Vidéos à la une
Des heurts ont éclaté entre des soldats israéliens et des Palestiniens, en marge d'un rassemblement de soutien à des détenus en grève de la faim. Ces derniers dénoncent leurs conditions de détention dans les geôles israéliennes.
Vidéos à la une
A l'appel de Marouane Barghouthi, un chef palestinien condamné à perpétuité pour terrorisme, près de 1100 prisonniers palestiniens détenus en Israël ont entamé lundi une grève de la faim. Ils réclament de meilleures conditions de détention mais mardi le ministre de la sécurité intérieure israélien a rejeté leur demande. Gilad Erdan a justifié sa décision au motif que les prisonniers étaient des assassins et des terroristes et qu'il n'était pas question de négocier. Manifestations à Gaza et en Cisjordanie en soutien aux prisonniers palestiniens en Israël qui ont entamé une grève de la faim #AFP pic.twitter.com/V6yL4LjqHi- Agence France-Presse (@afpfr) 17 avril 2017 Lundi à Gaza, quelque mille-cinq-cent Palestiniens ont manifesté leur soutien aux prisonniers et à leur leader incarcédé depuis 2002. A ce jour, 6500 Palestiniens dont 62 femmes et 300 mineurs sont actuellement en détention dans les prisons israéliennes. En Israël, plus de 1 000 prisonniers palestiniens en grève de la faim https://t.co/49NulR1FtN pic.twitter.com/Hjqlv7aFNV- la-croix.com (@LaCroix) 17 avril 2017 Selon une loi israélienne votée en 2015, l'administration pénitentiaire peut nourir de force des détenus en grève de la faim. Avec Agences
Vidéos à la une
Plus d'un millier de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes ont entamé lundi une grève de la faim collective, un mouvement de protestation inédit depuis des années lancé par Marwan Barghouthi, leader de la deuxième Intifada condamné à la perpétuité. Cette grève de la faim vise à 'mettre fin aux abus' de l'administration pénitentiaire, a indiqué Marwan Barghouthi, figure de la résistance palestinienne à l'occupation israélienne, dans une tribune envoyée au quotidien New York Times depuis sa prison de Hadarim, dans le nord d'Israël. Ce mouvement de protestation faisait lundi la Une des médias palestiniens, tant la question des prisonniers incarcérés par l'Etat hébreu actuellement 6.500 est centrale pour les Palestiniens. Depuis 1967 et l'occupation par l'armée israélienne des Territoires palestiniens, plus de 850.000 d'entre eux ont été emprisonnés par Israël, selon leurs dirigeants. Ces dernières années, plusieurs Palestiniens se sont lancés dans des grèves de la faim individuelles pour protester contre des abus. Elles les ont mené au bord de la mort et se sont conclues par des accords sur leur libération. Certains ont toutefois été arrêtés de nouveau ensuite. Ces initiatives individuelles ont suscité de vifs débats dans la société palestinienne, de nombreuses voix dénonçant des actes dangereux pour ceux qui les mènent et sans impact sur les conditions de l'ensemble des prisonniers. Cette fois-ci, pour la première fois depuis des années, il a été décidé d'un mouvement collectif, pour porter 'des demandes humanitaires prévues dans le droit international et reconnues comme faisant partie des droits de l'Homme', a indiqué à l'AFP Fedwa Barghouthi, l'épouse de Marwan Barghouthi, lors d'une manifestation à Ramallah. Les prisonniers demandent entre autres des téléphones publics dans les prisons, des droits de visite élargis, la fin des 'négligences médicales' et des mises à l'isolement, ainsi que l'accès à des chaînes télévisées et de la climatisation. La présidence palestinienne a appelé le gouvernement israélien à répondre à ces demandes pour 'la liberté et la dignité des prisonniers'. La dernière grève massive dans les prisons israéliennes remonte à février 2013, lorsque 3.000 Palestiniens avaient refusé de se nourrir, durant une journée, pour protester contre la mort en détention d'un des leurs. Avec agence (AFP)
Société
Djamel a survécu aux attentats du 13 novembre. Aujourd’hui amputé d'une jambe, il entame une grève de la faim pour dénoncer l'abandon de l'Etat.
Vidéos à la une
L'ONG Amnesty International se dit préoccupée par l'état de santé du rappeur angolais Luaty Beirao qui a repris sa grève de la faim. En tout, quinze activistes emprisonnés à Luanda sont en grève de la faim. Cinq cent personnalités portugaises ont lancé ce vendredi un appel pour qu'ils soient libérés. Les autorités les accusent d'avoir fomenté un coup d'état.
Vidéos à la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/wIg5OTaj . Franck, un Ornais de 41 ans, a entamé une grève de la faim devant le Conseil départemental de la Sarthe pour ne pas avoir vu ses quatre enfants depuis 207 jours. Plus sur http://wizdeo.com/s/lemanstv . Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Le journaliste palestinien Mohammad al-Qiq a accepté vendredi de cesser sa grève de la faim entamée il y a 94 jours contre la promesse d'une libération dans trois mois, le 21 mai, ont annoncé sa famille et ses avocats. 'Il se trouve dans un état critique et recevra un traitement supervisé par des médecins palestiniens', a déclaré sa femme, Faihaa Shalash. Soupçonné par les autorités israéliennes d'être un activiste du mouvement Hamas, il purge depuis novembre une peine qualifiée de 'détention administrative'. La semaine dernière, les Nations unies, l'Union européenne et des organisations de défense des droits de l'homme s'étaient inquiétées de l'évolution de son état, dénonçant par ailleurs sa détention administrative. Cette procédure permet aux autorités de placer une personne en prison pendant deux mois sans avoir à présenter de preuves. Elle est essentielle pour garantir la sécurité du pays, se justifie Israël.
Vidéos à la une
Luaty Beirao et 14 autres personnes ne s'alimentent plus depuis le 21 septembre. Âgé de 33 ans, l'artiste qui a déjà perdu 15 kg, est hospitalisé depuis jeudi à Luanda et selon son avocat 'sa vie est en danger'. Arrêté le 20 juin dernier, Luaty Beirao et ses compagnons sont accusés par le ministère public de rébellion et de tentative de renversement du président Jose dos Santos. En Angola, un rappeur contre le pouvoir https://t.co/V3sSEloCnp pic.twitter.com/f7TiKKjSGb- Le Monde (@lemondefr) 20 Octobre 2015
Vidéos à la une
Luaty Beirao - rappeur angolais et opposant au président Jose Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 36 ans - mène depuis un mois une grève de la faim pour protester contre sa détention. Très affaibli, il a été transféré dans une clinique privée. Il a été arrêté avec une quinzaine de personnes le 20 juin 'en flagrant délit de coup d'Etat' si l'on en croit le parquet de Luanda. Dans une lettre ouverte, le rappeur rejette ces accusations et attribue au président la responsabilité de son état de santé. Pour Amnesty International, Luaty Beirao est un 'prisonnier de conscience'. Jailed activist on hunger strike is in critical condition. #Angola MUST free #Angola15 now! http://t.co/OxZwfnYbNw pic.twitter.com/1syq4Qj6F8- AmnestyInternational (@amnesty) October 8, 2015 L'affaire fait grand bruit dans le monde lusophone. Plusieurs manifestations de soutien ont eu lieu à Lisbonne ou encore au Cap-Vert. Lorsqu'ils ont été arrêtés, ces 15 jeunes étudiaient en fait le livre d'un autre opposant sur la désobéissance civile. Hunger Strike, editorial cartoon for DNtwit, in solidarity with the #Angola15 and #LuatyBeirao http://t.co/a0DuDzuIS1- André Carrilho (andre_carrilho) October 18, 2015 Selon les informations d'euronews, les 14 compagnons de cellule de Luaty Beirao auraient tous été transférés ce week-end vers l'hôpital de la prison. Ils risquent une peine de douze ans d'emprisonnement.
Vidéos à la une
Au Liban, la crise des déchets n'est toujours pas résolue, en dépit du plan du gouvernement annoncé la semaine dernière (voir ici). Cette crise a débuté il y a plus d'un mois avec la fermeture de la principale déchetterie du pays. Preuve du degré de colère : certains protestataires ont entamé une grève de la faim il y a plus de 10 jours. Installés sous des tentes à Beyrouth, ils réclament la démission du ministre de l'Environnement. 'On ne peut pas accepter une telle situation, explique un des grévistes de la faim. La démission du ministre découle du principe de responsabilité, la nécessité de rendre des comptes dans les affaires de corruption. La corruption est à l'origine de cette crise des déchets, et c'est pour cela qu'on est mobilisé'. L'un des activistes en grève de la faim a été hospitalisé ce mardi en raison de la détérioration de son état de santé. A plusieurs reprises, les Libanais sont descendus dans les rues ces dernières semaines, par delà les clivages politiques et religieux, à l'appel d'un collectif intitulé 'Vous puez'. Ce mouvement citoyen dénonçe l'inaction du gouvernement et la corruption de la classe politique. - avec agences
Vidéos à la une
La justice israélienne a levé hier la détention administrative d'un Palestinien en grève de la faim depuis 65 jours. Mohamed Allan, un avocat membre du Jihad islamique (désigné organisation terroriste par Israël), a été plongé dans un coma artificiel la semaine dernière, pour éviter des dommages cérébraux. Son sort a mobilisé l'opinion publique en Cisjordanie, mais aussi ailleurs dans le monde, notamment à Paris. Les manifestants dénoncent la détention administrative, un régime d'emprisonnement qui permet à l'État hébreu de détenir un suspect indéfiniment sans inculpation. Pas question pour Israël de mettre fin à cette mesure, mais le pays craint une nouvelle flambée de violence en cas de décès de Mohamed Allan.
Vidéos à la une
Cris de joie à Jénine en Cisjordanie. Khader Adnane, dirigeant du Jihad islamique, qui a mené une grève de la faim en prison, a été libéré ce dimanche par Israël. Il a été accueilli en héros. Il était incarcéré depuis un an sous le régime de la détention administrative qui permet à l'Etat hébreu d'emprisonner sans inculpation pour des périodes de six mois renouvelables indéfiniment. 'L'occupant a fait une erreur en m'arrêtant la première fois ainsi que les autres fois', a déclaré Khader Adnane. Et aujourd'hui, il a cru qu'il pourrait empêcher la joie palestinienne de s'exprimer en me libérant très tôt ce matin, a-t-il poursuivi en substance. La libération de Khader Adnane avait été apparemment annoncée pour midi, heure à laquelle ses proches et partisans avaient prévu de l'accueillir en grande pompe. Malgré l'heure matinale, des dizaines de personnes sont venues à sa rencontre et l'ont escorté jusqu'à son domicile. Khader Adnane avait été arrêté pour la dixième fois par les autorités israéliennes en juillet 2014. Il avait été hospitalisé dans un état critique après avoir entamé sa grève de la faim au mois de mai. Avec AFP et Reuters
Vidéos à la une
Il y a un an Anders Breivik, le terroriste norvégien, portait plainte pour “torture aggravée” alors qu’il était incarcéré à la prison de Ila. Six mois après son déménagement à la...
Vidéos à la une
L'ancien premier ministre Ioulia Timochenko a entamé lundi une grève de la faim pour inciter le gouvernement ukrainien à ne pas mettre un frein...
Vidéos à la une
L’opposante ukrainienne Ioulia Timochenko a entamé une grève de la faim illimitée. L’annonce en a été faite ce lundi par son avocat qui a lu une lettre devant les manifestants...
Vidéos à la une
L’opposante ukrainienne Ioulia Timochenko a entamé une grève de la faim illimitée. L’annonce en a été faite ce lundi par son avocat qui a lu une lettre devant les manifestants...
Société
Le tireur parisien, Abdelhakim Dekhar, qui a été mis en examen dans la nuit de vendredi à samedi pour tentatives d’assassinat, a entamé ce samedi une grève de la faim selon la chaîne d’informations BFMTV.
Vidéos à la une
A la rue depuis plusieurs mois avec son fils, Françoise Cornec a entamé une grève de la faim devant la mairie d’Evian. Elle nous raconte son histoire.
Vidéos à la une
Ils sont une trentaine depuis une semaine à Berlin pour dénoncer les conditions inhumaines selon eux dans les camps de réfugiés en Allemagne. Ils entendent continuer leur combat jusqu‘à ce...
Vidéos à la une
Les travailleurs du textile manifestent depuis samedi pour réclamer une hausse de leur salaire. Ils sont moins nombreux que les derniers jours, où l’on avait compté jusqu’ à 200 000...
Vidéos à la une
Nadejda Tolokonnikova entend dénoncer le travail forcé qu’elle dit subir ainsi que les menaces de mort dont elle serait l’objet de la part d’un responsable de l’administration...
Société
Il a déjà acheté les chaînes. Thierry Olive, révélé par L’Amour est dans le pré, est aujourd’hui poursuivi en justice pour tromperie. S’il est condamné, l’agriculteur se dit prêt à entamer une grève de la faim et à s’enchaîner à la Tour Eiffel.
Vidéos à la une
Un camp de réfugiés au coeur de Munich. Venus de Syrie, d’Iran ou d’Afghanistan, une centaine de demandeurs d’asile ont installé depuis une semaine un campement de fortune sur une place centrale de la capitale de la Bavière. Ils réclament des droits et de meilleures conditions de vie. Parmi eux,...
Vidéos à la une
Une militante russe des “Pussy Riot” a entamé une grève de la faim dans sa prison de l’Oural. Maria Alekhina proteste contre le refus du tribunal de la voir se présenter à une audience de demande de libération anticipée. La jeune femme purge une peine de deux ans de camp pour avoir chanté une “...
Publicité