Vidéos A la une
"Le 49.3, c'est une brutalité, c'est un déni de démocratie. C'est François Hollande qui l'a dit", a ironisé l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant sur BFMTV. Manuel Valls a engagé mardi la responsabilité de son gouvernement pour faire passer en force le projet de loi Macron à l'Assemblée nationale. "Le 49.3 est dégainé avant même qu'il y ait eu le moindre début de discussion. Il y a des amendements nouveaux qui viennent d'être mis dans le texte", a poursuivi Claude Guéant.
Vidéos A la une
Six anciens collaborateurs de Nicolas Sarkozy, dont Claude Guéant, Xavier Musca et Emmanuelle Mignon, ont été placés en garde à vue mercredi dans l'enquête sur les sondages de l'Elysée, qui avaient été éplinglés par la Cour des comptes lors du dernier quinquennat. L'enquête, menée par le juge d'instruction Serge Tournaire, porte sur d'éventuelles irrégularités dans les contrats conclus par l'Elysée avec des instituts de sondage et des sociétés de conseil. Raymond Avrillier, militant écologiste et adhérent d'Anticor, a été le premier à suspecter l'illégalité de ces sondages. Interrogé par BFMTV, il affirme qu'il "y avait non seulement non-respect du code des marchés publics, mais qu'en plus, un certain nombre de ces prestations n'avaient rien à voir avec la fonction de président de la République (...) La rumeur d'une liaison de monsieur Sarkozy avec Carla Bruni a fait l'objet de trois sondages", assure Raymond Avrillier. "Nous avons toutes les preuves qu'il n'y a eu aucun appel à concurrence" pour réaliser ces sondages qui ont coûté "plusieurs millions d'euros et concernent Patrick Buisson et la société Publifact et Pierre Giacometti et la société Giacometti-Peron (...) Il est évident que le président de la République ne pouvait pas ne pas être informé de ces contrats passés pour plusieurs millions d'euros", a poursuivi Raymond Avrillier.
Vidéos A la une
Brice Hortefeux réagit mercredi aux nombreuses affaires judiciaires qui touchent Nicolas Sarkozy et ses proches. Selon le député européen, invité de Questions d'info sur LCP, la mise en examen de l'ancien chef de l'Etat ne nuira pas à ses ambitions présidentielles : "Jamais la situation d'un homme public n'a été autant disséquée et décortiquée et ceux qui pourraient laisser penser que c'est une faiblesse se rendront compte que cela peut aussi être une force." Pour ce proche de Nicolas Sarkozy, "à chaque fois que celui-ci est mis en cause, il est démontré qu'il est hors de cause". L'ancien ministre de l'Intérieur a également pris la défense de Patrick Balkany, lui aussi mis en examen : "Cela fait très longtemps que je respecte le principe d'innocence. La personne que vous me citez n'a pas été condamnée donc l'intéressé est naturellement libre de venir dans la famille politique qui a été la sienne tout au long de ces dernières décennies." Brice Hortefeux a également salué Claude Guéant, un "homme qui est un très grand serviteur de l'Etat", renvoyé mardi en correctionnelle selon Le Monde.
Vidéos A la une
A lire sur StreetPress http://www.streetpress.com/sujet/89509-claude-gueant-doit-il-passer-aux-....
Politique
Alors que de nombreuses personnalités de gauche réclament sa démission suite à la mort de Rémi Fraisse, Bernard Cazeneuve est soutenu par des cadres de l'UMP.
Politique
Claude Guéant a été placé la semaine dernière en garde à vue dans le cadre de l'affaire Tapie. Invité d'Europe 1 dimanche, il a indiqué que l'instruction dans ce dossier était un véritable "scandale d'État".
Politique
Dans le cadre de l'affaire portant sur "l'arbitrage Tapie", Claude Guéant a été placé en garde à vue ce matin. Les enquêteurs cherchent à savoir quel est le degré d'implication de l'ancien ministre de l'Intérieur dans ce dossier.
Vidéos A la une
Dominique Paillé, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, auteur de "Sarkozy retour perdant" (Ed. L’archipel), répond aux questions de Jean-Baptiste Boursier sur les diverses affaires qui sont...
Vidéos A la une
Des pressions politiques insistantes. Voilà de quoi ont fait part des hauts fonctionnaires aux enquêteurs dans l’affaire Tapie, selon le Journal Le Monde. Claude Guéant mais surtout Nicolas Sarkozy ont en 2004 demandé à plusieurs acteurs du dossier de pencher vers un arbitrage plutôt qu’un procès...
Vidéos A la une
Les députés de la commission des Lois débattent du projet de loi sur la transparence de la vie politique sur le volet "professions des députés". L’occasion d’énumérer de multiples métiers …. et d’évoquer claude Guéant et la vente des tableaux… d’Infos : Retour sur l’affaire des tableaux
Politique
Une source proche du dossier Guéant a révélé ce mardi la présence d’un nouveau virement suspect. La transaction en provenance de Jordanie s’élèverait à 25.000 euros et aurait été découverte lors d’une perquisition, a rapporté l’Express.
Vidéos A la une
 Claude Guéant se retrouve une fois encore au coeur d'une polémique à cause de tableaux. En cause cette fois-ci: une toile qui lui aurait offert Alassane Ouattara et qu'il aurait conservé après avoir quitté ses fonctions de ministre alors que cela est interdit.
Publicité