Vidéos à la une
Bernard Cazeneuve a vivement critiqué ce mercredi la clause Molière, mesure qui vise à imposer le français sur les chantiers dans certaines régions. Pour le Premier ministre, elle s'apparente à "une clause Tartuffe" dont les promoteurs visent "à tirer profit électoral". Cette clause a été créée en mai 2016 par l'adjoint au maire d'Angoulême Vincent You. L'objectif était de s'assurer que les travailleurs puissent communiquer entre eux afin de renforcer la sécurité sur le chantier. Il s'agissait par ailleurs d'éviter le recours aux travailleurs étrangers pour lesquels les entreprises peuvent payer des charges jusqu'à 30% moins chères qu'en France, explique la journaliste Gaëtane Meslin sur BFMTV .
Vidéos à la une
Semaine pour l'emploi - Les formations à destination des demandeurs d’emploi peuvent viser une remise à niveau, apprendre un métier, se perfectionner ou bien décrocher un diplôme....
Vidéos à la une
Pierre Moscovici, le ministre de l'économie a présenté, ce mercredi, la prévision de croissance et le déficit pour 2014 sur lesquels va s'appuyer le Budget de l'année prochaine. Le ministre a...
Vidéos à la une
A partir d’un reportage sur une entreprise en quête de financement, Ségolène Royal répond à deux questions principales: A quoi sert la BPI? Quel y est son rôle?
Publicité