Revue du web
Avec Atlantico
Selon un sondage IFOP réalisé pour TSA, une majorité de Français se prononce aujourd'hui en faveur d'excuses à l'égard du peuple algérien, pour les exactions commises durant la guerre d'Algérie. La question continue cependant de cliver dans l'opinion et sur la scène politique.
Vidéos A la une
Le choix de François Hollande de commémorer pour la première fois la date du 19 mars, jour de la signature des accords d'Evian en 1962 qui ont mis fin à la guerre d'Algérie, divise. Les Grande Gueules ont recueilli ce vendredi le sentiment de deux auditeurs opposés sur cette polémique, entre volonté de passer à autre chose et plaie encore ouverte.
Politique
En choisissant la date du 19 mars pour commémorer la fin de la guerre d'Algérie, le président s'est mis à dos la droite. Et ce n'est pas la première fois...
Vidéos A la une
Hervé Mariton, invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC ce vendredi matin, a évoqué les commémorations de la fin de la guerre d'Algérie auxquelles François Hollande va participer, "qui marquent une repentance" selon lui. "Mais ce n'est pas comme cela que nous pouvons construire l'avenir du pays", a-t-il critiqué. L'élu Les Républicains de la Drôme accuse notamment l'actuel président de la République de "baigner dans des démarches de provocation mémorielle" avec ces commémorations, "au lieu d'améliorer la situation du pays".
Politique
François Hollande a décidé de commémorer la fin de la guerre d’Algérie le 19 mars, date des Accords d’Evian. Nicolas Sarkozy est alors monté au créneau en l’accusant de vouloir entretenir une "guerre des mémoires".
Publicité