International
Près de 900 morts, villes détruites et coupées du monde... L'ouragan Matthew qui a touché Haïti cette semaine a fait des ravages sur l'île.  
International
Alors que l'île est à nouveau ravagé par une catastrophe naturelle, une présentatrice météo américaine a lâché des propos vus comme insultants par des milliers d’internautes.
Insolite
Alors qu'il menace depuis ce week-end de toucher la Jamaïque et Haïti, l'ouragan Matthew a fasciné de nombreux témoins. Il a été aperçu dans le ciel sous une forme curieuse.
Vidéos à la une
12 ans après le départ en exil de l'ancien président haïtien, ils dénoncent l'ingérence de la communauté internationale et réclament la création d'une commission électorale pour vérifier les résultats du premier tour de la présidentielle du 25 octobre.
Vidéos à la une
La première journée des fêtes du carnaval a été annulée par crainte de débordements. Le président haïtien Michel Martelly a quitté ses fonctions laissant un pays profondément divisé aux mains d'un gouvernement de transition qui va devoir faire face aux violences et gérer un nouveau processus électoral.
Vidéos à la une
Un accord à l'arraché. Le président haïtien Michel Martelly et les présidents des deux Chambres du Parlement ont signé ce samedi un texte qui prévoit l'installation d'un gouvernement transitoire dans l'attente du prochain scrutin présidentiel. Le mandat du président Martelly s'achevait précisément ce samedi. 'Finalement, quand on négocie, on n'obtient pas toujours ce qu'on souhaitait mais il fallait quand même faire des sacrifices pour permettre à Haiti de sortir de cette impasse' a déclaré le président Martelly. Cet accord a notamment pour objectif de calmer la colère de la rue, très vive depuis plusieurs semaines. Mais des manifestants hostiles au gouvernement continuaient après la signature de s'en prendre à la police, lui jetant des pierres. L'accord indique que le second tour de la présidentielle, plusieurs fois reporté en raison d'allégations de fraude au premier tour, se tiendra le 24 avril prochain. Reste à désigner qui seront les chefs d'Etat et Premier ministre intérimaires.
Vidéos à la une
Des heurts violents ont éclaté ce lundi à Port-au-Prince, la capitale haïtienne où les opposants au régime exigent la mise en place d'un gouvernement de transition et l'organisation d'un nouveau scrutin présidentiel. Le candidat de l'opposition, Jude Celestin, dénonce 'une farce électorale' et refuse de participer dimanche au deuxième tour de l'élection présidentielle. 'Ce n'est pas une élection, c'est une sélection, et dans cette sélection' explique-t-il. 'Je ne vais pas valider ce qui n'est pas de notre responsabilité, mais celle de l'État. Nous sommes effectivement en apprentissage de la démocratie, mais il n'y a qu'une démocratie : la démocratie, c'est la voix du peuple.' Jude Célestin a obtenu un peu plus de 25 % des voix au premier tour de l'élection le 25 octobre, cinq points derrière le candidat du pouvoir Jovenel Moïse. Une commission indépendante a estimé que le premier tour du scrutin a été entaché 'd'irrégularités.'
Vidéos à la une
Comme chaque samedi, retrouvez le Petit JT, le journal expliqué aux 10-15 ans. Au programme cette semaine : l'agression antisémite à Marseille, les risques du hors-piste, l'installation de conteneurs d'habitation à Calais... Et bien d'autres sujets !
Vidéos à la une
Comme chaque samedi, retrouvez le Petit JT, le journal expliqué aux 10-15 ans. Au programme cette semaine : l'agression antisémite à Marseille, les risques du hors-piste, l'installation de conteneurs d'habitation à Calais... Et bien d'autres sujets !
Vidéos à la une
La situation était particulièrement chaotique ce lundi en Haïti. La capitale Port-au-Prince est notamment paralysée par une grève des transports publics de deux jours. Des hausses d'impôts sont à l'origine du mouvement. Il intervient dans un contexte déjà très tendu après l'annonce de résultats préliminaires d'élections législatives très serrées.
Vidéos à la une
Un climat de tension règne en Haïti depuis la victoire jeudi de Jovenel Moïse (PHTK) au premier tour de l'élection présidentielle avec 32 % des voix, selon des résultats préliminaires.L'opposition dénonce une 'imposture', un 'braquage électoral' orchestré par le pouvoir en place. Des violences ont éclaté dans les rues. Cette rancoeur est partagée notamment par les partisans de Maryse Narcisse, la candidate du parti Fanmi Lavalas de l'ex-président Aristide, qui a terminé quatrième du scrutin avec 7% des suffrages. Elle estime avoir été volée. 'Fanmi Lavalas a remporté la victoire. C'est un coup d'État électoral', a-t-elle lancé à ses partisans. Colére également des partisans de Jude Célestin, arrivé en deuxième position avec 25% des suffrages. Le candidat du parti Lapeh dénonce une ''farce'' ridicule et assure qu'il ne laissera pas passer le 'projet dictatorial du pouvoir en place'. On a pas besoin de prime de consolation! On veut que le vote du peuple soit respecte.- JC- Jude Celestin (@JCelestin2016) 6 Novembre 2015 Le second tour est prévu le 27 décembre. Son rival, Jovenel Moïse, un entrepreneur agronome novice en politique, est soutenu par le président sortant Michel Martelly, à qui la Constitution interdisait de briguer un second mandat. Haïti / Election.- Resultat preliminaire election presidentielle.: https://t.co/oqy6FQVLjS via YouTube- Radio Tele Ginen (RTGHaiti) 5 Novembre 2015
Vidéos à la une
Un représentant du parti d'opposition Pitit Dessalines a été tué dans la capitale haïtienne Port-au-Prince, tandis que des militants de ce même parti ont exprimé leur colère à l'issue des résultats du premier tour de la présidentielle. Jovenel Moïse, candidat du parti au pouvoir, est arrivé en tête avec près de 33% des voix. Jude Célestin, du parti de l'ex-président René Préval est arrivé en seconde position. Le deuxième tour est prévu le 27 décembre. Avec AFP
Vidéos à la une
Les électeurs toute la journée ont voté dans le calme mais dans des conditions souvent précaires. Au choix, pas moins de 54 candidats se proposent de reprendre les rennes d'un pays dont le parlement ne fonctionne plus depuis janvier et où aucune élection n'a eu lieu depuis 2011.
Vidéos à la une
La tempête Erika a perdu en intensité ces dernières heures dans les Caraïbes, malgré des dégâts importants en Haïti et surtout en République Dominicaine, qui déplore près de 20 morts. Le statut de "tempête tropicale" n'est plus d'actualité pour Erika.
Vidéos à la une
La petite île, ancienne colonie britannique a été durement touchée. Le ministre des ports et des travaux publics a annoncé un bilan de 25 morts et des dizaines de disparus. Un site d'information locale TheDominican.Net a lui évoqué 35 victimes dont 27 à la Petite Savane, au sud de l'île de la Dominique. Les vents violents et les pluies diluviennes d'Erika ont ensuite touché la République Dominicaine et Haïti qui s'étaient préparés au pire. Cuba a mis en état d'alerte certaines de ses régions du sud-est et l'État américain de Floride a déclaré l'état d'urgence pour faire à la tempête Erika. Ses effets devraient s'y faire sentir dans les prochaines heures.
Vidéos à la une
En Haïti, quelques 6 millions d'électeurs sont appelés aux urnes ce dimanche. Ce scrutin législatif aurait dû se tenir en 2011 et n'a cessé d'être repoussé depuis. Motif de ces reports : un bras de fer entre le pouvoir exécutif et l'opposition. Le 1er tour de ces législatives est donc censé marquer un début de sortie de la crise politique qui paralyse le pays. Le souci des autorités : éviter des débordements violents. 'La police fera tout pour garantir le bon déroulement du scrutin dans les bureaux de vote, a affirmé Mosler Georges, directeur exécutif du Conseil électoral provisoire (CEP). J'appelle donc tous les électeurs à se rendre dans les bureaux de vote, pour donner le plus de légitimité aux résultats de ce scrutin.' L'incertitude sur le taux de participation La question est effectivement de savoir quel sera le taux de participation. Au vu du peu d'engouement durant la campagne, les observateurs s'attendent à une faible participation, les Haïtiens manifestant depuis longtemps une défiance vis-à-vis de leurs élus. > Lire article Législatives en Haïti: des électeurs peu enthousiastes. Les Haïtiens sont censés désigner, en plus des députés, les sénateurs et les maires. D'ici à la fin de l'année, ils doivent également élire un nouveau président qui succédera à Michel Martelly. Ils auront ainsi renouvelé la quasi-totalité des leurs élus. Pour aller plus loin - Législatives 2015, un point de plus pour la démocratie
Vidéos à la une
Il fallait jouer des coudes ce dimanche matin à Port-au-Prince pour ces élections législatives qui se tiennent avec près de quatre années de retard. Des foules se pressaient aux portes des bureaux de vote de la capitale, qui ont eux-mêmes ouvert avec une heure de retard, et des incidents ont émaillé le début du scrutin. Un bureau de vote a été saccagé dans le centre-ville de Port-au-Prince et les autorités craignent que des violences n'éclatent lors du dépouillement. La police haïtienne a déployé 7 000 agents à travers le pays pour assurer la sécurité des élections et la Mission de stabilisation de l'ONU en Haïti a également offert son soutien. Ce sont les premières élections législatives organisées en Haïti depuis l'arrivée au pouvoir du président Michel Martelly en mai 2011. Il s'agit de d'élire 139 députés et sénateurs parmi les 1 800 candidats enregistrés pour ce scrutin.
Vidéos à la une
Coup de fatigue ? François Hollande a failli tomber en accédant à la tribune où il a prononcé un discours sur la place centrale de Port-au-Prince, à Haïti. On le voit déraper avant d'être rattrapé par le Michel Martelly, le pr...
International
Pour son retour en France, le président de la République a pris dans ses bagages l’acteur américain. La raison est pour le moins amusante…
Vidéos à la une
En visite officielle en Haïti mardi, le président François Hollande a tenu à désamorcer la polémique après sa rencontre avec Fidel Castro à Cuba. Cyril Adriens, envoyé spécial de LCI dans les Caraïbes, revient sur ce dossier alors que la grogne monte à Port-au-Prince où on espérait une levée de la dette de la part du chef d'Etat français.
Vidéos à la une
Le spécialiste des États-Unis, François Durpaire, analyse la visite de François Hollande en Amérique. Après Cuba, il est arrivé à Haïti où il est principalement venu pour gagner des marchés. Il tient aussi à rappeler les liens forts qui unissent la France et Haïti, pays le plus francophone du continent devant le Canada.
Vidéos à la une
Hollande est arrivé à Haïti aujourd'hui. Sur sa route, il a pu croiser notamment l'hôpital de l'université d'état. La France a aidé à sa reconstruction, mais le bâtiment ne sera pas opérationnel avant 2017. Dans le pays, tout traine, les ministères sont encore en ruines et la cathédrale est encore en travaux.
International
Dans la nuit de lundi à mardi, un char du carnaval d'Haïti a percuté un câble à haute tension. 15 personnes sont décédées. 
Vidéos à la une
Au moins 18 personnes sont mortes dans la nuit de lundi à mardi dans un accident durant le carnaval à Port-au-Prince. Un des chars a touché une ligne à haute tension, provoquant l'électrocution de plusieurs personnes. Le char était celui du groupe Barikad Crew, un groupe de rap très populaire en Haïti. Cela a aussitôt entraîné un mouvement de panique, et d'autres personnes ont alors péri dans la bousculade. Il y a également plusieurs dizaines de blessés sans qu'on sache exactement le nombre. Les services de secours s'activaient pour évacuer les victimes vers les hôpitaux d ela capitale. Le carnaval est l'événement culturel le plus important de l'année dans le pays. Il rassemble des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes. Les festivités durent trois jours. Cette année, elles sont censées s'achever ce mercredi. 'Pour le moment, on ne sait pas ce qui adviendra du 3ème jour (de carnaval) après ce drame' a indiqué le maire de Port-au-Prince au quotidien Le Nouvelliste.
Vidéos à la une
La crise politique en Haïti continue de préoccuper les Nations Unies. Une délégation d'ambassadeurs du Conseil de sécurité est à Port-au-Prince pour une visite de deux jours, dans le but d'accéler la tenue d'élections législatives et sénatoriales, attendues depuis trois ans. Conséquence de cette impasse, le pays n'a plus de Parlement, son mandat étant arrivé à son terme. Et le président Martelly est de plus en plus critiqué. 'Le Conseil a exprimé au président Martelly et à ses ministres la même déception que ressent probablement le peuple haïtien, explique l'ambassadrice américaine de l'ONU. Car les efforts pour arriver à un consensus n'ont pas pu empêcher le départ du Parlement.'' Depuis plusieurs semaines, les manifestations anti-Martelly se multiplient à Port-au-Prince. Pour apaiser la colère, le président a nommé un nouveau gouvernement, conduit par une figure de l'opposition. Il a aussi promis la tenue d'élections d'ici la fin de l'année. Un énième conseil électoral a été formé dans l'espoir d'atteindre cet objectif.
Vidéos à la une
Ils veulent leur argent : les Haïtiens protestent contre l'ancien président Clinton et Michel Martelly, leur propre président. Ils veulent...
Vidéos à la une
Haïti a un président contesté et n'a plus de parlement. Cinq ans après le séisme qui a fait 300 000 morts, auxquels le chef de l'État Michel Martelly a rendu hommage lundi, le pays s'embourbe dans la crise. Un accord politique prévoyant la tenue d'élections avant la fin de cette année a été signé dimanche. Et un vote de dernière minute aurait permis aux parlementaires de rester en poste, mais faute de quorum le 'rideau est tombé sur le Parlement', soulignait la presse haïtienne. L'opposition fustige le président. 'Il n'a pas su organiser des élections crédibles. Il est au pouvoir depuis plus de trois ans et demi. Aujourd'hui, le Parlement est dissous par la faute de ce chef d'État. Ce chef d'État qui n'a plus sa raison d'être', estime André Michel, avocat et figure de l'opposition. Le président haïtien a assuré qu'il ne gouvernerait pas par décrets et a souligné que le seul décret qu'il pourrait prendre concernerait l'organisation des élections. Une position qui ne devrait pas être suffisante pour les détracteurs de Michel Martelly qui réclamaient samedi à Port-au-Prince sa démission.
Vidéos à la une
Le Grand Palais propose pour la première fois une grande exposition consacrée aux artistes venus d'Haïti. Ce rendez-vous culture offre aux visiteurs des grands noms de l'art haïtien depuis le XIXe siècle mais aussi une sélection ouverte avec des oeuvres créées pour l'occasion.
Vidéos à la une
Haiti : démission du Premier ministre Laurent Lamothe Le Premier ministre haïtien Laurent Lamothe a annoncé ce dimanche à la télévision et sur son compte twitter sa démission quelques heures après de nouvelles manifestations anti-gouvernementales durant lesquelles une personne a été tuée par balle. Les appels à son départ et à celui du président Martelly se sont multipliés ces dernières semaines. La victime est un jeune d'une trentaine d'années selon la police qui a été accusée par les manifestants d'être à l'origine de son décès par balles, c'est ce que crie cet homme dans la foule. Des incidents ont éclaté hier dans la manifestation à Port-au-Prince, la capitale lorsque des centaines de jeunes ont tenté de forcer des barrages des forces de l'ordre pour entrer devant le palais présidentiel. Les manifestants réclament le retour de l'ancien chef de l'État Jean-Bertrand Aristide et certains demandent l'aide de Vladimir Poutine. Un climat tendu qui intervient à quelques semaines du 5ème anniversaire du terrible séisme du 12 janvier 2010 qui avait dévasté Haïti déjà durement meurtrie et appauvrie.
Vidéos à la une
Haiti : démission du Premier ministre Laurent Lamothe Le Premier ministre haïtien Laurent Lamothe a annoncé ce dimanche à la télévision et sur son compte twitter sa démission quelques heures après de nouvelles manifestations anti-gouvernementales durant lesquelles une personne a été tuée par balle. Les appels à son départ et à celui du président Martelly se sont multipliés ces dernières semaines. La victime est un jeune d'une trentaine d'années selon la police qui a été accusée par les manifestants d'être à l'origine de son décès par balles, c'est ce que crie cet homme dans la foule. Des incidents ont éclaté hier dans la manifestation à Port-au-Prince, la capitale lorsque des centaines de jeunes ont tenté de forcer des barrages des forces de l'ordre pour entrer devant le palais présidentiel. Les manifestants réclament le retour de l'ancien chef de l'État Jean-Bertrand Aristide et certains demandent l'aide de Vladimir Poutine. Un climat tendu qui intervient à quelques semaines du 5ème anniversaire du terrible séisme du 12 janvier 2010 qui avait dévasté Haïti déjà durement meurtrie et appauvrie.

Pages

Publicité