Vidéos à la une
Il faut sauver l'Agirc et l'Arrco. C'est l'objectif des négociations entre patronat et syndicats qui se déroulent depuis le mois de février. Si aucune mesure n'est prise, les réserves seront épuisées dès 2018 pour l'Agirc et 2027 pour l'Arrco. Aujourd'hui, une nouvelle réunion est prévue mais elle devrait être tendue. Et pour cause : le Medef, la CGPME et l'UPA ont décidé de faire des propositions chocs pour tenter de pérenniser le système des retraites complémentaires. La mesure la plus douloureuse consiste à reculer à 67 ans l'âge de départ à la retraite pour toucher une retraite complémentaire à taux plein, contre 62 ans aujourd'hui et 60 ans pour ceux ayant commencé à travailler tôt. Les salariés souhaitant partir à la retraite avant 67 ans subiraient alors une décote. Autre piste évoquée : la baisse du taux de réversion (part de la pension du défunt versé à sa veuve ou son veuf) de 60 à 55%. La fusion de l'Agirc et de l'Arrco en un régime unifié est toujours d'actualité, ce qui fait craindre à la CFE-CGC la disparition du statut des cadres. Un accord est attendu avant la fin du mois de juin. Mais les négociations se sont tendues. " On a l'impression que le patronat veut le beurre et l'argent du beurre ", a commenté Jean-Louis Malys de la CFDT. Le ton du Medef s'est " durci " selon Philippe Pihet de FO. Faut-il reculer l'âge de départ à la retraite pour toucher une retraite complémentaire à taux plein ? Faut-il fusionner l'Agirc et l'Arrco ? Comment éviter une faillite des caisses de retraites complémentaires ? Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde. Invités : Michèle Delaunay, députée PS de Gironde Bernard Accoyer, député UMP de Haute-Savoie Carole Couvert, présidente de la CFE-CGC Geneviève Roy, vice-présidente de la CGPME en charge des affaires sociales Question JDD : Seriez-vous prêt à travailler jusqu'à 67 ans pour toucher une retraite complémentaire à taux plein ? Votez sur LeJDD.fr.
Publicité