Politique
En voulant défendre l’action de François Hollande et de Manuel Valls, le premier secrétaire du PS a utilisé un argument qui trouve un écho particulier parmi les pétainistes.
Publicité