Vidéos A la une
Interrogé mercredi 3 décembre dans Parlement'air, Jean-Marc Germain estime "regrettable" de ne pas avoir été invité par Manuel Valls à l'apéritif entre parlementaires socialistes organisé à l'Assemblée. Une invitation "un peu bizarre" pour le député frondeur des Hauts-de-Seine. Il ajoute que de toute façon ce type d'événement "fait grossir" les députés et qu'il préfère se concentrer sur "son travail de parlementaire". Jean-Marc Germain est également revenu sur le pacte de responsabilité. Il estime que le ministre de l'Économie a eu raison de dire que c'est "un échec", mardi sur Radio classique. Pour le député, il faut "changer de méthode" face au Medef qui ne veut plus négocier : "Il faut dire (aux entreprises) 'Vous aurez les aides pour vous modernisez, que quand vous aurez conclu un accord avec les syndicats'". Il considère de plus que le travail du dimanche, prévu dans la loi activité d'Emmanuel Macron, est "inutile" : "Je considère que c'est un faux problème, c'est les vieilles recettes que le Medef nous sort depuis trente ans". Le député suggère donc à Emmanuel Macron de "retirer tout ça de sa loi" et de se concentrer "sur des vrai sujets, comme le travail des notaires".
Vidéos A la une
L'absence du président du groupe PS en séance, lors de l'examen du PLFRSS a fortement agacé les députés frondeurs. Mais c'est un tweet, faisant une analogie entre l'équipe de France et les députés PS, qui les font réagir. Bruno le Roux est un passionné de foot. Hier soir, lors de l'examen du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale, le président du groupe fait une analogie entre les joueurs de l'équipe de France de 2010 et les frondeurs de son groupe politique : Quelle est belle, qu'elle gagne cette équipe depuis qu'ils ont sorti les frondeurs ;) #equipedefrance #reussirensemble # - Bruno Le Roux (@BrunoLeRoux) 30 Juin 2014 Ce matin, alors que le gouvernement a demandé un vote réservé sur le PLFRSS, l'absence du président du groupe lors des débats a du mal à passer, notamment pour le député Jean-Marc Germain. Filant la métaphore sur l'équipe de France, le député des Hauts-de-Seine déclare : " C'était de l'humour mais si on veut continuer sur le registre de l'humour, ceux qui étaient sur le terrain, c'est-à-dire dans l'hémicycle c'était la centaine de parlementaires qui porte les idées de la réorientation des baisses d'impôts vers les ménages. On était sur le terrain et on souhaitait marquer des buts contre le chômage, c'est ça qu'on a défendu hier. Son image est un peu à contre-emploi : c'était lui qui était dans le bus et nous qui étions sur le terrain. " Une référence à un épisode qui s'était déroulé en 2010, lors de la coupe du monde en Afrique du Sud : les joueurs de l'équipe de France avaient refusé de descendre du bus pour aller s'entraîner. Élisa Bertholomey
Vidéos A la une
Chaque soir, Arnaud Ardoin et ses invités débattent avec vous, dès 19h45, en direct sur www.lcp.fr. Chômage : la courbe qui défie le président… Alcatel Rennes, 100 emplois supprimés ;...
Vidéos A la une
Invitée de Ça vous regarde, Christine Boutin s’est emportée lundi après qu’un internaute a rappelé que la présidente du Parti chrétien-démocrate était mariée avec son cousin germain. "La république autorise à me marier avec mon cousin germain", a insisté Christine Boutin qui souligne qu’elle est...
Publicité