Vidéos A la une
L'ex-général Muhammadu Buhari, leader de l'opposition, devance d'un million et demi de voix le président sortant Goodluck Jonathan. En tête dans 29 des 36 états du pays, la course à la présidentielle au Nigéria est serrée.
Vidéos A la une
Deux personnes ont été tuées samedi dans l'attaque de deux bureaux de vote dans le nord-est du Nigeria, alors que le pays vote pour les élections présidentielles et législatives. En lice, le président sortant chrétien Goodluck Jonathan est opposé à l'ancien militaire musulman, Muhammadu Buhari, sur fond de guerre contre le groupe terroriste Boko Haram.
Vidéos A la une
Le président nigérian Goodluck Jonathan a échappé de peu à un attentat-suicide. Lundi, quelques minutes après son départ du stade de Gombe, où il donnait un meeting, une explosion a retenti sur le parking. Le chef de l'État, candidat à sa propre succession, était en déplacement dans cette ville du nord-est dans le cadre de sa campagne, à 12 jours de l'élection présidentielle. L'attentat n'a pas été revendiqué, mais selon les secours et une source hospitalière, deux femmes kamikazes sont soupçonnées d'en être à l'origine. La ville avait déjà été ciblée dimanche par un double attentat à la bombe contre un poste de contrôle militaire, qui a fait au moins cinq morts.Tous les regards se tournent bien sûr vers Boko Haram, groupe islamiste à l'origine d'enlèvements, d'actes terroristes et d'attaques récurrentes dans le nord du pays. Peu après l'explosion à Gombe, le gouvernement nigérian a annoncé avoir repris plusieurs villes contrôlées par les insurgés, qui se font de plus en plus menaçants. De son côté, l'armée tchadienne continue de bombarder les positions de Boko Haram, près de la frontière entre le Nigeria et le Cameroun.
International
Tandis que depuis le 14 avril dernier, pas moins de 200 lycéennes ont été enlevées par le groupe terroriste Boko Haram, Planet.fr fait le point sur cette nouvelle organisation qui sévit au Nigeria depuis plusieurs années.
Publicité