Vidéos A la une
"Pour frapper, il faut savoir qui va-t-on frapper. La grande question va être de se mettre d'accord sur les cibles", explique le grand reporter George Malbrunot alors que la France mène en parallèle une semaine diplomatique intense et un durcissement des frappes contre Daesh en Syrie. "On va entrer dans la difficulté de la mise en place opérationnelle cette coalition" internationale, analyse le spécialiste du Moyen-Orient au Figaro. Et personne ne veut aller au sol parce que c'est "un merdier indescriptible" avec 200 groupes armés qui ont des intérêts divergents.
Publicité