Vidéos Argent/Bourse
La direction de la SNCF a soumis ce mardi matin aux syndicats une proposition d'accord. Pour le président Guillaume Pépy, interviewé par Europe 1, les cheminots n'ont plus aucune raison de faire grève. "Le retour à la normale peut avoir lieu dès demain, ou après-demain si on le veut bien", explique-t-il.
Vidéos Argent/Bourse
Journée cruciale à la SNCF. Se tient aujourd'hui la dernière réunion de négociation sur le temps de travail des cheminots. Unsa et la CFDT satisfaits des dernières négociations ont d'ores et déjà suspendu leur préavis de grève reconductible. Mais un autre dossier explosif s'invite dans les discussions: la dette du groupe qui s'élève à 50 milliards d'euros... Le premier Ministre Manuel Valls "doit annoncer très bientôt des décisions sur la trajectoire financière de l'entreprise".
Vidéos A la une
Pour Guillaume Pepy, dirigeant de la SNCF, les inondations ont eu des conséquences "catastrophiques" sur le réseau ferré. Sur certaines voies, l'eau de la Seine s'infiltre, rendant le passage des trains impossible. Certaines gares sont closes, comme celle de Villeneuve-Saint-Georges. Dans l'Île-de-France, la situation du réseau SNCF est jugée préoccupante. Ici, 7 lignes 14 ont été touchées par des incidents graves.
Vidéos A la une
Dans ce contexte d'inondations exceptionnelles, la grève dans les transports en commun est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Les usagers sont excédés vendredi 3 juin : le taux de grévistes est de 10%, mais les perturbations atteignent les 50% du trafic. "À la SNCF, on était capable de mettre son drapeau dans la poche par solidarité. Je suis sûr que beaucoup de cheminots se disent que la grève doit être suspendue", a lancé le président du chemin de fer français.
Vidéos A la une
Guillaume Pepy, président de la SNCF, a détaillé dimanche sur Europe 1 les nouvelles mesures prises par son entreprise pour renforcer la sécurité dans les gares et les trains.
Vidéos A la une
Invité dimanche du Grand jury sur LCI, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, a réagi à la volonté de Ségolène Royal d'installer des portiques de sécurité à l'entrée de toutes les gares françaises. Est-ce réalisable ? Son coût est connu: 500 millions d'euros par an. Le patron de la SNCF a annoncé que les attentats ont fait perdre entre 50 et 100 millions d'euros à l'entreprise.
Vidéos A la une
Une loi bientôt votée à l'Assemblée nationale va donner un cadre légal aux mutations des salariés faisant l'objet de Fiche S à la SNCF, a déclaré son président Guillaume Pépy dimanche au Grand jury sur LCI.
Vidéos A la une
Invité dimanche du Grand jury sur LCI, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, a annoncé un gel prévu d'augmenter ses tarifs en 2016. Le gouvernement doit encore donner son arbitrage. "Nous allons multiplier les petits prix et doubler les destinations à prix bas", a-t-il également annoncé.
Vidéos A la une
Invité dimanche du Grand jury sur LCI, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, a annoncé l'achat de plusieurs centaines de "machines renifleuses" de colis suspects. Cet investissement répond à une réalité : chaque mois, 300 alertes aux colis suspects sont lancées dans les gares françaises, générant notamment en novembre 50.000 minutes de retard.
Vidéos A la une
Guillaume Pepy était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin sur BFMTV et RMC. Le président de la SNCF est revenu sur le déraillement d'une rame TGV d'essais en Alsace. Il a assuré qu'un déraillement semblable d'un TGV commercial était impossible : "quand on fait des essais comme ça on débranche tous les systèmes de sécurité. Dans un TGV commercial on ne peut pas débrancher les systèmes de sécurité". a-t-il déclaré. Guillaume Pepy a estimé qu'"un TGV commercial ne pouvait pas faire d'excès de vitesse, il y a dans les lignes à grande vitesse des systèmes de contrôle automatiques qui arrêtent le TGV dès qu'il quelque chose d'anormal". Il a par ailleurs écarté la piste terroriste comme cause du déraillement.
Vidéos A la une
"Dans certains trains, par exemple des trains internationaux, il faudrait que nos personnels de sécurité puissent être armés, ça s'appelle un train marshall", a déclaré vendredi sur BFMTV et RMC, Guillaume Pepy, président de la SNCF.
Vidéos A la une
Après l'attaque dans le Thalys reliant Amsterdam à Paris vendredi, le PDG de la SNCF souhaite renforcer les mesures de sécurité en gare comme à bord des trains. Un numéro d'urgence devrait être mis en place dès septembre pour les usagers, afin de signaler tout objet ou comportement suspect. Un contrôle des bagages, de manière aléatoire, est également à l'étude.
Vidéos A la une
"La bonne réponse c'est le renseignement", estime le président de la SNCF après l'attaque du Thalys. "Je crois à la vigilance de tout le monde", a assuré Guillaume Pépy, promettant que "les fouilles vont se multiplier" même si le plan précis de ce déploiement doit rester confidentiel.
Société
Guillaume Pepy, le président de la SNCF, prévoit notamment de renforcer la signalétique et envisage un contrôle aléatoire des bagages. Il a également annoncé la mise en place d’un numéro vert.
Vidéos A la une
Après l'attaque du Thalys vendredi soir ayant fait deux blessés, la sécurité dans les trains pose question. Le Premier ministre Manuel Valls et le président du directeur de la SNCF Guillaume Pépy ont annoncé la mise en place d'un numéro national de vigilance. Malgré cela, Pépy ne veut pas que les passagers cèdent à la psychose et à la suspicion.
Vidéos A la une
Deux ans après l'accident de Brétigny, une marche blanche a été organisée, dimanche 12 juillet. Un hommage aux victimes, et l'occasion pour les familles de réclamer des avancées dans l'enquête. La garde des Sceaux, Christiane Taubira, était présente et a promis des moyens supplémentaires.
Vidéos A la une
Invité ce jeudi de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, Guillaume Pépy est revenu sur les perturbations du trafic ferroviaire mercredi en région parisienne, dues à la canicule. "Hier, des gens en Ile-de-France ont eu la vie dure", a déclaré le président de la SNCF. Le dirigeant en a toutefois expliqué les raisons: "Avec la chaleur, une caténaire s'est distendue", a-t-il indiqué. Ce qui a forcé les cheminots à la réparer "sous une température de 70 degrés". "La canicule nous oblige à prendre des mesures de sécurité encore plus importantes. Dès que l'on a le moindre doute, ça nous impose de ralentir ou de s'arrêter", a conclu Guillaume Pépy.
Vidéos A la une
Guillaume Pepy, le président de la SNCF, a défendu dimanche au Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro la loi Macron et notamment la mesure sur le travail dominical. "Nous allons pouvoir créer, avec les enseignes des gares, plus de 1000 emplois dès l'ouverture autorisée", a-t-il affirmé.
Vidéos A la une
Invité du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro dimanche, Guillaume Pepy a assuré que la SNCF "fera sa part" pour participer au "sauvetage" d'une partie des 200 salariés licenciés d'Ecomouv', société qui était chargée de la mise en oeuvre et de collecter la taxe sur les poids lourds.
Vidéos A la une
Un an après la catastrophe ferroviaire de Brétigny, la SNCF et son président Guillaume Pépy font face à leurs responsabilités. Razzy Hammadi, députe PS de Seine-Saint-Denis, s'interroge : "Donner moi un seul pays au monde où ce type d'accident ne provoque pas des démissions. Il n'y en a pas, à part la France"
Vidéos A la une
Le président de la SNCF a rappelé devant la presse la responsabilité de l'entreprise publique dans l'accident de Brétigny-sur-Orge le 12 juillet 2013 qui avait fait sept morts et une dizaine de blessés.
Vidéos A la une
Ils sont comptables, commerciaux, ingénieurs ou responsables aux ressources humaines. Surtout, ils sont venus en nombre, plus de 10.000, plus nombreux que les cheminots grévistes, pour aider dans les gares les clients désorientés par les perturbations qui durent depuis plus d'une semaine. Les clients de la SNCF n'y voient généralement que du feu. On les appelle, les "gilets rouges".
Société
Alors que le mouvement social des cheminots en est à son neuvième jour, le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, estime que la grève va coûter pas moins de 153 millions d’euros à la compagnie.
Voyager pratique
Alors que les TGV ont vu depuis plusieurs années leur fréquentation diminuer, une baisse des prix généralisée pourrait avoir lieu, selon le directeur de la SNCF, Guillaume Pépy. Cette annonce intervient alors que la SNCF présente son projet de TGV du futur prévu pour 2018.
Vidéos A la une
Les TER trop larges de la SNCF auront-ils raison de son président ? Après les révélations sur la commande de rames trop larges pour des milliers de quais de gare, nombreux sont ceux qui réclament la tête de G. Pepy. Fredéric Cuvillier reclame une enquête ce jeudi sur RMC. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos A la une
Juliette Méadel, secrétaire nationale du PS à l'industrie, répond aux questions de Jean-Baptiste Boursier sur les éventuelles conséquences de la bourde commise par la SNCF en commandant près de 2 000 rames trop larges pour ses TER à Alstom et Bombardier. La SNCF et la RFF (Réseau Ferré de France) devront débourser dans les 50 millions d'euros pour adapter des centaines de quais trop étroits pour les acceuillir. Un rapport d'enquête sera remis lundi à Frédéric Cuvillier, secrétaire d'Etat en charge des Transports. De son côté, Valérie Rabault, rapporteuse socialiste du budget à l'Assemblée, a demandé la démission du patron de la SNCF, Guillaume Pépy.
Politique
Dans son édition de ce mercredi, L'Express révèle que le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a fait pression sur le patron de la SNCF en juillet dernier car son TGV était en retard.
Vidéos A la une
Guillaume Pepy a présenté les chiffres et les projets de la SNCF vendredi matin sur BFMTV. Le président de l’entreprise publique est revenu sur la longue phase de travaux entamée ces derniers...
Société
60% du trafic ferroviaire devrait être assuré ce jeudi lors de la grève nationale prévue. Alors que 198 préavis locaux, en plus du préavis national, ont été déposés, la circulation ne devrait pas en pâtir déraisonnablement selon le président de la SNCF.  
Voyager pratique
Guillaume Pepy, PDG de la SCNF a d'ores-et-déjà annoncé que la SCNF ferait un cadeau sur les prix des billets du 1er janvier. Serait-ce un prémice pour l'année 2014 ? Le point avec Planet.fr

Pages

Publicité