Vidéos A la une
Arrêté samedi 6 février à Calais lors d'une manifestation hostile aux migrants, le général Piquemal a dénoncé les actes du groupe Pegida. "Je me désolidarise de ce qu'il s'est passé, dans la mesure où je n'en suis pas l'organisateur", a-t-il déclaré. "S'il y a bien quelqu'un qui n'est ni raciste ni xénophobe, c'est bien moi, j'avais 145 nationalités qui servaient la légion", a-t-il ajouté. Le général Piquemal risque un an de prison pour "participation à un attroupement qui ne s'est pas dissous après sommation".
Publicité