Vidéos A la une
Les affaires politico-financières n'en finissent pas d'éclabousser la Vème République. Après le scandale Cahuzac, la saga Tapie ou les dossiers marseillais concernant Sylvie Andrieux, Noël Guérini ou le mensonge de Jean-Marie Le Guen, voici la mise en examen de Nicolas Sarkozy... Des affaires qui minent la gauche comme la droite et ont un seul point commun : l'argent. Elles provoquent un grand désarroi parmi les citoyens qui tournent le dos à la politique. Au-delà des éléments de langage, des petites phrases tactiques pour tenter de se disculper, de quoi ces affaires, gauche-droite confondues sont-elles le mal ? La dernière, inédite, fait ressurgir une question récurrente : d'où vient l'argent qui sert à financer les campagnes de nos hommes politiques français ? Il faut différencier les affaires de corruption qui ne touchent qu'une personnalité, et celles liées au financement des campagnes présidentielles et là les exemples sont nombreux : l'affaire Karachi pour la campagne d'Edouard Balladur en 1995, l'affaire Libyenne pour la campagne de Nicolas Sarkozy, et puis l'affaire Bygmalion qui concerne celle de 2012. Arnaud Ardoin en débat avec ses invités
Publicité