Vidéos à la une
Dans cette édition spéciale consacrée au CeBIT de Hanovre 2017, le plus grand salon mondial du high-tech, notre reporter Sebastian Saam nous fait découvrir le meilleur des dernières technologies présentées lors de l'évènement. Des produits qui réalisent toujours plus de prouesses, mais qui ont aussi des points faibles. Le CeBIT 2017 n'échappe pas au phénomène drones. Des aéronefs télépilotés qui ne se contentent plus de fournir des images vues du ciel. L'un des modèles présentés par Intel se distingue par ses fonctionnalités et ses performances, assure Matthias Beldzik, collaborateur du géant américain des processeurs. Des drones de plus en plus perfectionnés 'Un marché est vraiment en croissance : ce sont les vols d'inspection dans l'industrie et les infrastructures, souligne-t-il. [Au salon, nous organisons des démonstrations] sur des maquettes d'installations industrielles comme les plateformes offshore près desquelles il est difficile de voler, donc on avait besoin d'un système stable et fiable,' dit-il. D'après ses concepteurs, le drone en démonstration permet d'inspecter une plateforme pétrolière en un temps record. 'Les caméras se perfectionnent et deviennent plus légères ; même chose pour les capteurs, indique Matthias Beldzik. Les vols sont de plus en plus longs et les informations sur les sites contrôlés, de plus en plus fiables,' affirme-t-il. Our team is cebit drone park with Intel_DE , providing UAV inspection data from inspection projects for the event's live demos. #cebit17 pic.twitter.com/5Owv3vRNd9- Cyberhawk (@TheCyberhawk) 22 mars 2017 Interaction homme-robot Les drones, mais aussi les robots ont aussi la part belle dans les allées du salon allemand. Même si certains humanoïdes prêtent à sourire, la collaboration homme-robot est une affaire sérieuse. La preuve avec un projet du Centre de recherche allemand sur l'intelligence artificielle. Grâce à son système de représentation virtuelle en 3D, il est possible de manipuler des robots en temps réel et à distance, voire grande distance. 'Quand vous portez ces lunettes, indique Mohamed Mehdi Moniri qui travaille sur le projet, vous êtes capable de contrôler des robots qui ne sont pas là, mais qui se trouvent à un millier de kilomètres.' Ces dispositifs de réalité virtuelle et réalité mélangée permettent par exemple de renforcer la sécurité lors de la manipulation de matières dangereuses. L'homme peut commander par gestes, les actions du robot. 'A partir du moment où un employé portera ces lunettes, son travail sera plus facile, poursuit Mohamed Mehdi Moniri. On mène des projets concrets en lien avec l'industrie en nous appuyant sur les atouts de ces lunettes pour aider à mettre en place des postes de travail plus ergonomiques, par exemple dans la production,' précise-t-il. DFKI and HitachiGlobal: Artificial intelligence built on human-machine data from SMI Eye Tracking Glasses cebit https://t.co/wwnXEQssSh- SMIEyeTracking (SMIEyeTracking) 22 mars 2017 Bus autonomes Découvrons une autre innovation, non pas à Hanovre, mais dans la ville de Sion en Suisse. La Poste y propose depuis l'an dernier, un service de bus urbain autonome, l'un des premiers du genre au monde. 'Nous faisons circuler depuis neuf mois, dans le centre-ville de Sion, deux de ces petits bus et nous avons transporté 16.000 personnes jusqu'à maintenant,' fait remarquer Jürg Michel de chez PostAuto. Interview avec Raphael Gindrat, CEO de BestMile : Sion's driverless #SmartShuttle https://t.co/mJ13exhY9Q- CarPostal (CarPostal) 2 novembre 2016 Malgré quelques défauts constatés pendant la phase de tests, les capteurs qui équipent ces bus fonctionnent correctement en conditions normales de circulation. Jürg Michel nous montre les capteurs LiDAR qui équipent le véhicule : 'Ce sont ses yeux, dit-il. Grâce aux capteurs, il peut détecter des obstacles et savoir qu'il doit s'arrêter.' Piratage Si les objets connectés réalisent des prouesses, ils ont aussi un grand point faible. La société Sophos, spécialiste de la sécurité des réseaux et des systèmes, a installé au salon, une maison hantée pour montrer combien il est facile de pirater les habitations intelligentes. Marco di Filippo, expert en sécurité, nous explique le but de l'opération : 'On veut faire comprendre qu'il y a de nombreuses erreurs de configuration : beaucoup de gens ne savent pas que leur maison intelligente, leur propre Internet des objets communiquent sur internet et sont sans protection,' lance-t-il. Project Haunted House: Internet-of-Things Study... Smart Home or Haunted House? https://t.co/czklFkypQ6 #IoT sophos_info pic.twitter.com/qrcoa1rycx- Sophos (Sophos) 21 mars 2017 Les systèmes de chauffage, vidéo-surveillance ou alarme incendie des maisons intelligentes sont des proies faciles s'ils ne sont pas suffisamment protégés. Vitrine des exploits de la technologie, le salon CeBIT veut aussi informer sur sa face cachée. Sebastian Saam avec Stéphanie Lafourcatère
Vidéos à la une
Au CeBIT de Hanovre (Allemagne), 200.000 personnes et 3000 entreprises venues du monde entier se retrouvent pour célébrer le numérique et ses promesses pour l'avenir. Dans ce premier reportage spécial consacré à l'édition 2017 de ce salon, prenons le pouls de cet évènement qui a comme pays partenaire, le Japon cette année. Lors du CeBIT, la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre japonais Shinzo Abe se sont rencontrés dans l'objectif de renforcer les liens de leurs pays en matière de haute technologie et d'innovation. Pour le dirigeant nippon dont le pays est partenaire du CeBIT 2017, c'était aussi l'occasion de promouvoir son concept d'une 'société japonaise 5.0'. Priorité du Japon : 'Rapprocher production et technologies' Son principe : trouver et adopter des manières de vivre et de travailler plus connectées et plus efficaces pour notamment mieux relever les défis du vieillissement démographique. Hitoshi Masuda, directeur de la représentation allemande de l'Organisation japonaise du commerce extérieur (JETRO), nous en dit plus : 'Le Japon est un pays de production, la production elle-même est très importante. Donc, rapprocher le monde réel de la production et le monde virtuel des technologies de l'information, poursuit-il, c'est la clé selon nous.' 'Développement exponentiel' Intelligence artificielle, Internet des objets, véhicules autonomes, drone, robotique... Au fil des stands, le numérique devient concret. Aujourd'hui, l'accélération de la numérisation va de pair avec la conception croissante de produits qui visent à faciliter notre quotidien. 'L'innovation n'est plus linéaire comme les années précédentes, affirme Hartwig von Sass, porte-parole du CeBIT. Le développement est exponentiel, les évolutions techniques se mêlent les unes aux autres, ce qui déclenche une vague de transformation dans de nombreux secteurs de l'économie,' assure-t-il. 'Tous les aspects de la révolution numérique sont à portée de main, mais aussi en débat au CeBIT,' souligne notre reporter Jeremy Wilks qui lance avec ce numéro, une série de reportages spéciaux sur notre antenne et sur notre site, sur le CeBIT 2017 qui se tient du 20 au 24 mars. First day of #CeBIT17 is all about interconnection: Discover the trends of #IoT and #Industrie40 -> https://t.co/i3s1eQQWlr #dconomy17 pic.twitter.com/FNZkIwN0Up- CeBIT (@cebit) 20 mars 2017
Vidéos à la une
L'Europe entière est en alerte après les attaques terroristes qui ont frappé Paris le vendredi 13 novembre. Le football allemand aussi doit...
Vidéos à la une
Angela Merkel Adé est le nom officiel d'une petite fille née le 2 février à Hanovre. Sa mère, demandeur d'asile d'origine ghanéenne, a décidé de rendre hommage à la chancelière allemande en donnant son nom à sa propre fille. "C'est une femme très généreuse. Je l'aime beaucoup. Dans mon pays, (...) quand un bébé nait, vous pouvez lui donner le même nom", explique Ophelya, 26 ans, la maman de la petite fille. Cette famille fait partie des 730 réfugiés qui sont actuellement hébergés dans le bâtiment d'un ancien hôpital à Hanovre. Les autorités allemandes ont un peu haussé les épaules, en apprenant le choix du prénom, mais l'officier d'État civil ne s'est pas opposé à cette désignation. Pour autant, en Allemagne, une règle stricte interdit d'utiliser les noms de famille comme des prénoms. Sur cette question des réfugiés, la chancelière allemande s'etait pourtant retrouvé mi-juillet dans une situation bien embarrassante face à une jeune réfugiée palestinienne qui risquait l'expulsion et qui avait fondu devant elle.
Vidéos à la une
Environ 3000 militants d'extrême droite se sont rassemblé ce samedi, à Hanovre, en Allemagne, sous la bannière de la lutte contre le salafisme. Plusieurs manifestations étaient, à l'origine, prévues à travers le pays, mais seul ce rassemblement a eu lieu, sous une haute surveillance policière, dans la crainte de débordements. Le 26 octobre dernier, ce même mouvement d'extrême droite avait organisé une première manifestation, à Cologne, qui avait suscité l'indignation à travers l'Allemagne. En marge de cette manifestation, une caméra avait enregistré un échange entre une passante et des militants. Observant la manifestation, la passante se disait 'contre les Salafistes qui décapitent' mais refusait 'de manifester avec des néo-nazis'. - 'On n'est pas des néo nazis, mais c'est mieux d'être avec les néo-nazis qu'avec les salafistes' lui répondait un manifestant, avant que son camarade le reprenne et ne parle de 'patriotes.' Ce nouveau mouvement d'extrême droite, qui s'appelle 'Hooligans contre les Salafistes', est né en septembre sur internet, et beaucoup d'Allemands craignent qu'il puisse prendre de l'ampleur, à la faveur de l'offensive de l'Etat Islamique en Irak et en Syrie. A Hanovre, ce samedi, une contre manifestation était organisée, par des partis de gauche, pour protester contre l'extrême droite .
Vidéos à la une
La chancelière allemande et le Premier ministre britannique ont parcouru les allées du plus grand salon au monde des technologies de l’information, le CeBIT de Hanovre. La protection des données...
Vidéos à la une
Soulagement à Hanovre, en Basse-Saxe : la façade de l’usine Bahlsen a retrouvé son biscuit doré jeudi. Il avait été volé il y a six mois.
Publicité