Vidéos à la une
SYDNEY - 16 DÉCEMBRE 2015 - Une violente tempête a balayé plusieurs secteurs de Sydney, en Australie causant d'importants dégâts. Vents destructeurs, fortes pluies et grêlons se sont abattus sur la ville, laissant un paysage de désolation. Une rafale de 213 km/h a été mesurée à Kurnell et les grêlons avaient la taille de balles de tennis. Selon le Bureau météo australien, il s'agit d'un orage supercellulaire. Le phénomène est aussi impressionnant que dangereux.
Vidéos à la une
Le député UMP Lucien Degauchy a posé une question mardi à l'Assemblér nationale portant sur des rumeurs d'expérimentations à Roissy expliquant pourquoi des grêlons aussi gros s'abattraient dans sa circonscription. Des rumeurs qui ont bien fait tire l'Assemblée à commencer par son président Claude Bartolone et le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier.
Vidéos à la une
Au lendemain des fortes averses de grêle, les viticulteurs du Médoc sont abasourdis devant les dégâts causés. Les vignes ont été détruites par la grêle, parfois intégralement, gâchant les récoltes à venir. Sur le Médoc, plus d'une centaine d'hectares seraient ainsi touchés. Les communes vont désormais faire les déclarations de sinistre pour enclencher les procédures d'assurance.
Vidéos à la une
Une partie de la France est touchée depuis dimanche soir par d'importants orages avec par endroit de la grêle. Fanny Agostini, notre présentatrice météo, nous décrit comment des grêlons de taille conséquente peuvent se former. "L'air chaud va être aspiré vers le haut. Il va y avoir condensation, une petite gouttelette d'eau va se former qui va devenir une petite bille de glace qui va monter très haut dans le nuage et cette bille va retomber", explique-t-elle.
Vidéos à la une
Dans les Yvelines à Montesson, les dégâts causés par les orages sont impressionnants. BFMTV a pu constater que certains champs sont entièrement inondés. "Les salades sont littéralement hachées par les grêlonts qui sont tombés dans la nuit", a pu constater notre reporter sur place. Les agriculteurs de la région n'avaient jamais vu cela depuis 2000.
Publicité