baupin fait l'objet. La députée EELV de Paris s'est dite "reconnaissante envers les femmes qui osent parler", ajoutant qu'elle ne souhaitait pas évoquer son cas personnel, "par manque de courage", a-t-elle concédé, mais aussi "pour qu'on ne résume pas ça à une question individuelle". L'ancienne ministre de l'Ecologie du gouvernement Ayrault a décrit un "phénomène social", avec lequel "beaucoup de femmes" sont obligées de vivre.
Vidéos à la une
Une semaine après l'affaire Denis Baupin, 17 ex-ministres dénoncent le sexisme en politique, à travers une tribune publiée dans le Journal du Dimanche. Interrogée par LCI, Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France, propose une série de mesures pour lutter contre le harcèlement sexuel en politique.
Vidéos à la une
Dix-sept anciennes ministres ont lancé un appel dans les colonnes du Journal du Dimanche pour dénoncer le sexisme, en réaction à l'affaire Denis Baupin. "Si dans la classe politique on est pas capable d'avoir un comportement exemplaire, d'une parfaite égalité, d'un parfait respect, comment voulez-vous qu'on l'impose dans le reste de la société", déplore Corinne Lepage, signataire de la tribune. Estimant que "la question de l'égalité des femmes dans la société française actuelle est un problème", elle parle d'une phhénomène bien français, elle qui a pu comparer avec les comportements au sein du Parlement européen.
Vidéos à la une
Le procès du maire de Chevigny-Saint-Sauveur, Michel Rotger, s'ouvre jeudi à Dijon, en Côte-d'Or. Il est accusé d'avoir harcelé et agressé sexuellement une employée de cantine scolaire. Selon l'avocate de la plaignante affirme qu'il y a "beaucoup d'affaires comme ça dans le champ des collectivités territoriales".
Vidéos à la une
Maina Sage, députée UDI de Polynésie française et membre de la Délégation de l'assemblée nationale aux droits des femmes, siège à l'Assemblée nationale depuis près deux ans. Si elle se sent aujourd'hui l'égale de ses collègues masculins, elle reconnait qu'il existe encore une forme de discrimination.
Vidéos à la une
Dans 90 % des cas, les harceleurs font partie de l'entourage des victimes. Les statistiques de L'Assistance Nationale contre le Harcèlement (au...
Vidéos Argent/Bourse
Petite passe d'armes sur le plateau de LCI à propos des conditions de travail en France entre Alain Sarfati, architecte et président de SAREA, et Sophie Binet secrétaire générale adjointe de la CGT des ingénieurs et cadres techniciens. Pour cette dernière, il faut absolument lutter contre le harcèlement avec des lois, elle qui estime aussi que la charge de travail est trop élevée en France. La députée PS des Hautes-Alpes, Karine Berger, renchérit par ailleurs en réaffirmant que le harcèlement est un délit puni par la loi.
Vidéos à la une
Les langues commencent à se délier. Suite à l'enquête qui accuse Denis Baupin d'harcèlement sexuel, d'autres femmes politiques sortent de leur silence. C'est le cas de Monique Pelletier, ancienne ministre déléguée à la condition féminine entre 1978 et 1981. Dans un tweet, elle félicite les victimes qui "parlent enfin". Elle confie aussi avoir été "agressé par un sénateur en 1979" et ajoute avoir "honte" de son silence. Dans le JDD, elle revient sur le jour de son agression. Elle devait défendre la reconduction définitive de la loi Veil sur l'avortement et rencontre un peu avant le président de la séance. Elle raconte : "Je me lève pour prendre congé et je m'adosse à la cheminée pour lui dire encore deux mots sur la manière dont je pense entamer le débat. Là, il se jette sur moi et me fait un baiser avec la langue. J'étais contre la cheminée, je ne pouvais pas bouger". A l'époque, elle préfère se taire pour ne pas compromettre sa carrière. "Si j'avais parlé, on aurait remis la séance. Et je connais quelqu'un qui se serait précipité pour prendre ma place !" Pour mettre fin à ces silences, 500 militant(e)s et élu(e)s ont signé une tribune publiée dans Libération et intitulée "Harcèlement et politique : Pour que l'impunité cesse".
Politique
Elles sont huit femmes en tout à avoir dénoncé dans la presse, lundi, des faits de harcèlements voire d’agressions sexuels de la part du député (ex-EELV) de Paris. 
Vidéos à la une
"Le harcèlement sexuel dont chaque femme peut être victime (...) pourrit la vie des femmes", a martelé devant l'Assemblée mardi la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes. Laurence Rossignol espère que les révélations sur Denis Baupin serviront à "toutes les femmes pour qu'elles s'expriment." Elle a enfin rappelé que ce phénomène n'était l'apanage d'aucun milieu.
Société
Depuis la révélation de cas de harcèlements et d’agressions sexuels présumés de la part du député Denis Baupin, plusieurs femmes sortent du silence et témoignent du sexisme au quotidien.
Vidéos à la une
Accusé de harcèlement sexuel, le dirigeant historique des Verts Denis Baupin a démissionné de l'Assemblée nationale hier. Cette affaire salit l'image des écologistes et fait du tort à l'ensemble des politiques. Ces dernières devraient réagir pour bannir ces comportements. Face à cette situation, Hervé Gattegno estime qu'il faut améliorer l'accueil des victimes, les encourager à saisir la justice, trouver des façons de garder leur anonymat, et surtout alourdir les sanctions contre les auteurs. À l'Assemblée nationale, il y a plus de défenseurs des droits de l'homme que de protecteurs des droits de la femme. - Bourdin Direct, du mardi 10 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Denis Baupin ne pourra être poursuivi par agressions sexuelles, les faits qui lui sont reprochés datant étant prescrits. Les agressions sexuelles hors viol sont prescrites au bout de trois ans, à partir de l'acte le plus récent de harcèlement. Un délai jugé insuffisant par beaucoup de personnalités politiques. Certains ont déjà proposé de le rallonger par le passé. D'autres vont même jusqu'à demain une imprescriptibilité. "Si les hommes intégraient le fait qu'ils pourraient être poursuivi à vie, ils y réfléchiraient certainement davantage", défend Marilyn Baldeck, déléguée générale de l'Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail.
Vidéos à la une
L'INVITÉ POLITIQUE. Invité de LCI Matin, le député-maire LR de Chalôns-en-Champagne Benoist Apparu a commenté l'affaire Denis Baupin, l'ancien vice-président de l'Assemblée nationale accusé d'harcèlement. Il s'est dit à la fois "choqué, déçu et désespéré".
Politique
Un document publié en 2013, soit un an après les faits présumés, fait état "d’importantes sommes d’argent" proposées aux victimes de harcèlement sexuel au sein du parti écologiste.
Politique
Au lendemain des révélations dans la presse de cas d’agressions et de harcèlements sexuels de son mari sur des élues, l’ancienne patronne d’EELV dit lui faire "confiance". 
Vidéos à la une
LA REVUE DE PRESSE. Ce mardi, tous les grands quotidiens français titrent sur l'affaire Denis Baupin. L'ancien vice-président de l'Assemblée nationale est accusé de harcèlement sexuel sur plusieurs femmes. "La fin de la loi du silence" selon Le Parisien tandis que Libération lance un appel pour "lever l'omerta" et briser un tabou.
Vidéos à la une
Denis Baupin est accusé de harcèlement et d'agressions sexuelles par huit élues écologistes. "En gros, tout le monde savait", a expliqué Clémentine Autain, conseillère régionale du Front de gauche, au micro de France Info. François de Rugy, président du parti Ecologistes !, dit, quant à lui, ne rien savoir de la situation. Selon les témoignages, les faits se seraient déroulés de 1998 à 2014. Denis Baupin nie tout en bloc.

Pages

Publicité